Église Saint-Aubin de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin.
Église Saint-Aubin
Vue générale
Vue générale
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Toulouse
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Ville Toulouse
Coordonnées 43° 36′ 13″ nord, 1° 27′ 20″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Église Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Église Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Église Saint-Aubin

L'église Saint-Aubin est une église toulousaine qui se situe dans le quartier populaire de Saint-Aubin-Dupuy, à l'est du centre historique de la ville.

Massive, et sans clocher, cette église fut construite à partir de 1847 par l'architecte Jean-Marie-Thérèse-Auguste Delort sur un ancien cimetière dans un style qui marie arts gothique, roman et byzantin. C'est le plus gros chantier religieux du XIXe siècle à Toulouse[1]. Elle est ouverte en 1853.

Parfois, le dimanche, l'église est prêtée au culte orthodoxe.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette église est mise en œuvre à la suite de l'organisation d'un concours anonyme. Malgré la participation du célèbre Henri Labrouste, ce concours est un échec, voire un triple échec. Trente-deux projets arrivent à la mairie de Toulouse en juillet 1844. Ils sont exposés deux dimanches à la vue du public, ce qui permet aux journalistes et aux autres critiques de mener une campagne d'opinions. La plupart des projets sont soit trop chers, soit trop compliqués à réaliser ou entachés de graves fautes. Ils sont alors renvoyés à leurs expéditeurs. Seulement sept projets ont été retenus. Et c'est celui de Jean-Marie-Thérèse-Auguste Delort qui est accepté.

L'église étant construite sur un ancien cimetière, l'architecte a dû préserver une église souterraine. Le cimetière présent à cet endroit a été déplacé à l'actuelle Terre Cabade. L'église est financée par la municipalité qui n'accorde que 400 000 francs pour la réaliser. Le conseil municipal n'en octroie que 25 % (soit 100 000 francs). Avec le peu d'argent qu'a reçu l'architecte, il n'a jamais pu finir son œuvre. La première pierre fut consacrée le 4 mars 1847. Dans la même année, malgré ses murs aveugles et son toit provisoire l'édifice fut donné au culte. En 1929, la somme des rénovations pour essayer de le finir s’élevait à 900 000 francs, même s'il manquait toujours à cette époque les voûtes, la façade, le clocher et tout le décor.

Cette église, qui, au départ, devait être un grand projet, a finalement été beaucoup simplifiée au grand désespoir de M. Delort[2]. La vision que l'on a dès l'entrée des voûtes de la nef inachevée est très parlante.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Haute-Garonne, encyclopédie illustrée, Éditions Privat, page 284 (ISBN 2-7089-5811-9).
  2. Académies et Sociétés savantes de Toulouse par Guy Desbonnets en 1996.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :