Éducation à l'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'éducation à l'image, ou éducation cinématographique, est une forme d'enseignement et d'initiation, destinée le plus souvent à un jeune public dans le but de lui faire découvrir différents aspects du cinéma. Par le biais de cette forme d'éducation, plusieurs activités sont mises en place pour aider les jeunes générations à comprendre le 7ème art et à l'apprécier mais aussi à utiliser les images dans d'autres contextes que le cinéma.

Elle peut se mettre en place lors du temps scolaire, où elle sera alors accompagnée par un professeur ou un intervenant, ou hors temps scolaire via des organismes spécialisés et des salles de cinéma.

D'une manière plus générale, l'éducation à l'image peut aussi toucher la photographie, la télévision ou encore internet par exemple, on parlera davantage d'une éducation aux images[1], ou éducation aux médias dans ces cas-là.

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'objectif de l'éducation à l'image est de donner du sens aux images mais aussi de transmettre le cinéma et le goût de celui-ci.

Voici plusieurs définitions suivant différents organismes :

Objectifs d'après le Ministère de l'Éducation en France : « l’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel permet aux élèves d’acquérir une culture, d'avoir une pratique artistique et de découvrir de nouveaux métiers[2]. »

Objectifs d'après le Centre national du cinéma et de l'image animée en France :

  • former le goût et susciter la curiosité de l'élève spectateur par la découverte d'œuvres cinématographiques en salle, dans leur format d'origine, notamment en version originale.
  • offrir, dans le cadre du partenariat entre les ministères concernés et les collectivités territoriales, des prolongements pédagogiques et des formations.
  • veiller à l'accès sur l'ensemble du territoire du plus grand nombre d'élèves à la culture cinématographique.
  • participer au développement d'une pratique culturelle de qualité en favorisant le développement de liens réguliers entre les jeunes et les salles de cinéma[3].

Objectifs d'après Le fil à l'image, des pôles régionaux d'éducation et de formation aux images :

  • Transmettre une culture cinématographique par la sensibilisation aux œuvres, au geste de mise en scène, à la démarche d’auteur.
  • Rendre le spectateur actif et conscient de ses choix.
  • Éveiller le regard en initiant à la pratique du film.
  • Former une sensibilité critique capable de décrypter les œuvres audiovisuelles[4].

Axes principaux[modifier | modifier le code]

François Campana, coordinateur national du dispositif Passeurs d’images, parle de trois axes majeurs dans l’éducation à l’image : Voir, Faire, Réfléchir[5]

Ces trois axes représentent trois manières de rendre possible la rencontre entre une œuvre et un public et les sensibiliser aux images, ils sont aussi un résumé des objectifs principaux cités au-dessus.

Voir[modifier | modifier le code]

Pour comprendre les images et pouvoir les appréhender, il est important de voir des œuvres, et de les voir en salle[6], si possible. La sortie en salle de cinéma avec la classe est mise en avant afin que les élèves puissent découvrir des films dans des conditions adéquates et optimales (sur grand écran et dans le noir notamment). Beaucoup d’élèves vivent leur première expérience au cinéma grâce à cela. C’est aussi une manière de créer une habitude qui pourra être reproduite ensuite en dehors de l'école et en devenant adulte.

Faire[modifier | modifier le code]

Il est donc ici question de sensibiliser aux pratiques de création des images permettant de mieux comprendre le mécanisme de création, les règles et les enjeux de ce qui est diffusé quotidiennement sur internet, à la télévision ou au cinéma. Plusieurs activités ou ateliers sont mis en place pour « faire du cinéma » et c’est aussi souvent l’occasion d’accueillir un intervenant professionnel présent pour expliquer, aider et rendre possible la création. Faire un film permet également de développer sa créativité et de mieux comprendre les mécanismes.

Réfléchir[modifier | modifier le code]

Il ne suffit pas de voir et de créer, il faut réfléchir sur ce que nous voyons pour donner un sens à tout cela. Analyser les images, comprendre les intentions du créateur ou de la créatrice, découper les plans, s'initier au langage cinématographique ou encore approfondir un propos. Tout cela permet d’éduquer le regard et d’aiguiser le sens critique. Si création il y a eu, il est important également de réfléchir à celle-ci ainsi qu'à son processus.

La réflexion en classe est rendue possible grâce à toutes sortes d'accompagnements : des documents pédagogiques pour soutenir et aider le professeur dans les discussions et ateliers en classe ainsi que des fiches explicatives à destination des élèves[7],[8] ; des DVD regroupant des extraits de films ou des œuvres complètes, des analyses filmiques, des exercices, des ouvertures vers d'autres thèmes[9],[6] ; des interventions en classe pour étudier un film, l'histoire du cinéma ou l'analyse de plan[10] ; des leçons de cinéma[11] etc

Éducation à l'image versus Éducation par l'image[modifier | modifier le code]

Une différence doit être apportée avec l’éducation « par » l’image, qui est le fait de parler d’un sujet en montrant un film sur celui-ci. Le film est donc davantage utilisé comme support pour parler de quelque chose, un évènement historique par exemple.

Dans l’éducation « à » l’image, l’objet étudié est le film en tant que média directement. Cette pratique s'intéresse davantage à la forme que prend l’œuvre et au sens qu'on lui donne qu’à son contenu et son propos.

Se faire « passeur d'image » ou « passeur de films »[modifier | modifier le code]

Un passeur de films a une place intermédiaire et fait le lien entre une œuvre cinématographique et une ou plusieurs personnes. En transmettant son intérêt pour une œuvre, il initie à une cinématographie et peut donner le goût de voir, d’analyser, d’aimer les films mais aussi d’en créer[12], participant donc à une éducation à l'image à travers ses actes.

Dans le cadre scolaire, Alain Bergala (critique de cinéma et réalisateur) nous dit :

« Lorsqu’il prend le risque volontaire, par conviction et par amour personnel d’un art, de se faire “passeur”, l’adulte change lui aussi de statut symbolique, abandonne un moment son rôle d’enseignant tel qu’il est bien défini et délimité par l’institution, pour reprendre la parole et le contact avec ses élèves depuis un autre lieu de lui-même, moins protégé, celui où ses goûts personnel entrent en jeu, ainsi que son rapport plus intime à telle ou telle œuvre d’art, où le “je” qui pourrait être néfaste dans son rôle d’enseignant devient pratiquement indispensable pour une bonne initiation[13] »

De son côté, Philippe Meirieu (spécialiste de la pédagogie) ajoute :

« Des adultes, certes, mais des adultes qui n’ont pas de « pouvoir » institutionnel sur vous et qui partagent, avec vous, une passion. Ce sont des adultes qui occupent en quelque sorte la place anthropologiquement dévolue à l’oncle ou à la tante... »[14]

Le passeur peut être un enseignant dans le cadre scolaire, un professionnel du cinéma ou simplement un cinéphile souhaitant transmettre sa passion. Ce qui compte c'est la volonté de transmettre[15] et de partager.

Un organisme d'éducation à l'image porte par ailleurs le nom de Passeurs d'image en France[16].

Passeurs et passeuses d'images reconnus[modifier | modifier le code]

Cette liste (non exhaustive) présente des personnalités ayant pour la plupart œuvrées au développement de l'éducation à l'image et à la découverte du cinéma.

Éducation à l'image au Québec[modifier | modifier le code]

Le cinéma au Québec est marqué par la forte présence de la religion au début des années 1900. Celle-ci va même jusqu’à censurer et interdire le cinéma aux moins de 15 ans à partir de 1911 et aux moins de 16 ans en 1919[27]. On dit même à l'époque que le cinéma « diminue le rendement scolaire, habitue à la réception passive, décourage l'effort d'apprendre et enlève tout esprit critique »[27].

En 1949, les premiers ciné-clubs dans des collèges font leur apparitions[28] et ils sont souvent le premier lieu de rencontre des jeunes avec le 7ème art[A 1].

Il faut attendre 1961 pour que l’initiative d’un cours de cinéma voit le jour[A 2] et les années 1970 pour que le cinéma soit intégré à l’Université et au Cégep[29]. Par ailleurs, plusieurs tentatives pour intégrer le cinéma au primaire et au secondaire ont été faites dans les années 1960, sans succès[A 3]. On retrouve en 1989 la première mention de l'Institut québécois du cinéma concernant l'éducation cinématographique pour les jeunes[A 4] mais le cinéma n’est pas encore pris au sérieux au sein des institutions d’enseignements (p.2, former aujourd’hui les spectateurs de demain)[29]. Dans les années 1990, l’intérêt grandissant pour un projet d’éducation cinématographique débouche avec la création du Comité de concertation sur l'éducation cinématographique[A 5]. En automne 1994, un projet pilote voit le jour dans cinq classes de secondaire du Québec[A 6]. Il est pris en charge par l'Association des cinémas parallèles du Québec (ACPQ) qui développe un volet d'éducation à l’image depuis cette période[30].

Depuis les années 2010, plusieurs projets subventionnés aident les organismes à développer des actions d'éducation à l'image en direction du jeune public[31],[32]

Éducation à l'image en France[modifier | modifier le code]

Le cinéma en France possède un statut particulier car elle est l'un des berceau du 7ème art. Elle est par ailleurs l'un des premiers pays a initier l'idée du cinéma en tant qu'art[33].

La création de ciné-club au début des années 1920, met en avant le cinéma comme « moyen de diffusion du savoir[B 1] » L'apparition du terme « cinéma éducateur[B 1] » apparait quelques années plus tard. Des films sont alors projetés aux enfants mais hors temps scolaire.

En France, l'éducation à l'image est reliée à l'éducation populaire[B 2], qui décide de donner davantage d'importance à la culture dans la société.

Dans les années 1930, le cinéma est utilisé comme outil pédagogique, mais ce n'est pas encore l’œuvre en elle-même qui est étudiée[B 3].

En 1959, le Ministère des affaires culturelles est créé[34]. De plus en plus utilisé à l'école et dans les maisons de la culture, le cinéma fait petit à petit sa place auprès des jeunes enfants. Il apparait dans les années 1960 une volonté de faire connaitre au plus jeunes autre chose que les films très grand public et provenant des États-Unis notamment[B 4].

En 1977, le Manifeste pour un cinéma auquel les enfants ont droit est publié[35].

À partir des années 1980, plusieurs initiatives se mettent en place notamment la création de l'option cinéma-audiovisuel au lycée sous l'impulsion du ministre de la culture de l'époque, Jack Lang[B 5].

La fin des années 1980 marque un tournant important avec la mise en place, à quelques années d'intervalles, des dispositifs nationaux d'éducation à l'image soutenus et pilotés par le CNC[36] : Collège au Cinéma (en 1989)[37], École et Cinéma (en 1994)[38], et Lycéens et apprentis au Cinéma (en 1998)[39]. Ainsi, le cinéma dans les écoles est désormais encadré par un organisme national. D'autres dispositifs, nationaux ou régionaux, voient le jour dans la même période, comme Passeurs d'image (en 1991)[40] ou Un film pour tous (en 1989)[41].


Éducation à l'image en Belgique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kim Décarie, L'éducation cinématographique, une nouvelle approche pour les écoles secondaires québécoises, Montréal, , 155 p. (lire en ligne).
  1. p. 9
  2. p.12
  3. p.16
  4. p. 22
  5. p. 24
  6. p. 25
  • Joël Danet, Histoire et enjeux de l'éducation à l'image, France, , 44 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p.4
  2. p.5
  3. p.7
  4. p.11
  5. p.12
  1. François campana, « Le numérique : un défi pour l'éducation à l'image », L'Observatoire, vol. 42, no 1,‎ , p.94 (ISSN 1165-2675, lire en ligne)
  2. « L'éducation à l'image, au cinéma et à l'audiovisuel », sur Ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse
  3. « Collège au cinéma | CNC | Missions », sur www.cnc.fr
  4. « Histoire et enjeux de l'éducation à l'image », sur Le fil des images,
  5. François Campana, « Le numérique: un défi pour l'éducation à l'image », L'Observatoire, vol. 42, no 1,‎ , p. 96 (ISSN 1165-2675, lire en ligne)
  6. a et b Jacques Kermabon, « Entretien avec Alain Bergala », 24 images,‎ , p. 14 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  7. « Dossiers pédagogiques | CNC », sur www.cnc.fr
  8. « Office national du film du Canada : Guides pédagogiques », sur Office national du film du Canada
  9. Samuel Blumenfeld, « Les DVD pour l'école d'Alain Bergala », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. « Ateliers pratiques et conférences pour les jeunes », sur www.cinemasparalleles.qc.ca
  11. « Leçons de cinéma », sur Québec Cinéma | Jeunesse
  12. a et b Didier Saillier, « Henri Langlois, le passeur amoureux »,
  13. Bergala, Alain, L'hypothèse cinéma : petit traité de transmission du cinéma à l'école et ailleurs, Cahiers du cinéma, , 208 p. (ISBN 2866424565 et 9782866424565, OCLC 421278795, lire en ligne), p. 66
  14. Guyon, Régis., Les temps des apprentissages : quelles continuités éducatives ? : Entretien avec Philippe Meirieu, vol. 183, (ISBN 2240038292 et 9782240038296, OCLC 945551017, lire en ligne), p. 12 à 16
  15. Jean-Michel Durafour, « Un passeur pensant passer: Sur Serge Daney », Vertigo, vol. 38, no 2,‎ , p. 16 (ISSN 0985-1402, DOI 10.3917/ver.038.0015, lire en ligne)
  16. « Passeurs d'images – Éducation aux images »
  17. Antoine van Eetvelde, « Panorama-cinéma | Jennifer Alleyn : Éloge de l'hypersensible (1) », sur www.panorama-cinema.com
  18. « Décès de Jean-Jacques Bernard, journaliste et passeur de cinéma », sur Les Inrocks
  19. Le Point magazine, « Dominique Besnehard, "passeur de cinéma" au Festival d'Angoulême », sur Le Point,
  20. Stéphane Gobbo, « Freddy Buache, disparition d'un passeur », Le temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  21. « Portail du film documentaire : Portrait de Jackie Buet », sur www.film-documentaire.fr
  22. « Micheline Lanctôt: une marraine fidèle », sur TVA Nouvelles
  23. Colette KHALAF, « Clap de fin pour Georges Nasser, passeur d’images - Colette KHALAF », sur L'Orient-Le Jour,
  24. « Le passeur de cinéma Claude-Jean Philippe est mort », sur France Culture,
  25. AlloCine, « Mort de Pierre Rissient, homme de cinéma », sur AlloCiné
  26. « Quand madame Agnès Varda se fait des films », sur L'Humanité,
  27. a et b Yves Lever, « L'église et le cinéma : Une relation orageuse », Cap-aux-diamants, no 38,‎ , p. 25 (ISSN 0829-7983, lire en ligne)
  28. Yves Lever, « L'église et le cinéma : Une relation orageuse », Cap-aux-diamants,‎ , p.27 (ISSN 0829-7983, lire en ligne)
  29. a et b Michel Euvrard, « Former aujourd’hui les spectateurs de demain », Ciné-Bulles, vol. 12, no 2,‎ , p. 2 (ISSN 0820-8921)
  30. « Historique », sur www.cinemasparalleles.qc.ca
  31. Ministère de la Culture et des Communications, « Appel de projets Grand écran - développement et sensibilisation des jeunes publics à la culture cinématographique », sur www.mcc.gouv.qc.ca,
  32. « Ville de Montréal - Développement social et diversité - Enfants », sur ville.montreal.qc.ca
  33. Jacques Kermabon, « Entretien avec Alain Bergala », 24 images,‎ , p. 14 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  34. « Création du Ministère - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr
  35. « Manifeste pour un cinéma auquel les enfants ont droit », sur revuemanifeste.free.fr
  36. « Éducation à l'image | CNC », sur www.cnc.fr
  37. « Collège au cinéma : organisation et mode d'emploi », sur www.cnc.fr
  38. « École et cinéma : organisation et mode d'emploi », sur www.cnc.fr
  39. « Lycéens et apprentis au cinéma : organisation et mode d'emploi », sur www.cnc.fr
  40. « Dispositif Passeurs d'images »
  41. « La programmation maternelles du Auch - Ciné 32 », sur www.cine32.com