Édouard Lièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Lièvre
Naissance
Décès
(à 57 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Ébéniste, ornemaniste
Autres activités
Dessinateur, peintre, illustrateur, graveur
Maître
Distinction
Œuvres principales
Lit de parade de Valtesse de La Bigne
Compléments
Chevalier de la Légion d'honneur
Lit de parade, par Édouard Lièvre

Édouard Lièvre né le à Blâmont, (Meurthe) et mort le à Paris, est un dessinateur, peintre, illustrateur, graveur, ornemaniste et ébéniste français de la seconde moitié du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dessinateur d'ornements, graveur, peintre, il est né à Blâmont (Meurthe-et-Moselle) en 1828 et meurt à Paris en 1886. Edouard Lièvre est placé très jeune dans une imprimerie lithographique de Nancy et suit parallèlement les cours de l'Ecole de Dessin de la Ville. Il s'intéresse plus particulièrement à l'étude de l'ornement et ses talents sont remarqués rapidement. La Fonderie de Tusey (Meuse) qui exécute les fontaines et les candélabres de la Place de la Concorde, le charge de reproduire ses travaux. A la Fonderie, il rencontre des sculpteurs parisiens qui l'incitent à quitter la Lorraine pour Paris où il est bientôt introduit auprès des plus importantes maisons d'éditions de "bronzes d'art". Il collabore notamment durant de longues années avec la Maison Barbedienne[1].

Il n'abandonne pas pour autant la peinture et bénéficie des conseils de Théodore Valério pour l'aquarelle. Avec Charles-Désiré Rambert, qualifiés de « dessinateurs industriels », ils présentent leurs travaux lithographiques durant l'exposition de 1855 à Paris et entrent au Comité central des artistes et des artistes industriels fondé en 1848[2].

Il publie plusieurs ouvrages d'art qui comptent parmi les plus beaux publiés en France à cette époque : La collection Sauvageot (1865), Le Musée Universel (1868), Les Collections célèbres (1869), Les Arts Décoratifs (1870), Le Cours d'Ornements (1870), Works of Art (1872), Les Maîtres anciens et contemporains (1875)[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Le spectaculaire lit de parade en bronze de la courtisane Valtesse de La Bigne, fabriqué en 1877 et exposé au musée des arts décoratifs de Paris depuis 1911[3],[4].
  • Meuble à deux corps : armoire sur table d'applique, réalisé en 1877, palissandre de Rio, ébène des Indes, bronze doré, fer gravé, huile sur bois, verre, exposé au Musée d'Orsay à Paris[5].
  • Le , une armoire « japonisante » a été vendue 2,036 millions de livres sterling (2,31 millions d'euros) lors d'une vente aux enchères à Londres chez Bonhams, battant le record mondial pour un meuble du XIXe siècle[6]. Laqué et confectionné en bois de rose, le meuble s'inspire de la forme d'une pagode d'Extrême-orient, caractérisant l'exotisme en vogue à l'époque. Des lions et dragons de bronze s'enroulent autour de colonnes qui encadrent la partie centrale. L'intérieur, décoré de peintures d'inspiration orientale, sert d'autel sacré[7].
  • Le , une autre armoire « japonisante » créée vers 1877, a été vendue 440 000 euros lors d'une vente aux enchères à l'Auktionshaus Lempertz à Cologne (Köln), Allemagne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Encrier aux tortues-dragons - bronze Barbedienne

Outre ses collaborations avec Ferdinand Barbedienne[8] et la Maison Christofle[9], Édouard Lièvre eut également à collaborer avec la maison Sormani pour la réalisation de quelques meubles[10].

Contemporain[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Édouard Lièvre sur le site de "Art Lorrain"
  2. Revue des beaux-arts : Tribune des artistes, Paris, janvier 1856, p. 37 — sur Gallica.
  3. Lit de parade de Valtesse de La Bigne, sur le site lesartsdecoratifs.fr, consulté le 20 août 2014
  4. [PDF]Édouard Lièvre : un créateur des arts décoratifs, sur le site robertopolo.com, consulté le 20 août 2014
  5. Meuble à deux corps : armoire sur table d'applique, sur le site musee-orsay.fr, consulté le 20 août 2014
  6. Le Figaro.fr, Une armoire française vendue 2,31 M€
  7. 12 décembre 2008 Une armoire française vendue 2,31 M€, sur le site blamont.fr, consulté le 24 août 2014
  8. Édouard Lièvre et Ferdinand Barbedienne, sur le site elogedelart.canalblog.com, consulté le 26 août 2014
  9. Édouard Lièvre pour Christofle, sur le site catalogue.gazette-drouot.com, consulté le 26 août 2014
  10. Édouard Lièvre et Paul Sormani, sur le site japonisme.marcmaison.com, consulté le 24 août 2014

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]