Église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts
Vue générale de l'église Notre-Dame-et-Saint-Tugen
Présentation
Nom local Iliz Itron Varia Brasparzh
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Quimper
Début de la construction 1551
Fin des travaux XVIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1914)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Brasparts
Coordonnées 48° 18′ 04″ nord, 3° 57′ 24″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Finistère
(Voir situation sur carte : Finistère)
Église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts

L'église Notre-Dame-et-Saint-Tugen, plus souvent appelée église de Brasparts est une église bretonne située à Brasparts dans le Finistère. Construite en granite, elle date en partie du XVIe siècle. Elle est dédiée à la Vierge-Marie et à saint Tugen, un saint breton. Elle a été classée monument historique par arrêté du [1].

Historique[modifier | modifier le code]

église Brasparts, porte
église Brasparts, porche Sud

L'église, dont la construction a commencé en 1551, était autrefois sous la dédicace de Saint Jaoua, neveu de saint Pol Aurélien et son successeur comme Évêque du Léon, qui mourut au presbytère de Brasparts et fut enterré à Plouvien, dans une chapelle qui porte encore son nom. Le clocher et la nef datent du milieu du XVIe siècle, le transept et le chœur du XVIIIe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Extérieur: l'enclos paroissial[modifier | modifier le code]

  • L’église, présente un clocher de style léonard à galerie et lanternons, qui date du XIXe siècle. La date du début de la construction (1551) surmonte la porte ouest, sous le clocher. Les quatre cloches sont datées de 1904, elles se nomment : Marie Léonce Renée Charlotte, Marie Louise Suzanne, Françoise Marie Anne, Anna Marie Augustine.
  • Le porche classique qui abrite les statues des Apôtres (les 12 statues sont conservées)
  • Le calvaire de l'enclos paroissial, situé près du porche Sud, datant du XVIe siècle) comporte, en haut, le crucifix et au revers l'Ecce Homo. Sous la croix, saint Michel terrasse le dragon et au-dessous une étrange pietà, la Vierge et deux saintes femmes soutiennent le Christ dans une attitude hiératique avec un visage fermé[2].
  • L’ossuaire de l’enclos paroissial (XVIe siècle) de plan rectangulaire, comprend six ouvertures en anse de panier sans décoration, deux portes et un œil de bœuf. De style Flamboyant, il a été reconstruit en 171). Sur les rampants du pignon, on peut voir un squelette représentant la Mort et un Ankou tenant un javelot. Le pignon Nord porte l'inscription "JE VOUS TUE TOUS", et le pignon Sud, "REVEILLEZ VOUS/OS AR E (?)". L'intérieur de l'ossuaire n'a pas d'intérêt[2].

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'Ankou" sur l'ossuaire
église de Brasparts, statue de Saint André

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00089843, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/brasparts/brasparts.html
  3. http://www.infobretagne.com/brasparts.htm
  4. Dominique Dantec, "La sacristie de Brasparts. Regard sur le mobilier religieux au XVIIe siècle", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CVIII, 1980

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :