Édouard François Zier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zier.
Édouard François Zier
Édouard Zier.jpg

Édouard Zier, gravure par Désiré Quesnel
Figures contemporaines tirées de l'Album Mariani

Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Édouard François Zier, né à Paris en 1856 et mort à Thiais le [1], est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de son père, qui était peintre[2] et de Jean-Léon Gérôme, il expose sa première toile, Mort de Caton d'Utique, au Salon de 1874[3].

Édouard Zier a collaboré à de nombreux journaux tels que L'Illustration[3], Le Monde illustré[3], Le Courrier français, Le Journal de la jeunesse et Le Tour du monde. En 1917, il remplace le dessinateur Joseph-Porphyre Pinchon, mobilisé au front, pour dessiner deux histoires de Bécassine, dont Bécassine chez les Alliés, en collaboration avec Maurice Languereau, alias Caumery[4].

Il a également illustré de nombreux ouvrages, entre autres Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas,[5][1] Aphrodite de Pierre Louÿs,[6] Le Roman comique de Scarron[3], La cantiniére du XIIIe siècle de Georges Le Faure,[6] Les Trésors de la fable d'Auguste Louvet, Jeanne d'Arc de Marius Sepet,[7] Voyages et aventures du Capitaine Marius Cougourdan d'Eugène Mouton,[8] Seulette et Le Trésor de Madeleine de Pierre Maël,[8] A l'abordage d'Henry de Brisay,[9] ainsi que plusieurs ouvrages de Zénaïde Fleuriot[10] et Jeanne Schultz.[8]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Édouard ZIER (1856-19 janvier 1924) », Revue des lectures, vol. 12,‎ , p. 101
  2. Enregistré comme portraitiste, histoire aux salons de peinture, à réalisé des œuvres religieuses
  3. a, b, c et d Uzanne 1903
  4. Antoine Court, Regards populaires sur l'Anglo-Saxon : drôles de types, publications de l'université de Saint-Étienne, 2003, (ISBN 2-86272-273-1), p. 196
  5. Megías (2007), p. 57.
  6. a et b Megías (2007), p. 61.
  7. Megías (2007), p. 70.
  8. a, b et c Megías (2007), p. 63.
  9. Megías (2007), p. 67.
  10. Megías (2007), p. 68.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]