Église Saint-Léger de Guebwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Léger.

Église Saint-Léger de Guebwiller
Image illustrative de l’article Église Saint-Léger de Guebwiller
Présentation
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Architecture romane
Protection Logo monument historique Classé MH (1842, église)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Commune Guebwiller
Coordonnées 47° 54′ 42″ nord, 7° 12′ 33″ est

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Église Saint-Léger de Guebwiller

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Léger de Guebwiller

L'église Saint-Léger est une église catholique située à Guebwiller, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Haut-Rhin, sur la commune de Guebwiller. L'édifice a été construit au cœur du noyau urbain d'origine dans l'actuelle "ville haute".

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église au XIXe siècle

L'église recouvre les fondations de deux édifices antérieurs qui se situaient au même emplacement depuis le VIIIe siècle [2]. Sa construction s'est déroulée sous l'impulsion de l'abbé de Murbach. La date du début de sa construction reste incertaine: elle se situerait entre 1142 et 1182 [2],[3] ; la date de l'achèvement est estimée entre 1200 et 1230. L'église a subi de nombreuses modifications. Des travées latérales sont rajoutées et la toiture est remodelée. Au XIVe siècle, l'abside romane de l'église est détruite et remplacée par une abside gothique. La façade est restaurée au XIXe siècle dans son état d'origine au hormis les contre-forts qui sont modernes[2],[4] . Lors de la révolution, en 1794, l'église est désaffectée. Il faut attendre 1831 pour que la pratique du culte soit rétablie[3]. L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1842[1]. Suite aux bombardements des deux guerres mondiales, les anciens vitraux sont remplacés par de nouveaux, réalisés par le maître verrier Chapuis[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Léger est l'une des plus grandes réalisations de l'architecture romane tardive en Alsace.

Extérieur[modifier | modifier le code]

La construction de cet édifice a été réalisée en grès des Vosges. L'église comporte : une tour de croisée (fin du XIIe, début du XIIe siècle), une tour sud (fin du XIIe siècle), des marmousets (fin du XIIe siècle), une rose, une nef et chœur, une base de pilier, une clef de voûte (XIVe siècle), un maître-autel (1775-1779) et les tableaux Saint-Léger au Siège d'Autin (1875) et L'Assaut des Armagnacs (1455). Au XIVe siècle l'Église subit une reconstruction. La tour de croisée est construite entre la fin du XIIe et la fin du XIIIe siècle ,elle est placée au milieu de la nef et du transept cette tour a une forme octogonal qui représente le monde. Quatre statuettes, appelées Marmousset, représentant des hommes accroupis se trouvent au pied de la tour de croisé. Les alsaciens les appelaient Doggala. Plusieurs légendes tournaient autour de ces statuettes. L'une prétendait qu'ils tournaient autour du clocher les nuits de pleine lune. Une autre soutenait qu'ils s’asseyaient sur la poitrine des habitants pendant leur sommeil pour leur donner des cauchemars. Leur signification reste cependant obscure[3]. Au-dessus du porche d'entrée se trouve le tympan, qui représente le Christ entouré de la Vierge et de Saint-Léger. Trois arcades surplombent ce tympan. Au centre de la première, est sculpté une tête[2].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les chapiteaux de la nef sont dépourvus de décors excepté à l'entrée du chœur. Un des vitraux situé dans le chœur illustre l'assaut des Armagnacs sur Guebwiller en 1445[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Saint-Léger », notice no PA00085440, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b c et d http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/2008/11/12/11340353.html
  3. a b et c Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 1972
  4. a b et c Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, tome I, 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :