Éducation en Nouvelle-Calédonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système éducatif de Nouvelle-Calédonie est le même que dans le reste de la France, avec quelques adaptations liées au statut et à la formation des enseignants du primaire, de compétence locale, au contenu pédagogique pouvant être enrichi par les différentes collectivités pour y intégrer les spécificités culturelles, historiques et géographiques du Territoire, et au calendrier scolaire. En effet, la Nouvelle-Calédonie est la seule collectivité de la République, avec Wallis-et-Futuna, à faire correspondre ses « grandes vacances » avec la saison chaude, ce qui fait que son année scolaire s'échelonne de la mi-février jusqu'à la mi-décembre.

Compétences[modifier | modifier le code]

La loi organique du relative à la Nouvelle-Calédonie donne la compétence de l'enseignement primaire public à la Nouvelle-Calédonie (programmes, sous réserve de la compétence des provinces pour leur adaptation en fonction des réalités culturelles et linguistiques, formation des maîtres et contrôle pédagogique).

Les compétences de l'enseignement secondaire public (sauf la réalisation et l'entretien des collèges, déjà de compétence provinciale), de l'enseignement privé (primaire et secondaire), de l'enseignement agricole et de la santé scolaire relèvent de l'État (selon les dispositions prévues par l'article 21-III) jusqu'à leur transfert à la Nouvelle-Calédonie décidées par le Congrès local à la majorité des 2/5e (l'article 26) durant les mandatures 2004-2009 ou 2009-2014. Après obtention de certaines garanties notamment financières de l'État, qui conserve la gestion des diplômes nationaux, la définition des programmes, adaptables localement par le Territoire ou, déjà depuis 1989, par les Provinces, et la qualification des enseignants, le vote du Congrès a adopté le transfert à l'unanimité le . La Nouvelle-Calédonie assure à compter du , outre la possibilité d'adapter les programmes nationaux, le pilotage du système éducatif du secondaire et du privé : répartition des moyens humains et financiers mis à sa disposition, organisation des structures de concertation et d’expertise nécessaire, définition de l’offre de formation, des orientations pédagogiques, des conditions de scolarisation, de la carte scolaire, de l’orientation et l’affectation des élèves, de l’accompagnement pédagogique des maîtres du 1er degré, de la construction, de la rénovation et de l’entretien des lycées et enfin de l’organisation de la santé scolaire[1].

Selon l'article 27, le Congrès peut également, à partir de 2009, adopter une résolution tendant à ce que lui soit transférée, par une loi organique ultérieure, la compétence de l'enseignement supérieur[2].

Les compétences des collectivités locales sont de plus :

  • communes : gestion des fournitures scolaires et frais de fonctionnement des écoles primaires (cantines, transports notamment), la construction et l'entretien des écoles primaires et gestion du personnel municipal en exercice dans celles-ci.
  • provinces : gestion administrative des instituteurs et professeurs des écoles, établissement de la carte scolaire, octroi de bourses, aides scolaires et subventions, l'adaptation des programmes aux réalités culturelles et linguistiques (dans le domaine de l'enseignement des langues kanak ou les programmes adaptés en histoire, géographie, éducation civique et arts plastiques notamment), gestion des internats et construction et équipement des collèges.

Administration[modifier | modifier le code]

Les compétences exercées dans le domaine du primaire public (transférées dès 2000) dépendent de la Direction de l'enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) au sein du Gouvernement local, et celles du secondaire, du privé et de la santé scolaire (transférées avec des compétences partagées avec l'État à partir de 2012) par un vice-rectorat.

À partir du transfert, le , du secondaire public, de l'ensemble du privé et de la santé scolaire, un service unique pour la gestion de ces compétences est créé en reprenant le nom de vice-rectorat. Elle est dirigée par un vice-recteur nommé par décret du président de la République sur avis du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, qui confirme cette nomination pour ce qui concerne les compétences à sa charge sous l'appellation de « Directeur général des enseignements ».

