Édouard Gagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gagnon.
Édouard Gagnon
Biographie
Naissance
à Port-Daniel (Canada)
Ordination sacerdotale
Décès (à 89 ans)
à Montréal (Canada)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Emanuele Clarizio
Président du Comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux
Président du Conseil pontifical pour la famille
Évêque de Saint-Paul en Alberta (Canada)

Blason
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Édouard Gagnon (né le à Port-Daniel, en Gaspésie et mort le à Montréal), est un sulpicien québécois, devenu évêque, puis cardinal, président du Conseil pontifical pour la famille de 1974 à 1990.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre pour la Compagnie de Saint-Sulpice le , Édouard Gagnon est professeur de théologie de 1945 à 1954. Il est ensuite nommé provincial des sulpiciens en Amérique latine et au Japon.

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque de Saint-Paul en Alberta le , il est consacré le 25 mars suivant.

Il quitte ce diocèse pour Rome en 1972, et y devient recteur du Collège pontifical canadien, charge qu'il conserve jusqu'en 1985.

Le , il est nommé vice-président de la Commission pontificale pour la famille. En 1981, Jean-Paul II institue le Conseil pontifical pour la famille. Il en devient membre et en est nommé président en 1983 à la mort du cardinal James Robert Knox.

Sous Paul VI, il écrit un rapport sur les troubles internes de la curie romaine.

Dans les années 1980, il est nommé médiateur entre Marcel Lefebvre et le Vatican. Il est alors réputé pour son orthodoxie doctrinale et pour son intérêt pour la tradition ecclésiale. Il soutient la fraternité Saint-Pierre au moment de sa création. Mgr Gagnon devient le premier Canadien à accéder à un si haut rang dans la hiérarchie catholique. Il est aussi postulateur de la cause en canonisation de Marguerite Bourgeoys.

Le , il est nommé président du comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux. Il exercera cette fonction pendant plus de dix ans, prenant sa retraite à 83 ans, en mars 2001.

En 2004, il convainc le pape Jean-Paul II de tenir le congrès eucharistique de 2008 à Québec. En 2005, il participe à un congrès doctrinal appelant à définir un nouveau dogme sur Marie, médiatrice des grâces, corédemptrice de l'humanité, avec Jésus comme seul et unique médiateur.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Il est créé cardinal avec le titre de cardinal-diacre de Sant'Elena fuori Porta Prenestina par Jean-Paul II lors du consistoire du . Il sera élevé au rang de cardinal-prêtre de San Marcello le .

À l'occasion de sa mort, un hommage lui est rendu par le pape Benoît XVI[1] et par la ministre québécoise Monique Gagnon-Tremblay[2]. Le cardinal Marc Ouellet prononce l'homélie lors de ses funérailles à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Publications[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le pape Benoît XVI rend hommage au cardinal Édouard Gagnon.
  2. Communiqué du gouvernement québécois.
  3. Dix éléments en mars 2018. Il est considéré comme auteur de John Paul II's book of saints par cette fiche de worldcat.

Liens externes[modifier | modifier le code]