Édouard Kleinmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Kleinmann
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Banquier, naturalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Édouard Kleinmann, né à Grandfontaine (Bas-Rhin) le et mort à Paris le , est un banquier et naturaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière comme caissier chez Sérulaz à Lyon.

Dès la création du Crédit Lyonnais en juillet 1863, il entre au capital, faisant partie des 353 actionnaires primitifs[1].

Connaissant le directeur, Jacques Letourneur, il devient employé de la nouvelle banque au siège social à Lyon, d'abord comme sous-chef du portefeuille (1863), puis comme chef du portefeuille (1864).

En 1867, il effectue une première mission en Afrique du Nord, à Tunis et, de septembre 1867 à février 1868, le premier voyage russe d'un employé de la banque[2]. C'est à la même époque et encore aux printemps de 1869 et 1872 que Henri Germain lui demande d'établir les premiers contacts directs avec la Turquie[3], en particulier avec la Banque impériale ottomane.

Puis Kleinmann fonde et dirige l'agence du Crédit lyonnais à Alexandrie (novembre 1874), suivie par celles du Caire (juillet 1875) et de Port-Saïd (septembre 1877)[4]. Il est directeur du Crédit lyonnais en Égypte.

Il est ensuite directeur de l'agence de Saint-Pétersbourg[5].

En 1887, de retour en France, il devient directeur des agences étrangères du Crédit lyonnais. Il entre au conseil d'administration en 1889 et devient administrateur délégué [6] jusqu'en 1899 où ses soucis de santé lui font abandonner sa délégation[7].

Membre de plusieurs sociétés savantes, notamment la Société linnéenne de Lyon, l'Association lyonnaise des amis des sciences naturelles, la Société d'anthropologie de Lyon et la Société d'économie politique de Lyon[7], il voue un grand intérêt aux sciences naturelles. Pendant son séjour en Égypte, il identifie une nouvelle espèce de tortue, à laquelle Louis Lortet donnera son nom[8] en 1883 : la Tortue de Kleinmann[9],[10] (Testudo kleinmanni ).

Il fut « député de la nation française[11] » à Alexandrie.

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1880[12].

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Le rôle futur de l'or et de l'argent, Paris, 1897, brochure in-12 de 12 pages
  • L'étalon d'or aux Indes, Paris, 1897, brochure in-12 de 8 pages avec un tableau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bouvier, Naissance d'une banque : le Crédit lyonnais, Paris, Flammarion, 1968, page 22.
  2. Jean Bouvier, Naissance d'une banque : le Crédit lyonnais, Paris, Flammarion, 1968, page 268.
  3. Jean Bouvier, Naissance d'une banque : le Crédit lyonnais, Paris, Flammarion, 1968, page 244.
  4. Samir Saul, Les agences du Crédit lyonnais en Égypte : l’insertion d’une banque de dépôts dans une économie d’Outre-Mer (1875-1956), in Le Crédit lyonnais (1863-1986), Genève, Droz, 2003.
  5. Jean Bouvier, Naissance d'une banque : le Crédit lyonnais, Paris, Flammarion, 1968, page 281.
  6. Un administrateur délégué est un membre du conseil d’administration qui dirige aussi une direction.
  7. a et b CTHS
  8. Dr Louis Lortet, Poissons et reptiles du lac de Tibériade et de quelques autres parties de la Syrie, Henri Georg Éditeur, Lyon, 1883, pages 90 et 91.
  9. Arthur Loveridge et Ernest E. Williams, Revision of the African Tortoises ant Turtles of the Suborder Cryptodira, in Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, Vol. 115, No. 6, Cambridge, Massachusetts, 1957, page 277.
  10. Beolens, Watkins & Grayson, 2011 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, 1-296.
  11. Les députés de la nation française étaient une institution créée sous l'Ancien régime afin de défendre les sujets français dans les Échelles du Levant contre les « avanies » : deux députés étaient élus par les négociants au Caire et deux autres à Alexandrie.
  12. Base Léonore

Liens externes[modifier | modifier le code]