La formation initiale des instituteurs et la formation continue des enseignants du primaire sont assurées par l'Institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie (IFMNC), établissement public géré par le Gouvernement local, et les professeurs des écoles (dont la compétence de la formation dépend pourtant bien de la Nouvelle-Calédonie) et du second degré par l'ESPE du Pacifique[3].

Historique des directeurs de la DENC (depuis 2000)[modifier | modifier le code]

  1. -  : Joël Viratelle (Inspecteur de l'Éducation nationale)
  2. -  : Philippe Guaénéré (Inspecteur de l'Éducation nationale)
  3. -  : Cameron Diver (attaché principal de l'administration générale), par intérim
  4. -  : Jacques Briand (Inspecteur de l'Éducation nationale)
  5. -  : Catherine Le Goavec (attachée principale de l'administration générale), par intérim
  6. - : Christian Pralong (personnel de direction de l'Éducation nationale)

Historique des vice-recteurs (avant 2012)[modifier | modifier le code]

  1. -  : Roger Delpias (inspecteur d'académie)
  2. -  : Charles Lebecque (inspecteur d'académie)
  3. -  : Michel Sénès (proviseur du lycée Lapérouse), par intérim
  4. -  : Jean-Michel Barré (inspecteur d'académie)
  5. -  : Roland Bruel (proviseur du lycée Lapérouse puis délégué inspecteur d'académie), par intérim jusqu'au
  6. -  : Robert Giannoni (inspecteur d'académie)
  7. -  : Michel Vidal (inspecteur d'académie)
  8. -  : Michel Bouyé (inspecteur d'académie)
  9. -  : Jean Lombard (inspecteur d'académie)
  10. -  : Gérard Blanchard (inspecteur d'académie)
  11. -  : François Le Guiner (IA-IPR)
  12. -  : Gérard Sarda (conseiller d'administration scolaire et universitaire), par intérim
  13. -  : Michel Herland (professeur des universités en sciences économiques)
  14. -  : Michel Barat (professeur agrégé de philosophie)
  15. -  : Pierre Boyer (Inspecteur de l'Éducation nationale), par intérim
  16. -  : Ives Melet (inspecteur d'académie, IA-IPR administration et vie scolaire.)

Vice-recteurs, directeurs généraux des Enseignements (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

  1. -  : Patrick Dion (IA-IPR, précédemment directeur général du CNDP de 2005 à 2011)
  2. - : Jean-Charles Ringard-Flament (IGAÉNR, ancien instituteur, docteur de psychologie expérimentale)

Rythme scolaire[modifier | modifier le code]

L'année scolaire correspond à l'année civile, avec des grandes vacances de mi-décembre à mi-février.

Jusqu'en 2012[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2012 inclus, le calendrier scolaire néo-calédonien suit un rythme de 6 semaines de cours entrecoupées alternativement par des vacances de mi-trimestre d'une semaine et de fin de trimestre de deux semaines, généralement ainsi :

  • Rentrée scolaire le troisième jeudi de février,
  • Premières vacances de mi-trimestre la première semaine d'avril,
  • Vacances de fin du premier trimestre la dernière semaine de mai et la première de juin,
  • Deuxièmes vacances de mi-trimestre la troisième semaine de juillet,
  • Vacances de fin du deuxième trimestre les deux premières semaines de septembre,
  • Troisièmes vacances de mi-trimestre la première semaine de novembre,
  • Fin de l'année scolaire le deuxième vendredi de décembre.

