Église Saint-Léon de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Léon.
Église Saint-Léon
Image illustrative de l'article Église Saint-Léon de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction 1924
Fin des travaux XXe siècle
Style dominant Art déco
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 04″ nord, 2° 17′ 47″ est

Géolocalisation sur la carte : 15e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 15e arrondissement de Paris)
Église Saint-Léon

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Léon

L'église Saint-Léon est une église paroissiale située dans le 15e arrondissement de Paris, place du Cardinal-Amette. Elle porte le nom du pape Léon le Grand, en mémoire de Léon Thélier, mari de la donatrice qui a permis l'érection de l'église, et de son fils, le Révérend Père Thélier, jésuite, mort pour la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première pierre a été consacrée, le , par le cardinal Louis Dubois, archevêque de Paris, accompagné de l'abbé Paul-Louis Touzé[1], curé de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Grenelle dont dépendait la nouvelle église. La première messe est célébrée par l'abbé Louis Fillon, administrateur de la paroisse, le , dans la seule nef latérale achevée. A l'achèvement des trois nefs, le cardinal Dubois revient pour bénir l'église le . Le , la paroisse Saint-Léon est érigée comme paroisse indépendante de Saint-Jean-Baptiste de Grenelle.

L'église est complétée par un presbytère (1, place du cardinal Amette), béni par le cardinal Dubois, le , et une maison des œuvres (11, place du cardinal Amette), bénie par Mgr Georges Audollent, évêque de Blois, le . C'est la première maison des œuvres construite à Paris. Elle comprend notamment un théâtre de 700 places, une salle de catéchisme de 150 places et 9 salles paroissiales.

L'abside fut inaugurée le par le cardinal Jean Verdier, archevêque de Paris. Cette abside est complétée par une crypte, deux tribunes, deux sacristies et des logements pour le personnel. Le , le cardinal Verdier revient pour bénir et poser la première pierre de la façade et du clocher. Les cinq cloches : Françoise, Jeanne, Marie ("espérer") ; Marie, Pierre, Jeanne, Raymonde, Adrienne ("remercier") ; Marie-Louise, Agnès, Claire, Colette, Marthe ("Un seul cœur, une seule âme") ; Jeanne, Louise, Paul, Georgette ("agir") ; Léone, Jeanne ("prier") sont bénies par le cardinal Verdier le .

Le maître-autel est consacré, le , par Mgr Louis Fillon, archevêque de Bourges et premier curé de la paroisse. Enfin, la période de la construction de l'église s'achève avec la cérémonie de la dédicace le . C'est le cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris, qui préside cette célébration qui dure plus de six heures et durant laquelle il oint les douze croix de consécration.

Le dispensaire paroissial "La Goutte de lait" est totalement reconstruit et inauguré le par le cardinal Maurice Feltin, archevêque de Paris. Le cardinal Feltin revient le pour bénir la chapelle des catéchismes construite sur les plans de Jacques de Brauer, pour accueillir 800 enfants ou 600 adultes. Ce bâtiment de 1850 m2 construit sur cour avec un large préau comprend également 380 m2 de locaux scouts et une salle de sport de 33x16 m pour le volley-ball ou le basket-ball.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église a été dessinée par Émile Brunet. Elle est construite en béton couvert de brique. La décoration d'inspiration art déco (vitraux, mosaïques, sculptures, ferronnerie) est caractéristique des années 1930 et 1940. La mosaïque est l’œuvre de Auguste Labouret. Le maître-autel et la chaire ont été perdus. Les vitraux de l'abside de 1930 (sur le thème des mystères du Rosaire) et des bas-côtés (qui représentent les sacrements et instruments de la Passion) sont l'œuvre de Louis Barillet. Les reliefs ont été créées par Henri Bouchard et Auguste Cornu, et les ferronneries sont l'œuvre de Raymond Subes[2]. L'église possède un orgue de 32 jeux, acheté à Dole et béni par le cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris le .

En 2011, elle est classée «Patrimoine du XXe siècle»[3]

Curés de Saint-Léon[modifier | modifier le code]

  • 1926-1929 : Louis Fillon (1877-1943), devenu évêque de Langres en 1929, puis archevêque de Bourges en 1934
  • 1929-1964 : chanoine Louis Maury (1880-1966)
  • 1964-1976 : Georges Petit (1905-1998)
  • 1976-1984 : André Mathé (1913)
  • 1984-1996 : Paul Bouqueau (1925)
  • 1996-2003 : Jacques Vallet (1947)
  • 2003-2012 : Bruno Lefèvre Pontalis (1956)
  • Depuis 2013 : Emmanuel Schwab (1960)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Dupleix et La Motte-Picquet - Grenelle.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Louis Touzé (1875-1960), évêque auxiliaire de Paris de 1943 à 1957.
  2. Brigitte Hermann, Sophie-Marguerite, Paris 15e, balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 59—61
  3. culture.gouv.fr Base Mérimée