Édouard Gatian de Clérambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clérambault.

Édouard Gatian de Clérambault, né le à Luynes (Indre-et-Loire) et mort le à Tours, est un archéologue, dessinateur et historiographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

La tour Foubert de Tours (disparue), dessinée par É. Gatian de Clérambault[1].

Édouard Gatian de Clérambault naît le à Luynes, au château de l'Hérissaudière, propriété familiale plus tard rattachée à la commune de Pernay[2]. Descendant de Jacques Gatian, sa famille est alliée à celle de René Descartes[3]. Après des études à Tours, puis à Paris, il intègre l'Administration de l'Enregistrement où il occupe plusieurs postes, d'abord en Algérie puis en France, terminant sa carrière professionnelle en 1900 à Beauvais[4]. Il revient alors en Touraine[5]. En 1868, il épouse Valentine de Saint-Chamans, descendante d'Alfred de Vigny[6] ; le psychiatre et ethnographe Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934) est l'un de leurs enfants[7].

Il devient membre de la Société archéologique de Touraine dès 1889 puis intègre son conseil d'administration : trésorier adjoint de 1901 à 1905, vice président de 1905 à 1910 et président de 1910 à son décès[8].

Passionné par les monuments et leur histoire, il accompagne les études qu'il rédige de dessins de sa main ; il est particulièrement attentif aux conséquences de l'urbanisation sur la disparition du patrimoine bâti. Il constitue également une importante collection d'objets préhistoriques, antiques ou médiévaux, collectés où ses affectations professionnelles successives le mènent[9],[10].

Édouard Gatian de Clérambault s'éteint le à Tours, à l'âge de 84 ans[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Édouard Gatian de Clérambault est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, parmi lesquels lui-même en retient deux qu'il considère comme les plus aboutis :

  • Le château de Tournoël (Auvergne), Paris, Champion, , 308 et XL p.
  • Tours qui disparaît, Tours, Société archéologique de Touraine, , 64 et C p.

Un projet de Dictionnaire des rues de Tours, presque achevé à sa disparition, reste inédit[11].

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tours qui disparaît, , pl. XIX.
  2. de Beaumont 1917, p. IL.
  3. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Armorial général de la Touraine, t. I, Tours, Société archéologique de Touraine, , 576 p. (lire en ligne), p. 399.
  4. Michel Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 607 p. (ISBN 2-85443-210-X), p. 286.
  5. de Beaumont 1917, p. IL-L.
  6. Léon Séché, Alfred de Vigny et son temps : 1797-1863, BnF, coll. « e-books », , 362 p. (lire en ligne).
  7. « Clérambault, Gaëtan Gatian de (1872-1934) », sur IdRef (consulté le 30 décembre 2017).
  8. Monique Zollinger, « Les présidents et officiers de la SAT (1840-2016) : table pour une étude prosopographique », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXII,‎ , p. 152 et 159.
  9. de Beaumont 1917, p. L.
  10. a et b Gérard Cordier, « Quelques objets de l'âge du bronze de la collection E. Gatian de Clérambault », Revue archéologique de l'Oise, no 13,‎ , p. 21-22 (DOI 10.3406/pica.1978.1098).
  11. de Beaumont 1917, p. LI.