Édouard Galletier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galletier.
Édouard Galletier
Fonction
Recteur de l'Académie de Rennes (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Universitaire, recteur d'académieVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Conflit
Distinction

Édouard Marie Galletier, né le à Poitiers[1] et mort le dans le 14e arrondissement de Paris[2], est un ancien combattant 1914-1918, latiniste, recteur d’académie, directeur de l'Enseignement supérieur sous l'Occupation.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Marie Galletier est le fils d'Édouard Galletier, employé des chemins de fer, et de Marie Clémence Brieu, tous deux de familles poitevines.

Édouard Galletier est ancien élève de l'École normale supérieure (promotion L1906)[3] et docteur ès lettres (1922)[4]. Ancien combattant et grand mutilé de la guerre 1914-1918. Latiniste, il est doyen de la faculté des lettres de Rennes de 1928 à 1937, recteur de l'académie de Besançon en 1937-1938.

Il est recteur de l'académie de Rennes de 1938 à 1941[5].

Du 21 mars 1941[5] (ou le 24 mars[6]) au 11 février 1943 il devient directeur de l'Enseignement supérieur[5]. Nommé à ce poste par Jérôme Carcopino[6], il travaille avec lui puis avec Abel Bonnard[5]. Il applique et fait appliquer dans des facultés et des grandes écoles, les mesures prises par le régime, mais il n'est pas partisan de la collaboration avec l'Allemagne[5].

Le 10 août 1943, alors qu'il était venu passer ses vacances en Bretagne, il est arrêté par la Gestapo, à Louvigné-du-Désert, en Ille-et-Vilaine[7], puis est déporté le 13 août 1943 de Compiègne vers Buchenwald comme « personnalité-otage »[8]. Le 31 août, il est transféré à Plansee[9]. En mars 1944, il est transféré pour une raison inconnue à la prison d'Hirschberg en Pologne (aujourd'hui Jelenia Góra). Il rentre de déportation le 8 mai 1945[10].

Après la guerre, il publie plusieurs traductions d'auteurs latins de la période impériale, saluées pour leur précision et la clarté des introductions historiques[11],[12],[13],[14]. En 1955, il est candidat à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, pour succéder à Émile Mâle[15]. Il meurt en octobre 1965 à Paris.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Croix de guerre 1914-1918 ; Légion d'honneur à titre militaire le 10 mars 1917[16].
  • Officier de la Légion d'honneur (27 septembre 1946) ; commandeur de la Légion d'honneur (12 mai 1958)[16].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Édouard Galletier et Georges Hardy, L'Histoire romaine par les textes : "Roma", recueil de textes latins relatifs à l'histoire romaine, Paris, Hachette, , XII-527 p., in-16 (notice BnF no FRBNF30576305).
  • Étude sur la poésie funéraire romaine d'après les inscriptions, 1922 (thèse principale).
  • Panégyriques de Maximien (289 et 291) (ISBN 2-251-79950-8)
  • Ammien Marcellin, Histoires, Tome I, livres XIV-XVI. Texte établi et traduit par Édouard Galletier avec la collaboration de J. Fontaine.
  • Panégyriques latins. Tome II : Panégyriques VI-X. Panégyrique de Maximien et Constantin (307). - Panégyrique de Constantin (310). - Discours de remerciement à Constantin (312). - Panégyrique de Constantin (313). - Panégyrique de Constantin par Nazarius (321). Texte établi et traduit par Édouard Galletier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Vienne, commune de Poitiers, acte de naissance no 119, année 1885
  2. Acte de décès figurant dans la base Léonore
  3. http://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=%C3%89douard+Galletier.
  4. « Étude sur la poésie funéraire romaine d'après les inscriptions », sur sudoc.fr (consulté le 9 janvier 2017).
  5. a b c d et e Jean-François Condette, Les Écoles dans la guerre : Acteurs et institutions éducatives dans les tourmentes guerrières (XVIIe-XXe siècles), Presses Univ. Septentrion, (ISBN 9782757407998, lire en ligne), p. 496
  6. a et b Henri Fréville, Archives secrètes de Bretagne, 1940-1944, Ouest-France, , 244 p. (lire en ligne), p. 69
  7. Archives secrètes de Bretagne 1940-1944) Henri Fréville (Pages 123 à 128
  8. Fondation pour la Mémoire de la Déportation
  9. Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 Tome 1 p. 143-146
  10. Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945". Tome 1 p. 1024
  11. William Seston, « Edouard Galletier, Panégyriques Latins. Tome I (I-V). Texte établi et traduit », L'antiquité classique, no Tome 20, fasc. 2,‎ , p. 479-481 (lire en ligne).
  12. Jean G. Préaux, « Edouard Galletier, Panégyriques Latins. Tome III (XI- XII). Texte établi et traduit. », L'antiquité classique, no Tome 25, fasc. 1,‎ , p. 194-195 (lire en ligne).
  13. Paul Petit, « Edouard Galletier, avec la collaboration de Jacques Fontaine, Ammien Marcellin. Histoire. Tome I (livres XIV-XVI). Texte établi et traduit. », L'antiquité classique, no Tome 38, fasc. 1,‎ , p. 264-265 (lire en ligne).
  14. https://www.lemonde.fr/archives/article/2000/01/07/panegyriques-de-maximien-289-et-291-de-mamertin_3585321_1819218.html.
  15. « Académie des inscriptions et belles-lettres », sur LeMonde.fr, (consulté le 9 janvier 2017).
  16. a et b Base Léonore.

Liens externes[modifier | modifier le code]