Église Notre-Dame-de-Liesse d'Annecy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Notre-Dame-de-Liesse
Vue générale
Vue générale
Présentation
Culte Catholique
Rattachement Diocèse d'Annecy
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ville Annecy
Coordonnées 45° 54′ 00″ nord, 6° 07′ 32″ est

Géolocalisation sur la carte : Annecy

(Voir situation sur carte : Annecy)
Église Notre-Dame-de-Liesse

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-de-Liesse

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Église Notre-Dame-de-Liesse

L'église Notre-Dame-de-Liesse d'Annecy, est une église catholique française, située dans le département de la Haute-Savoie et la ville d'Annecy.

Historique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fondée et construite dans la seconde partie du XIVe siècle par les comtes de Genève Amédée III et Robert, l’église Notre-Dame-de-Liesse fut construite sur l'emplacement d’un ancien oratoire et sur celui d'une place médiévale à proximité d’un hospice médiéval. Cet endroit présentait alors un caractère religieux affirmé.

Les origines très anciennes de ce sanctuaire religieux connu sous les traits d'un modeste oratoire marial est cité dès le XIe siècle. Mais la véritable fondation de Notre-Dame-de-Liesse date de 1360, grâce au comte Amédée III de Genève qui souhaitait faire de cette nouvelle église la nécropole de sa lignée. Le comte Robert continua la construction qui fut achevée en 1394. Le sanctuaire fut consacré en 1398.

En 1793, le chœur est détruit par volonté de la municipalité révolutionnaire pour faire place nette à une « place de la liberté » propre à accueillir de grands rassemblements populaires. À défaut d'être rasé comme tous les clochers d'Annecy, le clocher de cette église ne perdra que sa flèche et ses échauguettes. Autour de l'« arbre de la liberté » la place devient au début du XIXe siècle le centre de la vie politique annécienne.

Après le retour en 1815 du département français du Mont-Blanc dans le giron de la maison de Savoie, les paroisses sont rétablies et les églises reconstruites. L'église actuelle fut construite entre 1846 et 1851 sur le sanctuaire primitif très abîmé dont on conservera certains éléments : le clocher du XIVe siècle et une fenêtre gothique du mur sud. L'église est en forme de croix latine, avec nef et collatéraux aux voûtes pleins cintres, et une coupole centrale. Sa façade de type néo-classique sarde date de 1846. Les nefs des collatéraux abritent deux autels : celui de gauche dédié à St François de Sales, l'autre à Notre-Dame du Rosaire. Les fonts baptismaux datent de 1852 et le maître-autel de 1854.

Devant l'église, une grande partie de la place est conservée. Entourée de cafés et de magasins, dénommée « place Notre-Dame », elle affirme sa vocation d'agora politique et sociétale. Jusqu'en 1854, s'y tient un marché des œufs, fromages et légumes, jusqu'à son transfert vers la rue Sainte-Claire, où il est toujours présent. En 1859, la municipalité d'Aimé Levet y installe la fontaine à obélisque, aux lions et aux tortues, toujours présente.

Description[modifier | modifier le code]

Les cloches[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La doyenne date de 1655 et sonne toujours chaque angélus Elle a été fondue par Aubry et pèse 400 kilos. La plus petite d'une cinquantaine de kilos, date de 1699 et n'est plus utilisée. Une autre cloche de 1606 est également mentionnée dans les archives.

Deux autres cloches, aujourd'hui disparues ont été fondues par Louis Léonard de Morteau en 1768. La plus grande pesait alors 11 380 livres.

La Fonderie Paccard a su marquer dans ce clocher son empreinte. Le bourdon, nommé "La Salésienne" en l'honneur de Saint François de Sales pèse plus de cinq tonnes. Il a été fondue en 1878. Une autre cloche, de dimensions plus modestes (une tonne) accompagne ses sœurs, elle a été fondue en 1891, année de la célèbre Savoyarde de Paris.

Protection[modifier | modifier le code]

Une cloche du XVIIe siècle[1] et un tableau du Christ en croix du XIXe siècle[2] sont protégés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]