Édouard Plouvier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Plouvier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonymes
Cagliostro
Paul Destournelles
Paul Verner
De la palfenerie
Job le Réveur
Diabole
DugandinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père-Lachaise - Division 51 - Plouvier 04.jpg
Vue de la sépulture.

Édouard Plouvier (, Paris - , Paris) est un poète, écrivain, librettiste et goguettier français.

Il a utilisé de nombreux pseudonymes : Cagliostro, Paul Destournelles, Paul Verner, De la palfenerie, Job le Réveur, Diabole, Dugandin, etc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Plouvier est né à Paris le .

Ouvrier corroyeur, il fréquente les goguettes.

Il exerce encore sa profession d'ouvrier quand il commence en 1850 sa carrière littéraire et dramatique. Il publie des articles dans le Magasin des Familles et fait jouer sa pièce Une Discrétion. Elle marque son début au Théâtre-Français[1].

Littérateur prolifique, il écrit des chansons, des pièces de théâtres, des livrets d'opérettes et quantité de feuilletons, nouvelles et articles dans les journaux.

Le , jour de la première représentation d’un de ses plus grands succès : Les vengeurs, il se marie avec la comédienne Lucie Mabire, qui incarne le rôle principal.

En 1856, sa femme meurt à l'âge de 34 ans.

Il écrivit dans le journal Le Diable, journal littéraire hebdomadaire[2]

Édouard Plouvier meurt à Paris le .

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise dans la 51e division. Sa sépulture est ornée d’un médaillon en bronze œuvre de Guillemin.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Partition d'une chanson d'Édouard Plouvier, musique de Léopold Amat.
  • Les rires de Marie ou La vierge veuve, Histoire fantasque, dédiée À mon ami Adolphe Robert, Paris 1847[3].
  • Jean-Gaspard le bohémien, article nécrologique à propos du mime Deburau paru dans La Sylphide, VIIème année, IIème série, tome IV, Paris 1846[4].
  • Ne touchez pas à la hache ! comédie-vaudeville en un acte, écrit avec Jules Adenis, Paris, théâtre des Folies-Dramatiques, [5].
  • Le Songe d'une nuit d'hiver, comédie en un acte et en prose, musique de Jacques Offenbach, Théâtre-Français, [6].
  • Le Livre du bon Dieu. typographie de Vinchon et C. de Mourgues, Paris 1855 (10 poèmes : Madame la Terre, Le Chevalier Printemps, Monseigneur l'Été, Sa Majesté l'Automne, Le bonhomme Hiver, La mère Providence, L'ami Soleil, Son Altesse la Lune, Les anges, Le Père[7]).
  • Une nuit blanche, opéra-comique, musique de Jacques Offenbach, 1855.
  • Trop beau pour rien faire, comédie en un acte mêlée de chants, écrit avec Jules Adenis, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Un postillon en gage, opérette en un acte, livret de Jules Adenis et Édouard Plouvier, musique de Jacques Offenbach, Paris, théâtre des Bouffes-Parisiens, .
  • La Crise de ménage, comédie en un acte mêlée de chants, écrit avec Jules Adenis, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Les orphelines de Saint-Sever, comédie-vaudeville en un acte, avec François Llaunet et Alfred Delacour, 1858
  • Charles Vincent et Édouard Plouvier Les Refrains du Dimanche, illustré par Gustave Doré, Coulon-Pineau éditeur, Paris 1857 ou 1858.
  • Feu le capitaine Octave, comédie en un acte, écrit avec Jules Adenis, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Lettre à Théophile Gautier, [8].
  • Théodore Barrière et Édouard Plouvier L'outrage, drame en cinq actes, Michel Lévy frères Libraires-Éditeurs, Paris 1859[9].
  • Édouard Plouvier et Jules Adenis Toute seule, comédie, mêlée de chants, en un acte, Michel Lévy frères Libraires-Éditeurs, Paris 1860[10].
  • Le Mangeur de fer, drame en cinq actes, Paris, théâtre de l'Ambigu-Comique, .
  • L'Ange de minuit, drame en six actes, par Théodore Barrière et Édouard Plouvier (théâtre de l'Ambigu-comique, ), Michel Lévy frères Libraires-Éditeurs, Paris 1861[11].
  • Le comte de Saulles, drame en cinq actes, Michel Lévy frères Libraires-Éditeurs, Paris 1864 – 101 pages[12].
  • Édouard Plouvier et Théodore Barrière Le ménétrier de Saint-Waast, mélodrame en 5 actes et 7 tableaux, Michel Lévy frères Libraires-Éditeurs, Paris 1865[13].
  • Qui vive !.. ou La sentinelle perdue, Chanson, musique de Léopold Amat, partition pour chant et piano, Heugel et Cie éditeurs.
  • Œuvre collective : Le Livre d'or des femmes. Cent douze biographies par une Société d'hommes de lettres, sous la direction de Édouard Plouvier. Cent douze portraits hors texte dessinés et gravés par Fath et Dumont. Les Dames françaises., Librairie Internationale, Lacroix, Verboechoven et Cie, Paris 1870, un volume grand in-8°, 326 pages (ouvrage écrit à l'instigation de Charles Vincent, d'après la préface d'Édouard Plouvier).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comte Charles Héricourt Édouard Plouvier, notice biographique, Rohard-Courtin Éditeur, Paris 1879 - 34 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]