De 2013 à 2017[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a émis un décret visant à modifier le calendrier scolaire pour une période d'essai de deux ans à partir de la rentrée de 2013, à la suite d'un débat local ouvert dans le cadre de la préparation du transfert de l'enseignement secondaire public, de l'enseignement privé et de la santé scolaire fixé au . Plusieurs propositions avaient été avancées aux acteurs de la communauté éducative, avec un code de couleurs : orange (conservation du calendrier déjà en vigueur en Nouvelle-Calédonie), vert (grandes vacances inchangées, mais passage de séquences de sept semaines de cours séparées de deux semaines de vacances, contre un rythme jusque là de 6 semaines de cours, 1 semaine de vacances, 6 semaines de cours, 2 semaines de vacances, il s'agit de la proposition la plus populaire et celle finalement adoptée), bleu (également un schéma de sept semaines de cours suivis de deux semaines de repos, mais des grandes vacances divisées avec un mois en août et un autre en décembre) et azur (huit semaines de cours entrecoupés de deux semaines de vacances, sur toute l'année). Le membre du gouvernement chargée de cette question à ce moment, Sonia Backès, rappelle alors sa vision à ce sujet : « Ce que disent les chronobiologistes, c’est que les journées sont trop longues. Il faudrait en venir à une meilleure répartition sur l’année mais avec des journées plus courtes. On se rend compte que les moments où les enfants sont les plus attentifs sont ceux où ils ne sont pas en classe »[4].

Le calendrier pour 2013 et 2014 est donc fixé ainsi[5] :

  • Rentrée le deuxième jeudi de février en 2013 () et troisième lundi de février en 2014 (),
  • Première période : sept semaines de cours jusqu'au premier vendredi d'avril,
  • Vacances de la première période les deuxièmes et troisièmes semaines d'avril,
  • Deuxième période : sept semaines de cours jusqu'au premier vendredi de juin,
  • Vacances de la deuxième période les deuxièmes et troisièmes semaines de juin,
  • Troisième période : sept semaines de cours jusqu'au premier ou deuxième vendredi d'août,
  • Vacances de la troisième période les deuxièmes et troisièmes semaines d'août,
  • Quatrième période : sept semaines de cours jusqu'au deuxième vendredi d'octobre,
  • Vacances de la quatrième période les troisièmes et quatrièmes semaines d'octobre,
  • Cinquième période : sept semaines jusqu'à la fin de l'année scolaire, le troisième jeudi de décembre (, ).

À partir de 2018[modifier | modifier le code]

Une consultation pour un nouveau changement de calendrier scolaire est lancée en 2016, pour aboutir à un projet arrêté par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie le . Se justifiant par le fait de laisser « davantage de temps aux élèves pour assimiler les programmes scolaires et préparer leurs examens », tout en prenant en compte la correction locale du baccalauréat, il inscrit deux semaines de cours supplémentaires dans le calendrier en repoussant les dates d'examen et donc les conseils de classe du troisième trimestre ainsi qu'en supprimant une semaine aux premières vacances intermédiaires de l'année[6]. Le choix d'une deuxième période scolaire assez longue, de huit semaines, entraîne une polémique auprès de parents d'élèves et d'enseignants[7].

Le calendrier pour 2018, 2019 et 2020 est donc fixé ainsi[6] :

  • Rentrée le troisième lundi de février, comme dans le précédent calendrier appliqué (, , ),
  • Première période : sept semaines de cours jusqu'au premier vendredi d'avril, comme dans le précédent calendrier appliqué,
  • Vacances de la première période la deuxième semaine d'avril, soit une semaine de moins que dans le précédent calendrier appliqué,
  • Deuxième période : huit semaines de cours jusqu'à la première semaine complète de juin, soit une semaine de plus que dans le précédent calendrier appliqué,
  • Vacances de la deuxième période les deuxièmes et troisièmes semaines de juin, comme dans le précédent calendrier appliqué,
  • Troisième période : sept semaines de cours jusqu'à la première semaine complète d'août, comme dans le précédent calendrier appliqué,
  • Vacances de la troisième période les deuxièmes et troisièmes semaines d'août, comme dans le précédent calendrier appliqué,
  • Quatrième période : sept semaines de cours jusqu'à la deuxième semaine d'octobre, comme dans le précédent calendrier appliqué,
  • Vacances de la quatrième période les troisièmes et quatrièmes semaines d'octobre,
  • Cinquième période : sept semaines jusqu'à la fin de l'année scolaire, à la fin de la deuxième semaine de décembre (, , ).

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

L'école communale de Païta I

Il y avait à la rentrée 2009 36 502 élèves inscrits dans le primaire (27 034 ou 74,06 % dans le public et 9 468 et 25,94 % dans le privé), répartis dans 288 écoles (soit en moyenne 127 élèves par établissement, 198 ou 68,75 % sont dans le public et 90 ou 31,25 % dans le privé) et 1 966 enseignants chargés de classe (1 459 dans le public et 507 dans le privé sous contrat).

Il y a donc en moyenne 18,56 enfants par enseignant (18,53 dans le public, 18,67 dans le privé).

Ils sont 12 659 en maternelle (9 170 dans le public et 3 489 dans le privé), 23 637 en école élémentaire (17 658 dans le public, 5 979 dans le privé) et 206 dans l'éducation spécialisée.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Ils sont répartis comme suit :

  • en Province Sud : 25 389 élèves (69,56 %, dont 8 936 en maternelle, 16 276 en école élémentaire et 177 dans l'éducation spécialisée). Plus qu'ailleurs en Nouvelle-Calédonie, le public domine et distance le privé, avec 20 211 élèves dans le public (74,76 % de l'ensemble du public néo-calédonien, et 79,61 % du total provincial) pour 5 178 dans le privé (à peine 54,69 % du privé territorial, et 20,39 % des écoles de la province). Ils sont répartis dans 127 écoles (44,1 %, 103 rien que dans le Grand Nouméa dont 60 à Nouméa), dont 106 publiques (53,53 % de l'ensemble du public néo-calédonien, et 83,46 % des établissements provinciaux) et 21 privées (23,33 % seulement du privé local, 16,54 % du total provincial), avec quelque 1 250 enseignants chargés de classe (1 000 dans le public, 300 dans le privé). Les établissements sont donc de taille plus importante que sur le reste de la Nouvelle-Calédonie (quelque 200 élèves par école), mais le nombre moyen d'élèves par enseignant (20 environ) est à peine plus forte que la moyenne territoriale (1 élève de plus par instituteur en moyenne).
  • en Province Nord : 7 434 élèves (20,37 %, dont 2 453 en maternelle, 4 965 en école élémentaire et 16 en éducation spécialisée), avec un écart entre les poids du public et du privé plus étroit que dans le Sud, se rapprochant de la moyenne territoriale : 4 770 enfants sont inscrits dans le public (17,64 % des élèves du public néo-calédonien, 64,16 % de la population scolaire provinciale) et 2 664 dans le privé (28,14 % du privé local, 35,84 % des écoliers du Nord). Le nombre d'établissement s'équilibre entre les deux : sur 89 écoles (30,90 %, 35 sur la côte Ouest, Poum comprise, 53 sur la côte Est et 1 aux îles Belep), 45 sont publiques et 44 privées (pratiquement la moitié des établissements privés du Territoire). Il y a environ 500 enseignants chargés de classe. Les établissements sont de taille réduite (84 élèves en moyenne par école), et c'est là que l'on trouve les plus petites classes (la densité s'établit à environ 15 élèves par enseignant, soit quelque 4 élèves de moins que la moyenne territoriale).
  • aux îles Loyauté : 3 679 élèves (10,08 %, dont 1 270 en maternelle, 2 396 en école élémentaire et 13 en éducation spécialisée), et privé et public s'équilibrent presque : la population scolaire y est respectivement de 1 626 (17,17 % du privé néo-calédonien, 44,2 % des écoliers loyaltiens) et 2 053 enfants (7,59 % du public territorial, 55,8 % des inscrits aux Îles). Pourtant, l'écart reste fort en nombre d'établissements : sur 72 écoles (36 à Lifou, 24 à Maré et 12 à Ouvéa), 47 sont publiques et 25 privées. Le nombre d'enseignants chargés de classe est de 200 environ, répartis pratiquement à égalité entre le public et le privé. La taille des établissements est en moyenne largement plus faible qu'ailleurs sur le Territoire (quelque 51 élèves par école en moyenne), même si ceux du privé sont légèrement plus gros (moyenne de 65 écoliers). Mais la taille des classes correspond pratiquement à la moyenne territoriale avec une densité d'environ 18 enfants par enseignant.

