Édouard Paul Mérite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Paul Mérite
Édouard Paul Mérite.1867-1941.1-.JPG
Attribué à Édouard Paul Mérite, Ours blanc,
œuvre non sourcée, localisation inconnue.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Maîtres
Distinction

Édouard Paul Mérite, dit Édouard Mérite, né au Neubourg (Eure) le et mort à Rueil-Malmaison le , est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Mérite est l'élève des sculpteurs Louis-Ernest Barrias (1841-1905) et d'Emmanuel Frémiet (1824-1910), à qui il succède au Muséum national d'histoire naturelle de Paris comme professeur de dessin entre 1923 et 1937. Il est l'ami du peintre Aimé Morot (1850-1913) et de son beau-père le peintre Jean-Léon Gérome (1824-1904).

La collection d'appeaux, de cages, de leurres et de pièges de toutes sortes venant du monde entier qu'Édouard Mérite chine aux marché aux puces de la porte de Clignancourt ou rapporte de ses expéditions en Afrique en 1898 et 1899 le rend célèbre. Il peint d'abord la faune d'Europe et entretient d'ailleurs dans son atelier de Rueil-Malmaison une quantité de petits animaux.

Il accompagne le duc d'Orléans dans deux expéditions polaires en 1905[1] et 1909. Il y dessine des ours blancs. Un cap du nord Groenland porte par ailleurs son nom. Il est l'invité de l'empereur d'Autriche à l'occasion de chasses impériales et est nommé chevalier de l'ordre de François-Joseph.

Sa collection ethnographique fait l'admiration des spécialistes de l'époque et il écrit un ouvrage sur les pièges en 1939. Il perd sa fille cette même année et en gardera un immense chagrin jusqu'à sa fin qui surviendra deux ans plus tard en 1941. Sa collection est dispersée en 1954.

Le galeriste François Callu Mérite est son petit-fils.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
  • France
  • Royaume-Uni
  • Suisse

Publications[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Duc d'Orléans, À travers la banquise, du Spitzberg au cap Philippe, mai-août 1905, Paris, Plon, 1907.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Duc d'Orléans, À travers la banquise, du Spitzberg au cap Philippe, mai-août 1905, Plon, Paris, 1907

Liens externes[modifier | modifier le code]