Église Notre-Dame-de-la-Paix de Suresnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Notre-Dame-de-la-Paix
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-de-la-Paix de Suresnes
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Nanterre
Début de la construction 1932
Fin des travaux 1934
Architecte Dom Bellot
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Ville Suresnes
Coordonnées 48° 51′ 50″ nord, 2° 12′ 19″ est
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Église Notre-Dame-de-la-Paix
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Église Notre-Dame-de-la-Paix
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-de-la-Paix

L’église Notre-Dame-de-la-Paix est une église située place de la Paix à Suresnes[1], au sein de la cité-jardin.

Description[modifier | modifier le code]

Dotée d'une structure en béton couverte de caissons de ciment armé, elle est de style semi-oriental avec des briques multicolores, des carreaux vernissés et des vitraux où dominent le rouge et le bleu. D'aspect austère, à cause de son inachèvement, elle compte trois vaisseaux[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Photo de 1965.
Arrière de l'église.

La cité-jardin de Suresnes est un quartier créé ex nihilo à partir de 1921 sur le plateau sud de la ville de Suresnes, un site jusque là peu urbanisé.

L'année suivante, un terrain est offert par l'Office public des habitations à bon marché (OPHBM) à l'archidiocèse de Paris[4]. En effet, le maire de Suresnes et président de l'OPHBM Henri Sellier souhaitait qu'un lieu de culte catholique soit érigée au centre de la cité-jardin, projet dont il était à l'initiative. Par ailleurs, cette église s'insère dans le programme de construction de cent nouvelles églises franciliennes, dit « chantiers du cardinal Verdier », à une époque où la banlieue de la Seine s'urbanise fortement. Menés par l'architecte Dom Bellot, les travaux commencent en 1932.

Le nom de l'église, dédié à la paix, rejoint les préoccupations pacifistes de l'entre-deux-guerres, époque marquée par le souvenir du premier conflit mondial et les tensions internationales des années 1930. Des pèlerinages y ont ainsi lieu plusieurs années afin de prier pour la paix, comme le dimanche [5].

Les travaux se déroulent grâce à l'aide financière de la famille Agache, originaire du Nord. La première pierre est posée le par le cardinal Verdier. L'église est consacrée le , alors que seul le grand vaisseau est achevé. Initialement, un clocher octogonal de 47,50 mètres était prévu, mais il ne fut pas construit, de même que le chœur et sa chapelle d'axe, le déambulatoire, la crypte et une façade travaillée, faute de fonds suffisants, ce qui donne un aspect inachevé à l'église[3],[2]. En , les cloches de la chapelle Notre-Dame-de-la-Salette de Suresnes voisine sont transférées à l'église Notre-Dame-de-la-Paix, dans le clocher arrière ; la plus petite lui fut rendue par la suite[6],[7].

En 1945, une statue de Marie-Reine-de-la-Paix y est installée. En 1960, une salle et un oratoire à l'étage supérieur sont construits à la droite du clocher ; à sa gauche, une sacristie surmontée d'un presbytère voient le jour en 1965 (jusque là, le curé devait loger à Notre-Dame-de-la-Salette). En 1972, le parvis est agrandi, alors que des vitraux sont ajoutés sur la façade, où une statue de Marie-à-l'Enfant est placée en 1975[7].

Les religieuses des Petites Sœurs de l'Assomption jouèrent un important rôle social dans la paroisse durant la seconde moitié du XXe siècle. Arrivées en 1943 et logeant rue Raymond-Cosson, elles s'investirent comme infirmières et aidèrent des mères de familles et des personnes âgées, avant de quitter Suresnes en 1999 faute de vocations[7].

En 2016, le parvis est agrandi et réaménagé (création d'un parking souterrain, plantation d'arbres).

Paroisse[modifier | modifier le code]

Depuis , la commune de Suresnes fait partie du doyenné du Mont-Valérien, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notre-Dame de la Paix (NDP) - 92150 Suresnes
  2. a et b Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le guide du patrimoine d'Île-de-France, Hachette, 1992, p. 626.
  3. a et b Panneau historique explicatif situé devant l'église Notre-Dame-de-la-Paix de Suresnes.
  4. Église Notre-Dame-de-la-Paix Suresnes.
  5. « Notre-Dame », eglise-suresnes.org, consulté le 30 octobre 2018.
  6. ND-de-la-Salette, eglise-suresnes.org, consulté le 29 octobre 2018.
  7. a b et c « ND-de-la-Paix », eglise-suresnes.org, consulté le 30 octobre 2018.
  8. « Carte des doyennés janvier 2010 », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le ).

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965.
  • Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 1, Éditions Alan Sutton, 1995.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]