Église Saint-Laurent de Fleurance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Laurent de Fleurance
Fleurance-PM 19259.jpg
Façade occidentale
Présentation
Type
Religion
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Midi-Pyrénées
voir sur la carte de Midi-Pyrénées
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Gers
voir sur la carte du Gers
Red pog.svg

L'église Saint-Laurent est une église catholique située à Fleurance, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Gers, sur la commune de Fleurance.

Historique[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1907[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieur

C'est un imposant bâtiment aux proportions dignes d'une cathédrale : 70 m de long pour 35 m de large. C'est un bel exemple du style gothique méridional. L'église a été construite en trois phases du XIVe au XVIe siècle. Ces phases sont visibles à l'extérieur, au niveau des décrochements successifs des toitures de la nef central.

Les matériaux choisis pour sa construction : brique et pierre apportent une polychromie plein de charme.

La façade ouest est percée d'un portail voussuré et il est flanqué de six enfeux décorés. L'ensemble est dominé par un clocher carré à lanternon octogonal percé de baies à meneaux et sommé d'une flèche recouverte de tuiles plates à crochets de la fin du XIVe, début du XVe siècle.

L'influence toulousaine est très nette dans cette construction.

Intérieur
Nef de l’église Saint-Laurent.

L'église a un plan à trois nefs sans transept, typique du style méridional. Jusqu'au XVIIIe siècle, l'intérieur était en paliers successifs vers le chœur. Cette disposition unique est encore visible sur la base des piliers enterrés à l'est et exhumés à l'ouest.

Le chœur est du début du XIVe siècle. Il est de forme polygonale et percé de trois grandes baies de style rayonnant tardif de la fin du XIVe siècle. Les trois travées suivantes sont de la première moitié du XIVe siècle et les trois dernières, voûtées d'ogives en étoile sont de la fin du XIVe / début du XVe siècle.

La nef centrale est haute de 14 m au niveau du chœur et de 18 m au niveau du portail. La nef est étayée par des bas-côtés de hauteur inférieure et par une série de petits arcs boutants cachés dans les combles. Les difficultés de contrebutement ont limité les possibilités d'ouverture. Les chapelles ont été érigées aux XVe et XVIe siècles dans un style gothique flamboyant.

Les trois verrières du chœur sont dues à Arnaud de Moles, l'auteur des vitraux de la cathédrale d'Auch et partiellement de l'église de Mirande. Les vitraux portent sa signature mais la date inscrite de 1500 a été indiquée lors de leur restauration par E. Hirsch en 1877. Ils représentent au milieu la sainte Trinité et la Vierge, à droite l'arbre de Jessé[2].

Vierge à l'Enfant du XVe siècle

L'église Notre-Dame de Fleurance abrite une statue du XVe siècle en pierre polychrome dorée. Au cours des guerres de Religion et de la Révolution, la statue fut dite à l'origine de nombreux miracles.

L'église possède aussi de très belles orgues. Le Gers possède une trentaine d'orgues et un tiers de ce patrimoine remarquable est déjà classé. Comme aux XVIIe et XVIIIe siècles, au XIXe siècle les paroisses gersoises, même modestes, s'adressent à des facteurs de renom pour la construction des orgues. Celles de Fleurance, de 34 jeux, sont du facteur Jules Magen, élève de A. Cavaillé-Coll qui les conçut en 1865 dans une facture romantique alors que le buffet est de style néo-gothique. Jules Magen s'était établi à Agen et réalisa les orgues de l'église de Mirande qui sont l'exacte réplique de celles de Fleurance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Saint-Laurent », notice no PA00094799, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Henry Denjoy, « L'église de Fleurance », dans Revue de Gascogne', tome 24, 1883, p. 29-30 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]