Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré
Image illustrative de l'article Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré
Présentation
Nom local Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré
Culte Catholicisme
Type Église paroissiale
Fin des travaux 1879 - 1894 (clocher)
Architecte Henry Gelec
Style dominant Architecture néogothique
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Ville Chaumes-en-Retz
Coordonnées 47° 07′ 20″ nord, 1° 54′ 52″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Jean-Baptiste de Chéméré

L'église Saint-Jean-Baptiste est une église paroissiale catholique, dédiée à Jean le Baptiste, située dans la commune française de Chaumes-en-Retz (commune déléguée de Chéméré) dans le département de la Loire-Atlantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première église faisait partie de la paroisse fondée par Hascoët de Rais en 1020.

Elle fut détruite en totalité lors d'un incendie sous la Révolution, en 1794, par les colonnes infernales du général Turreau.

Un nouvel édifice fut construit au même endroit en 1805. Il pouvait accueillir 1 277 paroissiens. Cette construction étant considérée comme trop petite et fragile, la décision est prise, en 1849, d'en reconstruire une nouvelle. Il faut attendre 1875 pour que le projet soit approuvé et le financement assuré. L'édifice est alors rasé et le cimetière déplacé pour permettre la construction d'une troisième église de style néo-gothique, qui fut confiée à l'architecte Henry Galec en 1877, qui achève les travaux du corps du bâtiment en 1879[1].

Après l'achèvement du clocher, l'église fut inaugurée le et dédiée à Jean le Baptiste[2]. Des éléments de l'ancien édifice ont été réutilisés pour la décoration intérieure[1].

Description[modifier | modifier le code]

Façade de l'église.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Trois cloches ont été installées grâce à la générosité des paroissiens, ces cloches portent des noms :

  • Fernande Adeline qui donne le mi naturel et pèse 1 165 kg ;
  • Marie-Rose, qui donne le fa dièse et pèse 836 kg ;
  • Jeanne Marie qui donne le sol dièse et pèse 617 kg.

Un encensoir, une navette à encens, une cuillère et une croix de procession ont été inscrits aux monuments historiques en 1964 en tant qu'objets[3] ; c'est également le cas d'un ensemble d'orfèvrerie[4]. La croix de procession en bois d'orme, sur laquelle est représentée le Christ, date de la fin du XVIIe siècle. Installée jusqu'en 1963 dans le cimetière, elle a été restaurée avant d'être placée dans l'église[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 1, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).