Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Gruissan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame-de-l'Assomption.
Église Notre-Dame-de-l'Assomption
Vue générale
Vue générale
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Diocèse de Carcassonne et Narbonne
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Ville Gruissan
Coordonnées 43° 06′ 26″ nord, 3° 05′ 06″ est

Géolocalisation sur la carte : Aude

(Voir situation sur carte : Aude)
Église Notre-Dame-de-l'Assomption

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Église Notre-Dame-de-l'Assomption

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-de-l'Assomption

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est une église paroissiale catholique située aux pieds de la Tour Barberousse, au cœur de la circulade dont est constituée la partie ancienne du village de Gruissan, dans l’Aude (département de la région française du Languedoc-Roussillon).

Historique et description[modifier | modifier le code]

Probablement construite au XIVe siècle[1], voire au XIIIe siècle, l’église Notre-Dame de l'Assomption de Gruissan fut d'abord une église fortifiée, ce dont témoignent encore au XXIe siècle plusieurs meurtrières conservées dans leurs dimensions d’origine, d'autres ayant été élargies pour laisser pénétrer la lumière. Elle abrite un tableau de Jacques Gamelin, peint en 1797, qui représente saint Pierre, patron des pêcheurs. Cette toile fut exécutée sur commande de la municipalité pour célébrer la mémoire de trente-deux pêcheurs gruissanais qui périrent lors d’un terrible accident le 10 ventôse an V.

Baldaquin à six colonnes en marbre rose de Caunes-Minervois.

La nef à quatre travées est surmontée d'une charpente apparente soutenue par « des arcs diaphragmes très massifs retombant par l'intermédiaire d'impostes sur des piédroits massifs »[2], tandis que le chœur de l’église est voûté d’ogives, de même que la chapelle latérale. Cette chapelle, consacrée à la Vierge, fut créée au milieu du XIXe siècle sur l’emplacement de l’ancien porche d’entrée de l’église. Elle accueille trois statues en bois : au centre, une Vierge à l’Enfant, entourée à sa droite d’un saint Joseph et à sa gauche d’un saint Dominique.

Le maître-autel est coiffé d’un baldaquin composé de six colonnes en marbre rose de Caunes-Minervois, de dimensions particulièrement imposantes, son sommet atteignant presque celui des voûtes, qui furent exhaussées pour l’occasion en 1787. Don d’Arthur Richard Dillon, seigneur de Gruissan et dernier archevêque de Narbonne, ce retable a ensuite été remanié après la Révolution et notamment complété d’une statue en bois polychrome représentant l’Assomption de Marie.

Le clocher de l’église est une ancienne tour de guet du village fortifié.

Saint Pierre, patron des pêcheurs[modifier | modifier le code]

Vue depuis le fond de l’église.

Tous les 29 juin, jour de la Saint-Pierre, l’église et le village accueillent la fête des pêcheurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Yché, Étude historique sur Gruissan, 1916
  • Jean Pauc et Julien Yché, Étude historique sur Gruissan, nouvelle édition refondue, illustrée et augmentée de la réimpression de l'Essai sur l'histoire du commerce maritime de Narbonne, par Célestin Port, Tinéna, 1985

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]