Édouard Vallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Vallet
Image dans Infobox.
Édouard Vallet, Autoportrait au tableau (1919),
Lucerne, musée des Beaux-Arts.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Édouard Vallet né le à Genève et mort le à Cressy est un peintre, graveur et dessinateur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de commerçants français, Édouard Vallet visite plusieurs internats français avant de revenir en Suisse en 1892 quand il commence une apprentissage chez un sculpteur d'ornements.

Il prend des cours de xylographie d’Alfred Martin à l’École des arts industriels où il a pour condisciples Jules Fontanez et Henry-Claudius Forestier.

En 1900, il obtient une mention honorable à l’Exposition universelle de Paris.

Les années de 1908 à 1927 sont marquées de longs séjours en Valais, dans les communes de Savièse, Ayent, Hérémence, Vercorin et Sion.

En 1911, il épouse en premières noces l'artiste peintre Marguerite Gilliard (1888-1918), fille du peintre Eugène Gilliard. Elle meurt à Neuchâtel à la suite de l'accouchement de leur seconde fille.

De 1912-1929, son œuvre connaît le succès dans des expositions à Genève, en Suisse alémanique et en Allemagne du Sud.

En 1920, il épouse en secondes noces la Valaisanne Marie Jollien (1886-1951), mère d'un fils de sept ans, avec laquelle il a une fille en 1922.

Le , il meurt d'une maladie infectieuse et est inhumé au cimetière de Confignon.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Vallet s'inscrit dans la lignée de celles de Ferdinand Hodler, Ernest Biéler, Max Buri, Giovanni Giacometti et Giovanni Segantini comme peintre de l'Art nouveau.

Rattaché à l'école de Savièse, ses tableaux comprennent des motifs de la vie rurale dans les montagnes du Valais.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

La Servante valaisanne (1911), musée des Beaux-Arts du Locle.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Genève, Musée Rath, « Musée de l'Athénée, 1957, Cent ans de peinture genevoise », à l'occasion du centenaire de la Société des amis des beaux-arts[1].
  • Fondation Pierre Gianadda Martigny, de à .
  • Musée d'Art du Valais, Ancien pénitencier, Sion, « Édouard Vallet : dessins », du au .
  • Kunstmuseum Solothurn, « Édouard Vallet. Zeichnungen », du au .
  • Espace Vallet, Vercorin, « Édouard et Marguerite Vallet. La peinture en partage », du au .
  • Villa dei Cedri, Bellinzone, « Édouard Vallet. Disegni », du au .
  • Espace Vallet, Vercorin, « Présences. Édouard Vallet et Vercorin. Avec le regard d'Éric Philippoz », du au .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. P.-F. S., « Cent ans de peinture genevoise », Journal de Genève,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Wyder et Jacques Dominique Rouiller, Catalogue raisonné de l’œuvre peint d’Édouard Vallet, Genève, Patrick Cramer éditeur, 2006.
  • Antonia Nessi, Édouard Vallet. Dessins, Berne, Fondation Édouard Vallet, Vercorin et Éditions Benteli, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]