Église Saint-Laurent de Lattes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Laurent de Lattes
Image illustrative de l’article Église Saint-Laurent de Lattes
Présentation
Culte Catholique
Type Église
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Art roman languedocien
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Ville Lattes
Coordonnées 43° 34′ 05″ nord, 3° 54′ 08″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Laurent de Lattes

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Église Saint-Laurent de Lattes

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Église Saint-Laurent de Lattes

L'église Saint-Laurent est une église romane située à Lattes dans le département français de l'Hérault en région Occitanie.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église fut construite aux XIIe et XIIIe siècles[1]. La nef fut reconstruite au XVIIe siècle[2].

Pour son abside et son absidiole, ainsi que les corbeaux en façade, l’église fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 22 juillet 1913[1].

L'oculus et les corbeaux de la façade occidentale.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église, couverte de tuiles, est édifiée en pierre de taille assemblée en grand appareil.

Elle constitue un des plus beaux exemples d'utilisation de l'opus monspelliensis, un type de parement alternant assises de pierres posées à plat et assises de pierres posées sur champ. Contrairement à d'autres édifices où il n'est que partiel, l'opus monspelliensis occupe ici toute la surface de la façade occidentale et du chevet.

Modillons du chevet.

Le chevet[modifier | modifier le code]

Le chevet, admirable, est constitué d'une abside semi-circulaire flanquée d'une seule absidiole, l'absidiole nord-est ayant été détruite au XVIIe siècle, à l'époque où la nef fut réédifiée[2].

Caractérisée, comme il a été dit, par un opus monspelliensis très pur, l'abside est rythmée par de fins pilastres et est percée de trois fenêtres absidiales reliées par un cordon en saillie prolongeant le larmier qui surmonte chaque fenêtre. L'abside est surmontée par une puissante corniche en saillie supportée par des modillons ornés de têtes d'animaux ou de visages d'hommes comme les corbeaux de la façade.

L'abside.
L'abside.
Opus monspelliensis.

La façade occidentale[modifier | modifier le code]

Opus monspelliensis du contrefort prolongeant la façade au sud.

Fait remarquable, comme il a été dit plus haut, la façade occidentale est entièrement réalisée en pierre de taille assemblée en opus monspelliensis.

Sa partie basse est percée d'une simple porte rectangulaire.

La partie haute de la façade est percée d'un oculus, surmonté d'une remarquable série de sept corbeaux : les trois corbeaux du centre représentent des têtes d'animaux alors que les deux corbeaux de gauche et les deux corbeaux de droite figurent chacun un visage d'homme. Détail curieux : la tête d'animal située au centre (juste au-dessus de l'oculus) porte une couronne, tout comme la tête d'homme située à l'extrême droite.

La façade se termine par un clocheton à baie campanaire unique.

Détail des corbeaux de la façade.

La façade méridionale[modifier | modifier le code]

Corbeau de la façade nord.

Au contraire de la façade occidentale et du chevet, la façade méridionale est édifiée en moellon.

Rythmée par de puissants contreforts, elle est constituée de deux travées seulement. Chacune de ces travées est percée d'une fenêtre à simple ébrasement située juste sous la corniche.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :