Édouard Zarifian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zarifian.
Édouard Zarifian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
OuistrehamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Maîtres

Édouard Zarifian, né le à Asnières (Hauts-de-Seine) et mort le à Ouistreham (Calvados, est un psychiatre, professeur des universités-praticien hospitalier français. Il est connu pour ses ouvrages de vulgarisation scientifique sur les psychotropes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Zarifian fait ses études de médecine à Paris, il suit notamment les enseignements de Jean Delay et de Pierre Deniker. Il devient psychiatre, et est en poste à Clermont-Ferrand, puis il est nommé à Caen en 1984 comme PU-PH et chef de service.

Décès[modifier | modifier le code]

Édouard Zarifian est mort le 20 février 2007 à son domicile d'Ouistreham des suites d'un cancer généralisé d'origine pancréatique[1].

Activités éditoriales[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Édouard Zarifian dresse publiquement dans son ouvrage Jardiniers de la folie, paru en 1988, le constat d'insuffisance d'une psychiatrie qui ne serait basée que sur des traitements médicamenteux, et ferait l'impasse sur les autres dimensions de l'homme. Il critique notamment les limites d'efficacité et surtout de l'utilisation pratique des médicaments psychotropes, qui doit, selon lui, être davantage intégrée dans un soin global : « Incorporer le recours au médicament, en fixant ses limites dans la relation psychologique avec l'intéressé, fait partie des règles techniques d'utilisation »[2]

Il promeut alors le modèle bio-psychosocial pour prendre en compte toutes les dimensions humaines, en particulier la dimension psychologique. Mais s'il considère que « La théorie psychanalytique demeure, encore aujourd’hui, la description la plus satisfaisante de l’organisation de la vie psychique. Elle permet une évaluation de la structure de la personnalité et de la dynamique des énergies qui animent la vie psychique d’un individu. Cette analyse « psychodynamique » permet de situer le sujet dans ses interrelations avec les autres et de comprendre les raisons profondes de son comportement »[3]. Il critique l'effet thérapeutique de la cure psychanalytique : « Une autre revendication de la psychanalyse est d’être un outil thérapeutique. C’est là que le bât blesse le plus. Si c’était vrai, depuis plus de cent ans, cela finirait par se savoir […] [La cure psychanalytique] ne constitue pas à proprement parler une thérapeutique. C’est même, parmi les différentes formes de psychothérapies, celle qui s’en éloigne le plus. »[4].

Édouard Zarifian est l'auteur d'un rapport en 1996 sur la consommation de psychotropes en France[5]. Dans ce rapport, il attire l'attention sur la surconsommation française de psychotropes, en particulier des antidépresseurs et des benzodiazépines, notamment du Prozac. Il évoque également le financement de la recherche pharmaceutique et le rôle de l'industrie pharmaceutique dans les essais cliniques et dans la formation des médecins, au travers des visiteurs médicaux, de la publicité et de la sponsorisation des congrès[5].

Il est l'auteur d'articles scientifiques et d'ouvrages de vulgarisation scientifique.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles spécialisés[modifier | modifier le code]

  • 1980, Chimiothérapie psychiatrique, avec Daniel Ginestet, Pierre Peron-Magnan et Jean-François Chevalier, préf. Pierre Deniker, Masson, coll. « Abrégés ».
  • 1982, Précis de psychiatrie, dir. avec Cyrille Koupernik et Henri Lôo, Flammarion.

Ouvrages et articles de vulgarisation scientifique[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Les Jardiniers de la folie, Odile Jacob, Paris (ISBN 2-7381-0040-6).
  • 1996 : Mission générale concernant la prescription et l'utilisation des médicaments psychotropes en France : Étude du CREDES, Ministère de la Santé, Paris.
  • 1994 : Des paradis plein la tête, Odile Jacob, Paris (ISBN 2-7381-0250-6).
  • 1996 : Le Prix du bien-être : Psychotropes et sociétés, Odile Jacob, Paris (ISBN 2-7381-0405-3).
  • 1999 : La Force de guérir, Odile Jacob, Paris (ISBN 2-7381-0723-0).
  • 2001 : Une certaine idée de la folie, préface de Marie-Christine Navarro, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues (ISBN 2-87678-612-5).
  • 2004 : « Psychotropes », dans Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », Paris, pp. 934-937.
  • 2005 : Le Goût de vivre, Odile Jacob, Paris (ISBN 2-7381-1107-6).
  • 2005 : Bulle de champagne, avec Catherine Coutant et Gérard Liger-Bélair, Perrin, Paris (ISBN 2-262-02288-7).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Roudinesco, « Edouard Zarifian, psychiatre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2019)
  2. Édouard Zarifian, Les Jardiniers de la folie, Odile Jacob, 1998, p. 110 [lire en ligne]
  3. Édouard Zarifian, Les Jardiniers de la folie, Odile Jacob, 1998, p. 165-166
  4. Édouard Zarifian, Les Jardiniers de la folie, Odile Jacob, 1998, p. 162
  5. a et b Édouard Zarifian, Mission générale concernant la prescription et l'utilisation des médicaments psychotropes en France, Ministère du travail et des affaires sociales, 1996 [lire en ligne] [PDF].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]