Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts
Image illustrative de l’article Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts
Présentation
Culte Catholique
Dédicataire Saint Antoine le Grand
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction 1902
Fin des travaux 1903
Style dominant néoroman
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Arrondissement 12e arrondissement
Coordonnées 48° 50′ 55,3″ nord, 2° 22′ 26,8″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts

L'église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts est une église catholique située dans le 12e arrondissement de Paris au no 66 de l'avenue Ledru-Rollin.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, le territoire correspondant au 12e arrondissement appartient à la paroisse Saint-Paul puis au domaine de Sainte-Marguerite. Mais deux établissements possédaient le privilège d’exercer la "cure d’âme": l’abbaye de moniales cisterciennes de Saint-Antoine des Champs et l’hospice des Quinze-Vingts, fondation de saint Louis.

L’abbaye fut supprimée en 1790 et le monastère affecté à l’hôpital Saint-Antoine en 1795. La nouvelle paroisse Saint-Antoine des Quinze-Vingts est créée le et reçoit comme lieu de culte l’abbatiale. Celle ci est vendue comme bien national en 1798 puis détruite. La chapelle de l’hospice des XV-XX fait office d’église paroissiale un siècle durant, jusqu’à la construction de l’église actuelle qui fut achevée en 1903 et consacrée à saint Antoine le Grand le [1],[2].

Historique détaillé du projet et de la construction [3][modifier | modifier le code]

  •  : L’archevêque de Paris, le cardinal Richard, désigne l’abbé Rivière comme curé de la paroisse, avec pour mission de sortir des locaux de l'hôpital ophtalmologique créé en 1880.
  •  : Le Conseil de Paris s’oppose à la cession d’un bout du terrain de l'emprise de l'ancienne prison Mazas détruite en 1895. L'opposition est ainsi motivée : "ca serait remplacer la prison des corps par la prison de la pensée".
  • 1898 : L’achat d’une ancienne usine au centre du territoire paroissial est possible.
  • 1898-1901 : L’abbé Rivière trouve les 400 mille francs nécessaires à l’achat. La Société Civile Immobilière d’Aligre est constituée et le terrain est acheté.
  •  : Remise du dossier de construction.
  •  : Avis favorable de l’archevêque.
  •  : Par arrêté préfectoral, l’église restera propriété de la ville de Paris (l'une des dernières églises construite avant la loi de 1905)
  •  : Pose de la première pierre de « la première église du siècle », construite sur les plans d’Émile Vaudremer (1829-1914), architecte de Saint-Pierre de Montrouge (1862), puis de son élève Lucien Roy.
  •  : Bénédiction de l’église
  •  : crue de la Seine

Description[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église est construite en brique et en pierre sur un plan basilical dans un style néoroman. Certaines parties et décorations sont typiques de l'Art nouveau de l'École de Nancy[4].

La façade est en briques et pierre. Elle s'ouvre par un portail en plein cintre festonné, baies à  trois lancettes.

La coupole du chœur est réalisée en verre moulé lié par du ciment[5].

L'église orientée globalement Est-Ouest. Elle possède une tour-clocher édifiée sur les premières travées de la nef, couvert d'une courte flèche d'ardoise. Elle domine l'avenue Ledru-Rollin[2].

L'église possède un accès secondaire au no 57 de la rue Traversière.

Mobilier et œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Statuaire [1][modifier | modifier le code]

Le chœur est encadré par deux statues à l'échelle 1:1 :

- Saint Antoine le Grand (à gauche) au pied duquel on peut apercevoir un cochon, œuvre de Raoul Larche

- Saint Louis couronné (à droite) présentant à l'assemblée l'institution des XV-XX, œuvre de Raoul Larche

Dans le chœur se tient une statue de la Vierge à l'enfant.

À l'entrée de l'église (avenue Ledru Rollin), à droite se trouve une statue de Saint Pierre.

Une Mater Dolorosa se trouve dans l'allée sud.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Le vitrail central du chœur ainsi que les vitraux hauts des tribunes sont issus des ateliers Champigneulle et datent vraisemblablement de 1903.

Le vitrail de la rosace représente la Trinité, les Évangélistes et les anges de l'Apocalypse.

Autour de l'église les vitraux représentent les saints patrons des donateurs et de l'église : Saint Antoine, Saint Louis, Marie, Joseph, Saint Pierre, Saint Paul, Sainte Geneviève, patronne de Paris, Saint Denis, Bienheureuse Jeanne d'Arc (elle ne sera canonisée qu'en 1920), Saint Jeanne de Chantal, Sainte Marie Madeleine, Sainte Élisabeth, Sainte Cécile, Saint François, Saint Marcel, Saint Charles, Saint Eugène, Sainte Juliette, Saint Adrien[1].

Une série de trois vitraux non figuratifs ont été réalisés par la maison Duchemin et installés sur le mur sous la rosace. Installés en 2005, ils sont appelés « vitraux du centenaire »[3],[6].

