Église Saint-Folquin d'Esquelbecq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

église Saint-Folquin
Image illustrative de l’article Église Saint-Folquin d'Esquelbecq
Église St Folquin (Xe-XVIIe)
Présentation
Nom local église Saint-Folquin
Culte catholique
Type Église
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1945)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Ville Esquelbecq
Coordonnées 50° 53′ 10″ nord, 2° 25′ 53″ est

L'église Saint-Folquinest une église de la ville d'Esquelbecq, située place Alphonse Bergerot.

Datant des Xe et XVIIe siècles, elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1945[1]. Elle subit un incendie en 1976 et est reconstruite en 1978.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Le en fin d'après midi, elle subit un incendie le jour du dimanche des Rameaux[2].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Description[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges des pierres tombales datées de 1522
  • Le clocher comporte 23 cloches.
  • Les fonts baptismaux en marbre noir avec couvercle en laiton sont inscrits à l’Inventaire Départemental des Antiquités et Objets d’Art non classés par l’Etat [3]
Fonts baptismaux
  • L'église comprend des fragments du mobilier liturgique carbonisé et sauvé des flammes de l'incendie en 1976, et statues exposés dans l"église:

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Reliques[modifier | modifier le code]

Dédiée à saint Folquin de Thérouanne, elle en conservait plusieurs reliques. Ainsi était conservée jusqu'en 1793 une de ses étoles, que l'on transportait au domicile des personnes en cours d'accouchement et placée à leurs côtés. Emportée à l'étranger pendant la Révolution, on ne sait ce qu'il en advint[4]. En 1618, la châsse de Folquin à Saint-Omer fut ouverte à la demande de Philippe Levasseur de Guernonval, baron d'Esquelbecq, dans le but d'en prélever quelques os pour doter l'église d'Esquelbecq, placée sous l'invocation du saint, reconstruite après les pillages et dévastations liées à la furie iconoclaste. Les ossements en question furent remis aux fils de Philippe de Guernonval, un religieux de Saint-Bertin, Guillaume de Whitte présent à la cérémonie écrivit une vie de Saint Folquin qu'il dédia au seigneur d'Esquelbecq[5]. Les reliques arrivèrent à Esquelbecq le . Lors de la Révolution, le curé constitutionnel Antoine Devulder cacha les reliques de saint Folquin pour éviter leur destruction. Seule sa servante fut mise dans le secret. Les reliques se trouvaient toujours dans l'église jusqu'en 2013, date à laquelle elles disparurent.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Saint-Folquin », notice no PA00107518, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « - Esquelbecq: un ouvrage «cousu main» sur le mystère de l’incendie de l’église en 1976 », sur La Voix du Nord (consulté le )
  3. Palissy:PM59007997
  4. M Bergerot option citée pages 106-107
  5. M. Bergerot option citée page 116

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :