Église Saint-Étienne de Reignac-sur-Indre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Étienne et Saint-Étienne (homonymie).
Église Saint-Étienne de Reignac-sur-Indre
Église paroissiale Saint-Etienne de Reignac-sur-Indre.JPG
le clocher de l'église
Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Construction
Xe, XIIe, XVIIe siècle
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Indre-et-Loire
voir sur la carte de l’Indre-et-Loire
Red pog.svg

L'église Saint-Étienne est l'église paroissiale de la commune de Reignac-sur-Indre, située dans le département d'Indre-et-Loire, en France. Construite au Xe siècle, elle a conservé de cette époque son clocher ainsi qu'une partie de son chœur, visible depuis l'intérieur de l'édifice. Son clocher a été inscrit au titre des monuments historiques en 1926.

Historique[modifier | modifier le code]

La première église construite à Reignac date de la fondation de la paroisse, selon Grégoire de Tours qui en situe la date sous l'épiscopat d'Eustoche ou Eustochius, évêque de Tours de 444 à 561 ou de 442 à 458/9 selon les sources[2]. Il ne reste rien de cet édifice, probablement construit au même emplacement que l'église actuelle, sur la rive droite de l'Indre. L'église carolingienne qui lui a succédé, dédiée à saint Étienne, date de la fin du IXe siècle[3]. Son clocher fut repris au siècle suivant. L'église a été remaniée à plusieurs reprises, aux XIIe siècle puis au XVIIe siècle[1]. Au XIXe siècle, une dernière modification consista à masquer le chevet par des murs modernes et à percer une porte dans la paroi est du chevet, qui devint l'entrée principale de l'église, désormais ouverte à l'est[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'élément le plus intéressant de l'église de Reignac-sur-Indre est son clocher, inscrit au titre des monuments historiques depuis le [1]. De plan carré, construit au IXe siècle, remanié probablement au Xe siècle dans sa partie supérieure[3], il est bâti en moyen appareil typique de l'architecture carolingienne, mais présente à ses quatre arêtes des chaînages de pierres plates. On remarque, sur sa face est, au-dessus de la porte moderne de l'église, deux arcs de décharge, l'un en pierres plates et l'autre en tuiles[4], probablement destinés à répartir la charge du clocher au-dessus d'un chœur aujourd'hui disparu[5]. La partie supérieure du clocher, faisant office de beffroi, est percée sur chacune de ses faces de deux baies en plein cintre.

Le chœur est cloisonné, comme dans l'église Saint-Pierre de Perrusson, divisé en une nef et deux collatéraux voûtés en berceau, mais il est masqué extérieurement par des murs modernes de placage[3]. Le collatéral nord fut aménagé par la famille du Fau qui fut, du XVe siècle au XVIIe siècle, propriétaire de Reignac ; le mur de ce collatéral est marqué aux armes de la famille « de gueules à trois fasces d'argent »[4].

La nef, moderne, est percée, côté sud, de deux hautes baies en plein cintre encadrant un portail lui-même surmonté d'un oculus. L'une des fenêtres de la paroi nord de la nef est ornée d'un vitrail de 1887 qui représente le martyr de Saint-Étienne, patron de la paroisse[6]. Ce vitrail est signé Armand Clément (1840-1894), maître verrier tourangeau[7]. L'extrémité ouest de la nef ne comporte pas d'ouverture et fait office de chœur.

À la faveur des différents remaniements, l'église, originellement orientée vers l'est et pourvue d'un clocher surmontant le chœur, s'est transformée en un bâtiment tourné vers l'ouest et pourvu d'un clocher-porche.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Briais, Le Pays lochois et la Touraine côté sud, Chambourg-sur-Indre, PBCO Éditions, , 112 p. (ISBN 978 2 35042 014 1).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 967 p. (ISBN 2 85443 136 7).
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention (réimpr. 1986), 9e éd. (1re éd. 1930), 733 p. (ISBN 2 855 54017 8).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le site de Reignac-sur-Indre

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice no PA00097934, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Luce Pietri, « La succession des premiers évêques tourangeaux : essai sur la chronologie de Grégoire de Tours », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, t. 94, no 2,‎ , p. 618 (lire en ligne).
  3. a, b, c et d Couderc, p. 643.
  4. a et b Ranjard, p. 546.
  5. Briais, p. 16.
  6. « Histoire », sur le site de la commune (consulté le 14 septembre 2014).
  7. « Œuvres d'Armand Clément (14 notices) », sur le site du ministère de la Culture, Base Palissy, (consulté le 14 septembre 2014).