Église Saint-Louis-du-Louvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Louis.

Église Saint-Louis-du-Louvre
(détruite)
L'entrée du musée du Louvre et les ruines de l'abside de Saint-Louis-du-Louvre, par Étienne Bouhot en 1822
L'entrée du musée du Louvre et les ruines de l'abside de Saint-Louis-du-Louvre, par Étienne Bouhot en 1822
Présentation
Culte Catholique
Réformé
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Baroque
Date de démolition 1811
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 41″ nord, 2° 20′ 03″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Louis-du-Louvre (détruite)

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Église Saint-Louis-du-Louvre (détruite)

L'église Saint-Louis-du-Louvre est une église disparue de Paris. Elle a été construite à l'emplacement de l'église Saint-Thomas-du-Louvre en 1744. Elle est détruite en 1811, les derniers vestiges étant rasés lors de la création de l'aile nord du Palais du Louvre au Second Empire.

Histoire[modifier | modifier le code]

1744 : construction de l'église Saint-Louis[modifier | modifier le code]

La vieille église collégiale de Saint-Thomas-du-Louvre voit son vieux clocher s'effondrer en 1739, tuant sur le coup quatorze chanoines. Le chapitre de Saint-Thomas et fusionné avec celui de l'église Saint-Nicolas-du-Louvre, située à proximité, pour former le chapitre d'une nouvelle église dédiée à saint Louis. L'église Saint-Louis est construite sur les fondations de l'église Saint-Thomas[1].

Elle est décorée par Jean-Baptiste Pigalle et Lemoine.

Elle abrite la sépulture du Cardinal Fleury, principal ministre de Louis XV, décédé le 29 janvier 1743.

Le 23 avril 1749, Christophe de Beaumont, archevêque de Paris, décide de supprimer le chapitre de abbaye de Saint-Maur et de le rattacher à celui de Saint-Louis-du-Louvre.

1791-1811: le premier temple réformé[modifier | modifier le code]

Le dimanche de Pâques 1791, le pasteur Marron préside la "première assemblée publique du culte protestant". L'édifice vacant est loué "presque tout meublé" à la Mairie de Paris, avec l'autorisation de Assemblée nationale législative. Il est orné de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et du Notre Père. La chaire provient du couvent des Capucins Saint-Honoré et un orgue est installé.

En mars 1799 le préfet Nicolas Frochot met à la disposition du consistoire une partie de la maison collégiale de Saint-Louis du Louvre, attenante à l'église Saint-Thomas-du-Louvre, qui donne aussi 44 rue des Orties-du-Louvre et est alors en cours de démolition. Le secrétariat de l'Oratoire possède toujours aujourd'hui un registre de baptême de 1789 à 1792.

1811: Démolition de l'église[modifier | modifier le code]

L'église, en mauvais état, est menacée par les plans d'urbanisme de Napoléon Ier. Elle est démolie en 1811-1812 et les protestants parisiens obtiennent l'usage de l'Oratoire du Louvre, occupée par les décors de l'Opéra, du Vaudeville et du Théâtre Français. Tout le mobilier de l'église Saint-Louis-du-Louvre, notamment les stalles du chœur[2], est transporté dans celle de l'Oratoire. Une porte de l'église Saint-Louis est également remontée à l'Oratoire du Louvre. Le gymnase des pages est aménagé à son emplacement. Les vestiges de l'abside sont détruits dans les années 1850 lors de l'achèvement du Louvre. L'église occupait l'emplacement de l'angle nord-est de la cour Lefuel (à la jonction des ailes Mollien et du Manège)[3]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :