Éducation au Niger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éducation au Niger
Entrée d'une école primaire au Niger
Entrée d'une école primaire au Niger
Système éducatif
Langue de scolarisation Français
Scolarité obligatoire 16 ans
Durée de la scolarité  
· Primaire 5 ans
· Secondaire 7 ans
· Supérieur de 2 à 8 ans
Organisme de tutelle Ministère de l’Éducation nationale de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (Niger)
Indicateurs
Taux d'alphabétisation  
Scolarisation (2017)  
· Primaire 78 %[1]
· Scolarité privée 1,8 %
Diplômés  

L'éducation au Niger, ou système éducatif nigérien, concerne l'ensemble des institutions publiques et privées du Niger ayant pour fonction d'assurer et de développer le système éducatif sur l'ensemble du territoire du pays.

Schéma de scolarisation au Niger

Le système scolaire nigérien est en majorité public, laïc et il est obligatoire de l'âge de 6 ans jusqu'à 16 ans. Il est en partie inspiré du modèle éducatif français.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1960, date de l’indépendance du pays, l’école nigérienne comptait au cycle primaire 183 écoles, 466 classes et 21 054 élèves, pour un taux de scolarisation de 3,6 %.

En 1990, à Jomtien, le pays s’est joint à la communauté internationale pour fixer à 2015 l’atteinte de la scolarisation primaire universelle.

1er juin 1998: promulgation de la première loi d’orientation globale du système éducatif. Cette loi établit une série d’objectifs à atteindre en vue de l’éducation pour tous. Parmi ces objectifs figurait l’accélération de la scolarisation, par le recrutement massif d’enseignants (2765 nouveaux enseignants par an, par rapport à 520 en moyenne sur la période 1990-1998)[2]. Vu les ressources limitées du pays, les autorités nigériennes ont envisagé une solution de rechange afin de faciliter le recrutement: instaurer une politique de recrutement des enseignants par contrat. Un contractuel de l'éducation nationale au Niger (jusqu’en 2003, les "contractuels" étaient appelés des "volontaires de l’éducation") se présente sous le visage d’un jeune diplômé sans emploi qui a choisi de se mettre à la disposition du Ministère de l’Éducation Nationale, afin de dispenser des cours dans les écoles primaires du pays.

Préscolaire[modifier | modifier le code]

L’éducation préscolaire s’adresse aux enfants âgés de 3 à 5 ans. Chaque année au Niger, près de 10 000 enfants entrent en première année du préscolaire. Même si ce phénomène a longtemps été presque exclusivement urbain, on constate aujourd’hui une poussée de la proportion des enfants du préscolaire en milieu rural. Le taux de préscolarisation (pourcentage des enfants ayant accès au cursus préscolaire) a oscillé entre 5 et 7 % de 2011 à 2014 et connait une dynamique haussière[3].

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

L’âge d’entrée au cycle primaire est de 6 à 7 ans, comme le stipule la Loi d’Orientation du Système Éducatif Nigérien. Le cycle d’enseignement est structuré en trois sous-cycles (CI-CP, CE1-CE2, CM1-CM2) et sa durée est de six ans à raison de deux ans par sous-cycle[3].

Langues dites "nationales" au Niger

L’approche pédagogique majoritaire actuellement en vigueur au Niger pour l’apprentissage de la lecture et des mathématiques est la pédagogie par objectifs (PPO). Cependant, le Niger est engagé dans la rénovation du curriculum en appliquant l’approche par situation (APS), qui est en expérimentation dans 500 écoles aux niveaux CI et CP (les 2 premières années du primaire) et se caractérise par l’introduction des langues "nationales", autres que le français (ex: le haoussa, le djerma, le songhaï, le tamasheq, le peul ou fulfulde, le kanouri, l'arabe dialectal, le buduma, le gulmancema, le tassawaq, le toubou et le gourma).

Parmi les progrès importants du système scolaire nigérien, on peut observer l’objectif de réduction du taux d’analphabétisation, qui est globalement atteint, car l’on passe de 58,3 % à 24 % d’analphabètes, soit une réduction de moitié, entre 2002 et 2012[4]. Le Taux net de scolarisation (TNS) est, lui, en nette augmentation passé de 18 % à 70 % de 1992 à 2012 soit une augmentation de 2,6 points de pourcentage par an[1].

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

L’accès à l’enseignement secondaire général nigérien est réglementé par le Ministère des enseignements secondaires (MES). Il est dispensé dans les collèges d’enseignement général et les premiers cycles des lycées, et est régulé par la voie du concours d’entrée en sixième. Il s’adresse à la tranche d’âge de 12 à 16 ans.

Le second cycle, d’une durée de trois ans (de la seconde à la terminale, littéraire ou scientifique), est sanctionné par l’obtention du baccalauréat donnant accès à l’enseignement supérieur.

Enseignement supérieur et universitaire[modifier | modifier le code]

Les principales universités nigériennes sont:

Éducation spécialisée[modifier | modifier le code]

Dysfonctionnements[modifier | modifier le code]

Le Niger est parmi les pays au monde connaissant les plus forts taux de natalité (3,4 % de croissance démographique[5]), ralentissant ainsi statistiquement la croissance du taux de scolarisation.

Ses dotations publiques en matière d'éducation sont également nettement inférieures à ses besoins réels. Ces dotations de l'état ne sont qu'en partie compensées par les dons internationaux (ONU, UNESCO, accords bilatéraux et multilatéraux). Le Programme décennal de développement de l'éducation(PDDE) connait un faible taux de réalisation des nouveaux projets: seulement 3000 salles de classes ont été construites entre 2003 et 2007, pour des prévisions de l'ordre de 14.600 salles de classes, soit un taux de réalisation d'à peine 20 %[6].

De plus, l'efficacité du système éducatif nigérien peine à atteindre la moyenne des états africains. Le taux de rétention de l'alphabétisation y est de 10 à 30 % inférieur aux autres pays d'Afrique, selon la durée d'études[7].

Le taux absolu de rétention des élèves entre 2001 et 2009 n'a connu qu'une faible hausse, aux alentours de 66 %[7]. Ceci rend l'universalisation de la scolarisation au Niger encore lointaine, bien que des progrès notables aient été observés et encouragés. Pour atteindre un taux dit "universel" de scolarisation en primaire en 2020, il faudrait que 3,4 millions d'enfants soient effectivement scolarisés, comparé aux 1,8 million de 2008[7].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]