Église Saint-Just de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Église Saint-Just (Lyon))
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec la basilique Saint-Just, qui n'existe plus.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Just.
Église Saint-Just
Image illustrative de l'article Église Saint-Just de Lyon
Église Saint-Just
Présentation
Culte Catholique
Type Église
Rattachement Archidiocèse de Lyon
Début de la construction 1565
Fin des travaux 1663
Protection Notice no PA00117799, base Mérimée, ministère français de la Culture
Site web http://stirenee-stjust-lyon.cef.fr
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Coordonnées 45° 45′ 21″ nord, 4° 49′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Église Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Église Saint-Just

La Collégiale Saint-Just ou Saint-Just des Macchabées, située 41 rue des Farges, à Lyon, est la reconstruction d'une des plus anciennes églises de Lyon, dédiée comme elle à saint Just, le 13e évêque de la ville au IVe siècle, bâtie sur l'ancienne nécropole romaine.

Sa construction date du XVIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

L'actuelle église Saint-Just est la reconstruction de l'ancienne basilique Saint-Just à l'intérieur des murs de la cité après la destruction de la basilique lors des guerres de religion. Les deux sites sont distants d'environ 200 mètres. Elle est l'un des rares exemples d'églises reconstruites à une telle distance de leur site original.

Les raisons de ce déplacement semblent être la volonté de se mettre à l'abri des murs de la ville, l'ancienne basilique étant à l'extérieur, dans un contexte de guerres de religions, ainsi qu'un ancien projet de la municipalité de Lyon de raser l'ancienne église pour y installer une forteresse destiné à la défense de la ville.

Sa construction débute en 1565 pour finir en 1663. La construction est d'abord rapide puisque les chanoines de Saint-Just y célèbrent une messe dès Noël 1565. Elle se ralentit ensuite, faute d'argent.
Le sanctuaire est consacré en 1591 par l'archevêque d'Épinac. La façade n'est construite qu'au XVIIIe siècle dans le style néoclassique par Jean Delamonce (père de Ferdinand Delamonce) avec une inscription qui rappelle la dédicace de l'ancienne basilique aux frères Macchabées: Machabaeis primo deinde sancto iusto (Aux Macchabées d'abord puis à Saint Just).

On retrouve dans l'église des stalles et une chaire du XVIIIe siècle et les portraits des évêques de Lyon enterrés dans l'ancienne basilique Saint-Just.

L'église possède une collection de tableau de peintre français du XVIIIe dans le chœur dont une Annonciation de Hyacinthe Collin de Vermont, une Nativité de Hughes Taraval et une Adoration des mages par Bon Boullogne

Les vitraux retraçant la vie de Saint-Just et les premiers temps du christianisme à Lyon datent du XIXe siècle.

L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

L'église actuelle[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Just.

L'église actuelle est coincée entre deux immeubles, au 41de la rue des Farges, en retrait de la rue d'une quinzaine de mètres, créant ainsi une petite place. Un passage (non ouvert au public) à gauche de la façade permet de rejoindre le séminaire universitaire de Lyon.

La façade est la seule partie visible de l'édifice depuis l'espace public, mais elle est la seule à présenter un intérêt, les autres murs étant bruts, en pierres dorées sans aucune sculpture, ni ornement.

L'église fait partie de la paroisse Saint-Irénée -Saint-Just dont les messes se déroulent habituellement dans l'église Saint-Irénée. Mais depuis le 7 septembre 2014, elle est confiée par l'archidiocèse de Lyon à la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) qui y célèbre tous les jours les offices en latin suivant le missel romain de 1962 et les autres sacrements de la vie chrétienne. La communauté de fidèles de la Fraternité Saint-Pierre était hébergée précédemment dans l'Église du Cœur immaculé de Marie de Villeurbanne, détruite en 2016.

La sacristie de l'église a abrité la «paroisse Orthodoxe francophone de la Sainte-Rencontre», paroisse orthodoxe de rite byzantin dépendant du patriarcat de Constantinople jusqu'à juillet 2014.

Liturgie[modifier | modifier le code]

Samedi saint dans la liturgie de la FSSP (rite extraordinaire).

La collégiale est confiée à la Fraternité Saint-Pierre qui y célèbre offices et sacrements en latin suivant le rite tridentin également appelé forme extraordinaire, messe traditionnelle ou de Saint-Pie V. Depuis le 2 juillet 2017 la messe de 8h30 le dimanche et toutes les solennités lyonnaises y sont célébrées dans l'antique rite Lyonnais. Une chorale assure à la grand-messe le chant du propre grégorien, de motets polyphoniques et de cantiques traditionnels. Le grand-orgue, situé derrière le maître-autel, a été construit en 1921 par Merklin et Kuhn et se fait entendre à toutes les messes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Martin, Histoire des églises et chapelles de Lyon, tome 1, p. 150-160, H. Lardanchet éditeur, Lyon, 1908 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]