Église Saint-Fiacre de Guengat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Saint-Fiacre de Guengat
Image dans Infobox.
L'église et le portail de l'enclos paroissial.
Présentation
Type
Diocèse
Paroisse
Paroisse de Quimper-Saint-Corentin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Fiacre est une église catholique située à Guengat, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Finistère, sur la commune de Guengat.

Historique[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1914[1].

Description[modifier | modifier le code]

L'église catholique Saint-Fiacre de Guengat, dédiée à saint Fiacre, remonte au XVe siècle[2]. Elle est précédée par un petit calvaire du XVIe siècle. L'église a été remaniée aux XVIIIe et XIXe siècles[3]. Elle abrite des statues et des poutres et sablières sculptées. Un vitrail du XVIe siècle représente la Passion. L'église et le calvaire sont classés Monuments historiques, par arrêté du . Ses vitraux sont anciens[3]. Les sablières ont été sculptées par Ian Hamoun.

L'ossuaire, construit en 1557, a deux baies en accolade et porte l'inscription Respice finem ("Pensez à votre mort").

Jean-Marie Abgrall a décrit l'église en ces termes :

« Un porche dans le genre des constructions du gothique flamboyant, surmonté d'une chambre éclairée par une fenêtre s'ouvrant sur la façade ; plus loin, trois grands pignons dont deux ont été restaurés après la chute du clocher. À l'abside, le pignon du sud est de grand effet, avec ses contreforts et sa large fenêtre à six baies. À l'intérieur, on trouve un plan très original et très irrégulier. (...) La maîtresse-vitre, datée de 1571, retrace les scènes de la Passion. La fenêtre au-dessus de l'autel sud a, dans ses trois baies, saint Michel, Notre-Dame assise, portant l'Enfant-Jésus, saint Jean-Baptiste. (...) La fenêtre du bas-côté sud a quelques panneaux du XVe siècle, provenant par conséquent d'une église antérieure, mais tous ses sujets sont sans rapport les uns avec les autres.[4] »

Les gisants sont ceux d'Hervé de Saint-Alouarn et de son épouse Marie de Trégain (1426).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]