Église Saint-Barthélémy-et-Saint-Laurent de Loché-sur-Indrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Barthélemy et Église Saint-Laurent.
Église Saint-Barthélémy-et-Saint-Laurent de Loché-sur-Indrois
Loché église.jpg
Vue générale de l'église.
Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Construction
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue de la MairieVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Indre-et-Loire
voir sur la carte de l’Indre-et-Loire
Red pog.svg

L’église Saint-Barthélémy-et-Saint-Laurent de Loché-sur-Indrois est un édifice religieux, dédié au culte catholique, situé au centre du bourg de Loché-sur-Indrois, une commune du département d’Indre-et-Loire.

Si la plus grande partie de son gros œuvre date des XIIe et XIIIe siècles, elle a succédé à un édifice du Xe siècle dont subsistent encore quelques maçonneries.

Sa façade est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1952 et trois éléments de son mobilier sont recensés dans la base Palissy des objets protégés par le ministère de la Culture. C'est en 2015 une église paroissiale.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église de Loché-sur-Indrois se trouve au centre du chef-lieu communal, dans la vallée de l'Indrois. En bordure de la D 9, principale rue traversant le centre de Loché, elle est entourée des maisons les plus anciennes du bourg[2]. Comme la plupart des églises catholiques, elle est rigoureusement orientée ouest-est[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La façade de l'église comporte des maçonnerie en petit appareil, vestiges d'un édifice plus ancien, peut-être de la fin du Xe siècle[1],[4].

Au XIIe siècle, l'église est une possession des moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin, ce qui est confirmé par une bulle d'Adrien IV en 1156[5]. Un an plus tard, Loché-sur-Indrois est une paroisse[6]. De cette époque date la principale campagne de construction de l'église contemporaine[4].

Le chevet plat qui termine la chœur date vraisemblablement du XIIIe siècle[5].

Au XIXe siècle, un auvent en bois protégeant le portail est détruit. En 1890, les voûtes de l'église, jusqu'alors garnies de lambris, sont doublées en briques. Cette même année, deux statues en bois du XVe siècle qui décoraient l'église et qui provenaient de l'église d'Aubigny détruite sont vendues [4] ; l'une d'entre elles, représentant saint Jean au calvaire, se trouve au musée du Louvre[7], l'autre (Mater dolorosa) au Metropolitan Museum of Art de New York[8].

La façade de l'église est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

En 2015, l'église de Loché-sur-Indrois est une des églises de la paroisse de Montrésor[9].

Architecture et mobilier[modifier | modifier le code]

Description et architecture[modifier | modifier le code]

La façade ouest de l'église est percée d'une porte en plein cintre dont la voussure est composée d'une double moulure torique prenant appui sur les chapiteaux de colonnes engagées ; des traces d'anciennes peintures subsistent sur cette voussure[5]. À gauche de cette porte se remarquent des vestiges d'un édifice antérieur, certainement une église du Xe siècle : un mur parementé en petit appareil, une porte et une fenêtre en plein cintre condamnées[5] ; la disposition de ces vestiges laisse penser que la largeur de la nef de cette première église était inférieure à celle qui lui a succédé[4] et que l'église s'est agrandie vers le midi ; les plus anciennes maçonneries en appareil irrégulier de moellons alors que les plus récentes font appel au moyen appareil de tuffeau[10]

La nef unique se compose de quatre travées contrebutées extérieurement par des contreforts plaqués qui séparent les travées. Chaque travée prend jour par une fenêtre de chaque côté. Ses voûtes en briques recouvertes de plâtre, modernes, masquent la charpente lambrissée d'origine.

Sans interposition d'un transept, le chœur succède directement à la nef. construit à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, il se termine, à l'est, par un chevet plat de la même époque[1]. Voûté sur croisée d'ogives, trois fenêtres en plein cintre l'éclairent[4]. Dans l'un de ses angles, un chapiteau primitif est peut-être un vestige en remploi de l'ancienne église[1] car son style n'est pas comparable à celui des autres chapiteaux[10].

Mobilier et décor[modifier | modifier le code]

icône image Images externes
Tabernacle
Christ en croix
Calice (base Mémoire)

Trois objets de cette église sont inscrits dans la base Palissy :

  • un tabernacle des XVIIe et XVIIIe siècles pourvu d'un ostensoir doré permettant l'exposition du Saint Sacrement (inscription le )[11] ;
  • une statue en bois du XVIIe siècle représentant le Christ en croix (inscrit le )[12] ; sur cette représentation, le visage de Christ est souriant, caractère peu commun[13] ;
  • un calice du XVIIe siècle(inscrit le )[14].

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Briais (ill. Brigitte Champion), Découvrir la Touraine, la vallée de l'Indrois, Chambray-lès-Tours, CLD, , 169 p.
  • Bernard Briais (ill. Denise Labouyrie), Vagabondages en Val d'Indrois, Monts, Séria, , 127 p. (ISSN 1151-3012).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 967 p. (ISBN 2 85443 136 7).
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, , 9e éd. (1re éd. 1930), 733 p. (ISBN 2 855 54017 8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Église paroissiale de Loché-sur-Indrois », notice no PA00097819, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Couderc 1987, p. 478.
  3. Géoportail, « Carte topographique du centre-bourg de Loché-sur-Indrois » (consulté le 8 septembre 2015).
  4. a b c d et e Couderc 1987, p. 479.
  5. a b c et d Ranjard 1986, p. 420.
  6. Couderc 1987, p. 477.
  7. « Saint Jean au calvaire », sur le site du musée du Louvre (consulté le 8 septembre 2105).
  8. (en) « Mater dolorosa », sur le site du Metropolitan Museum of Art de New York (consulté le 8 septembre 2015).
  9. « Saint-Barthélemy, Loché-sur-Indrois », sur le site Égliseinfo (consulté le 8 septembre 2015).
  10. a et b Michel Bourderioux, « Note sur l'église primitive de Loché-sur-Indrois (communication en séance) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXIII,‎ , p. 29-30 (lire en ligne).
  11. « Tabernacle », notice no PM37001311, base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « Christ en croix », notice no PM37001310, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes de France, t. 2, Flohic, , 1405 p. (ISBN 2-84234-115-5), p. 986.
  14. « Calice », notice no PM37001309, base Palissy, ministère français de la Culture.