Programmes[modifier | modifier le code]

Les programmes scolaires sont identiques à ceux de métropole à l’exception des programmes d'histoire et géographie qui sont adaptés afin de tenir compte des spécificités locales.

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Il y avait à la rentrée 2009 32 463 élèves inscrits dans le secondaire (24 235 ou 74,65 % dans le Sud, 5 500 ou 16,94 % dans le Nord et 2 728 ou 8,4 % dans les Îles), dont 22 192 dans le public (68,36 %, avec là encore une proportion plus forte dans le Sud avec 70,25 % des élèves de la province inscrits dans ce type d'établissement) et 10 271 dans le privé (31,64 %, toujours plus présent dans le Nord, où il regroupe 33,62 % des inscrits, mais surtout dans les Îles où ce taux atteint 44,46 %). Ils sont répartis dans 73 établissements (37 publics et 36 privés), avec 2 763 enseignants chargés de classes (1 800 dans le public et 963 dans le privé).

À la rentrée 2016, le Journal du congrès de Nouvelle-Calédonie (mars 2016) annonce une rentrée de 68 000 élèves, 35 000 au primaire et 33 000 au secondaire.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Sur le total d'élèves, 25 371 (78,15 %) sont inscrits dans une filière générale ou technologique. Depuis la rentrée 2010, le nombre d'établissements dispensant ce type d'enseignement est de :

  • 53 collèges ː 30 publics et 23 privés (dont 17 avec SEGPA, 14 publics et 3 privés) :
    • 19 dans le Grand Nouméa, 15 publics, parmi lesquels 7 avec SEGPA, 4 privés catholiques, dont 2 avec SEGPA),
      • dont 10 à Nouméa, avec les plus gros établissements du Territoire, dont les collèges publics de Magenta et Jean-Mariotti avec plus de 1 000 élèves et 40 classes, et le plus vieux collège du Territoire, le collège public Georges-Baudoux, héritier du collège Lapérouse (fondé sous le nom de collège de Nouméa en 1881), et le plus récent à ce jour, le collège Gabriel-Païta (Ondémia jusqu'en 2016) de Païta-Nord, inauguré à la rentrée 2010,
        • 8 publics, dont 4 avec SEGPA ː Kaméré, Magenta, Normandie, Rivière Salée, Portes de Fer, Tuband, Georges Baudoux, Jean Mariotti,
        • 2 privés, dont 1 avec SEGPA) ː Champagnat, Saint-Joseph de Cluny,
    • 8 dans la « Brousse » de la Province Sud, 4 publics et 4 privés catholiques,
    • 16 en Province Nord, 7 publics, (dont 5 avec SEGPA), et 9 privés, (dont 1 avec SEGPA),
    • 10 aux Îles Loyauté, 4 publics, dont 2 avec SEGPA, et 6 privés,



  • 8 lycées (5 publics et 3 privés) :
    • 6 dans le Grand Nouméa (3 publics et 3 privés, dont 2 catholiques et 1 protestant),
      • 4 à Nouméa
        • 2 publics,
          • le lycée Lapérouse, quartier de la Pointe de l'Artillerie, héritier comme le collège Baudoux, de l'ancien collège Lapérouse, encore le plus important du Territoire avec près de 1 500 élèves et 59 classes,
          • le lycée Jules-Garnier, Nouville,
        • 2 privés
          • le lycée catholique Blaise-Pascal, à l'Anse Vata, plus important lycée privé du Territoire avec quelque 1000 élèves dans 35 classes,
          • le lycée protestant Do Kamo, à la Vallée des Colons,
      • 2 à la limite entre les communes de Nouméa et Dumbéa,
        • le lycée du Grand Nouméa, ouvert à la rentrée 2000, désormais le deuxième lycée néo-calédonien, ou le premier, à égalité avec Lapérouse (avec environ 1 500 élèves et 58 classes),
        • le lycée catholique Apollinaire-Anova, à Païta,
    • 1 public en Province Nord, celui Antoine-Kéla de Poindimié.
    • 1 public aux îles Loyauté, le lycée polyvalent des Îles William,a-Haudra à sur Lifou.