Aménagements récents[modifier | modifier le code]

En 2009, un nouveau chemin de croix réalisé par Sœur Dolorès de l'abbaye de Dourgne est installé dans les allées latérales.

En 2015, les murs de la chapelle de semaine sont rénovés et aménagés sur un projet de Christophe Hébert, architecte.

Le même a dessiné et réalisé le nouvel accueil situé dans l'église et installé en 2016.

Orgues[modifier | modifier le code]

Les orgues de tribune sont de Aristide Cavaillé-Coll (1894) et Joseph Merklin (1907) et celles du chœur de Joseph Merklin (1909)[7].

Titulaire : Eric Lebrun[8]

Enregistrements / Recordings[modifier | modifier le code]

  • Victimæ paschali laudes, Éric Lebrun : Victimæ Paschali dans le Petit livre d'orgue pour Mesnil-Saint-Loup, 12 préludes sur des thèmes grégoriens, op. 31, (2014)[9].
  • JAV, JAV-155 (2005) Mulet and Ropartz in Paris (Eric Lebrun)[10]
  • MDG 3161011 (2000) Vierne Organ Works (Ben van Oosten)
  • Somm SMM 019 (2000) Jeffries Organ Works (Michel Bourcier)
  • Dynamic CDS 230 (1998) Bonnet, In Memoriam Titanic (Vincenzo Ninci)
  • Naxos 8.554697/8 (1997) Intégrale Franck (Eric Lebrun)
  • Naxos 8.553632/3 (1995) Intégrale Alain (Eric Lebrun)
  • Naxos 8.553196/7 (1994) Intégrale Duruflé (Eric Lebrun)
  • Adda 581278 (1990) Dupré: Symphonie Passion (Bruno Mathieu)

Curés[modifier | modifier le code]

  • à : Jean-Baptiste Blancheville, fut nommé à sa sortie de la maison des Franciade à Saint-Denis ou il séjourna 18 mois encore après sa sortie de la prison de la Force, il devint ensuite prêtre-trésorier de l'église Sainte-Marguerite de Paris en 1814 avant d'être nommé curé de l'église Saint-Gilles de Bourg-la-Reine le avant de se retirer le [11]
  • Été 2021. Vie de la paroisse / 11ème dimanche du temps ordinaire : Édito de Mgr Jean-Marie Dubois, vicaire de la paroisse[12].
  • . Célébration d'action de grâce du Père François Lainé[13], curé de la paroisse, pour son départ après 7 années, animée par les chœurs de Saint-Antoine et le groupe instrumental. Eric Lebrun, à l'orgue et Bastien Salesse, à la trompette[14].

Accès[modifier | modifier le code]

L'église est accessible par la ligne de métro (M)(8) aux stations Ledru-Rollin et Bastille, et par la ligne de métro (M)(1) aux stations Bastille et Gare de Lyon, ainsi que par les lignes de bus RATP 202429576186.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B.Violle, Paris, son Eglise, ses églises, Histoire, Art, Foi, Paris, Le Cerf, .
  • Carolyn Shuster Fournier, Les orgues de salon d'Aristide Cavaillé-Coll : Cahiers et mémoires : no  57-58, , 160 p. - Association des amis de l'Orgue.
  • Yves de Mallmann et al., Saint-Antoine des Quinze-Vingts : petite histoire d'une paroisse parisienne, Paris, Cariscript, , 96 p. (ISBN 2-87601-311-8).
  • Collectif, Les Orgues CAVAILLÉ-COLL-MERKLIN : de l'église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts, à Paris, Cariscipt, (ISBN 978-2-8760-1337-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Yves de Mallmann et al., Saint-Antoine des Quinze-Vingts : petite histoire d'une paroisse parisienne, Paris, Cariscript, , 96 p. (ISBN 2-87601-311-8), (37)
  2. a et b « Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le )
  3. a et b « Paroisse Saint Antoine des Quinze-Vingts », sur saqv.fr (consulté le )
  4. Impr. IME), Paris, d'église en église, Paris, Massin, cop. 2008, 399 p. (ISBN 978-2-7072-0583-4, OCLC 470598503, lire en ligne)
  5. « Eglise Saint-Antoine des Quinze-Vingts »
  6. « Vitraux de l'église Saint-Antoine des Quinze-Vingts », sur paris-catholique.fr (consulté le ).
  7. Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts - les orgues.
  8. Orgue Cavaillé-Coll-Merklin de l'église Sain-Antoine-des-Quinze-Vingts, Paris.
  9. Victimae paschali pour orgue (for organ), Éric Lebrun.
  10. Orgues en France et dans le monde - Éric Lebrun, titulaire.
  11. Abbé Paul Lieutier, Bourg-la-Reine, essai d'histoire locale, édition 1913, réédition 2003, p.258-259/306.p. (ISBN 2-84373-320-0)
  12. Une vie déjà éternelle.
  13. Émission du 15 mars 2019 : Père François Lainé, curé de Saint Antoine des Quinze-Vingts, dans le 12ème à Paris.
  14. Messe d'action de grâce du départ du père François Lainé - 20 juin 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :