Édouard Zarifian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zarifian.
Édouard Zarifian
Portrait de Édouard Zarifian
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à Asnières-sur-SeineVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
à OuistrehamVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre, universitaire (d) et psychothérapeute (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Édouard Zarifian est un psychiatre, universitaire et psychothérapeute français d'origine arménienne, né le à Asnières (Hauts-de-Seine), mort le à Ouistreham (Calvados).

Travaux[modifier | modifier le code]

Dans une première partie de son parcours, Édouard Zarifian a étudié la question de la psychopharmacologie et des traitements biologiques de la maladie mentale, avec des recherches faisant autorité dans le domaine. Il avait été l'élève de Jean Delay et de Pierre Deniker. En poste à Clermont-Ferrand, puis nommé à Caen en 1984 comme professeur et chef de service, il dresse publiquement, à partir de 1988 (première édition des Jardiniers de la folie), le constat d'insuffisance d'une psychiatrie qui ne serait basée que sur des traitements médicamenteux, et ferait l'impasse sur les autres dimensions de l'homme. Il dresse en particulier un bilan très critique des limites d'efficacité et surtout de l'utilisation pratique des médicaments psychotropes, qui doit être intégrée dans un soin global : « Incorporer le recours au médicament, en fixant ses limites dans la relation psychologique avec l'intéressé, fait partie des règles techniques d'utilisation » (p. 110, opus cité).

Il promeut alors le modèle biopsychosocial pour prendre en compte toutes les dimensions humaines, en particulier la dimension psychologique. Mais s'il considère que « La théorie psychanalytique demeure, encore aujourd’hui, la description la plus satisfaisante de l’organisation de la vie psychique. Elle permet une évaluation de la structure de la personnalité et de la dynamique des énergies qui animent la vie psychique d’un individu. Cette analyse « psychodynamique » permet de situer le sujet dans ses interrelations avec les autres et de comprendre les raisons profondes de son comportement » (Les Jardiniers de la folie, pp. 165-166, il dénie toute valeur à la cure psychanalytique comme thérapie : « Une autre revendication de la psychanalyse est d’être un outil thérapeutique. C’est là que le bât blesse le plus. Si c’était vrai, depuis plus de cent ans, cela finirait par se savoir […] [La cure psychanalytique] ne constitue pas à proprement parler une thérapeutique. C’est même, parmi les différentes formes de psychothérapies, celle qui s’en éloigne le plus. » (Les Jardiniers de la folie, p. 162)

Zarifian a été nommé par le ministère de la Santé pour diriger un rapport de 1996 sur la consommation de psychotropes en France, attirant déjà l'attention sur la surconsommation française de psychotropes, en particulier des antidépresseurs et des benzodiazépines, après la mise sur le marché du Prozac et son immense succès comme pilule du bonheur. Il a également attiré l'attention dans ce rapport sur le financement de la recherche pharmaceutique et plus particulièrement sur le rôle prédominant de l'industrie pharmaceutique dans les essais cliniques et dans la formation des médecins, au travers des visiteurs médicaux, de la publicité et de la sponsorisation des congrès. Cette attitude publique, lui a attiré des inimitiés dans le corps médical, soupçonné de surprescription en collusion tacite avec l'industrie pharmaceutique.

Il a publié de très nombreux articles scientifiques, et un certain nombre d'ouvrages accessibles au grand public, témoignant d'une approche critique des traitements actuels des troubles mentaux, avec une grande sensibilité à la souffrance des malades et de leurs familles.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles spécialisés[modifier | modifier le code]

  • 1980, Chimiothérapie psychiatrique, avec Daniel Ginestet, Pierre Peron-Magnan et Jean-François Chevalier, préf. Pierre Deniker, Masson, coll. « Abrégés ».
  • 1982, Précis de psychiatrie, dir. avec Cyrille Koupernik et Henri Lôo, Flammarion.
  • Cent cinq articles référencés dans PubMed.

Ouvrages et articles pour le grand public[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]