À ceci s'ajoutent 7 092 élèves (12,85 %) inscrits dans un cursus professionnel, répartis dans :

Adaptations des programmes[modifier | modifier le code]

Organisations de l'enseignement privé[modifier | modifier le code]

Le collège catholique de Saint-Joseph-de-Cluny à Nouméa

Il existe trois organismes pour l'enseignement privé sous contrat en Nouvelle-Calédonie, toutes trois confessionnelles et héritées des organisations missionnaires :

Rentrée scolaire 2016[modifier | modifier le code]

La Province des Îles Loyauté donne pour la rentrée de février 2016 les chiffres suivants (public et privé) :

  • enseignement primaire : 2883 élèves (1356 à Lifou, 837 à Maré, 654 à Ouvéa),
  • enseignement secondaire : 2113 collégiens et lycéens (1254 de Lifou, 530 de Maré, 329 d'Ouvéa).

Sur ce total de 4996 élèves, 4895 sont boursiers (Lifou 2318, Maré 1640, Ouvéa 937), dont 342 lycéens en Province sud (237 de Maré et 105 d'Ouvéa).

« Pour donner une identité calédonienne à l'école, il faut aussi que le personnel reflète le pays. (...) Il faudrait que 40% des professeurs soient kanak » (Hélène Iékawé, chargée de l'enseignement au gouvernement, et JC Ringard-Flament, vice-recteur). En 2010, dans l'enseignement secondaire, 1,5% du personnel d'enseignement et de direction est kanak, soit 29 sur 1850. En 2016, cela représente 12%. Depuis 2010, un Foyer du Tutorat accompagne les futurs capésiens dans leur préparation du concours, particulièrement pour les épreuves orales. (d'après un article des LNC, 08 août 2106)

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2009, l'enseignement supérieur regroupaient quelque 3 750 étudiants, dont 62 % (environ 2 800 inscriptions) à l'université de la Nouvelle-Calédonie, 20 % en classes supérieures des lycées (BTS, CPGE), 5 % à l'IFM-NC, 4 % en BTS en alternance dispensés par la CCI, 3 % à l'IUFM de l'UNC, 3 % à l'IFPSS-NC, 2 % à l'EGC et 1 % à l'ENEP. L'essentiel (si ce n'est la totalité) de l'offre de formation se situe à Nouméa ou dans le Grand Nouméa.

L'Université de la Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1987 sous le nom d’université française du Pacifique répartie entre deux centres universitaires : celui de Nouvelle-Calédonie et celui de Polynésie française, le siège administratif de l'université étant à Tahiti. En 1999, les deux centres sont devenus deux universités autonomes et l'antenne calédonienne est devenue l'université de la Nouvelle-Calédonie (UNC). Il s'agit de la plus petite université de France par ses effectifs, avec, en 2012, 3 000 étudiants, une centaine d'enseignants-chercheurs et enseignants et une centaine d'ingénieurs, techniciens, agents administratifs et de bibliothèque.

Elle est localisée sur un seul site, situé à Nouméa : Nouville.

L'université offre des formation de premier cycle (DEUST, DUT, licence et licences professionnelles), de second cycle (master). Établissement compte une ESPE et un IUT qui a ouvert en 2015. Il existe également une école doctorale, commune avec celle de l'université de Polynésie française. Les licences offertes sont : Mathématiques, Informatique, Physique-chimie, Sciences de la vie, de la terre et de l'environnement, Droit, Économie et gestion, Lettres, Histoire, Géographie et aménagement, Langues étrangères appliquées, Langues littératures et civilisations étrangères et régionales.

Depuis 2010, l'UNC propose aussi des formations sous contrats d'alternance, avec notamment sous contrat d'apprentissage, deux licences professionnelles métiers de la comptabilisé soit en contrôle de gestion, soit révision comptable. Il a également été ouvert en 2003 une première année de médecine en collaboration avec le CHU de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Enfin est aussi ouvert un DEUST géosciences répondant au besoin de formation des industriels miniers.

Classes supérieures des lycées[modifier | modifier le code]

Il existe

Le Grand Nouméa dispose également de 2 classes formant au diplôme de comptabilité et de gestion.

Sections BTS 2015-2016[modifier | modifier le code]

  • LPO Jules Garnier : ATI, Bâtiment, Électrotechnique, Maintenance des systèmes, Technico-commercial,
  • LP commercial et hôtelier A. Escoffier : Hôtellerie-Restauration A & B & MAN, Transport et Prestations Logistiques,
  • LP Jean XXIII : Hôt.-Rest. B & MAN,
  • LP Petro Attiti : Étude et économie de la construction,
  • LP Champagnat : Maintenance des systèmes,
  • Lycée Anova Païta : SP3S secteur sanitaire et social,
  • Lycée Saint-Joseph de Cluny : AM, NRC,
  • CCI : AG PME-PMI, CGO Comptabilité gestion des organisations,
  • Lycée du Grand Nouméa : ESF, SP3S, Services informatiques A & B,
  • Lycée Blaise Pascal : AG PME-PMI, AM, CGO Comptabilité Gestion des Organisations,
  • Lycée Lapérouse : AG PME-PMI, AM, Commerce International, Communication, CGO Comptabilité Gestion Organisations, MUC, NRC, Tourisme.
Hors Nouméa[modifier | modifier le code]

CPGE[modifier | modifier le code]

  • Lycée Lapérouse : Littéraire,
  • Lycée Jules Garnier : Physique Sciences de l'Ingénieur, Physique Technologies,
  • Lycée du Grand Nouméa : Économie Commerce ECE & ECT.

La formation des enseignants (primaire et secondaire, public et privé)[modifier | modifier le code]

Elle regroupe 9 % des étudiants en 2009, avec trois établissements.

Tout d'abord, deux organismes ont été formés en 1990 par la division du « Centre de formation et de recherche pédagogique » (CEFOREP), créé en 1969 sous le nom d'école normale avant d'être rebaptisé en 1971, :

L'Institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie (IFM-NC), nouveau nom depuis le transfert de la compétence de l'enseignement primaire public à la Nouvelle-Calédonie de l'ancien Institut territorial de formation des maîtres, pour le public ; et l'École normale de l'enseignement privé (ENEP) pour le privé. Situé en face du collège Mariotti à Nouméa, dans le quartier de l'Anse Vata, le premier assure la formation initiale et continue des maîtres et des enseignants du premier degré public ainsi que celle des instituteurs amenés à enseigner les langues et cultures kanak.

L'ENEP, située au Centre-ville, en bordure de la place des Cocotiers et des locaux partagés avec l'école catholique Saint-Joseph-de-Cluny, forme les instituteurs pour les trois enseignements (catholique, Alliance libre réformée et Fédération de l'Enseignement libre protestant).

Ils préparent au même diplôme : celui d'instituteur et le DEUG d'« enseignement 1er degré »[8],[9].

L'École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE), composante de l'Université de la Nouvelle-Calédonie localisée à Nouville sur un site ouvert en 2005 sur le campus universitaire. Elle prépare aux concours du professorat des écoles et des professeurs de lycées professionnels en Lettres-histoire et Anglais-lettres, aux CAPES de Lettres modernes, Histoire-géographie, Anglais, Mathématiques et Sciences de la vie et de la terre et enfin au CAPEPS ; les préparations aux CAPES et CAPEPS sont doublées de préparations aux masters métiers de l’enseignement dans les spécialités correspondantes. Elle assure aussi la formation initiale, en alternance, des lauréats de ces concours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Salaün, Décoloniser l'école ? Hawai'i, Nouvelle-Calédonie, expériences contemporaines, Rennes, 2013, PUR, (ISBN 978-2-7535-2165-0),

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]