Édouard Fillias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Fillias
Description de cette image, également commentée ci-après
Édouard Fillias en 2014.
Naissance (40 ans)
Drapeau de la France Paris 14e.
Nationalité Française
Profession
Consultant en communication
Autres activités
Militant politique
Formation

Édouard Fillias est un homme d'affaires français, conseil en communication et spécialiste des stratégies numériques. Il dirige l'agence Jin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Fillias est né le dans le 14e arrondissement de Paris.

Il entre à Sciences Po Paris en 1998. Une fois diplômé, il se lance dans les études commerciales et intègre HEC Paris en 2001, dont il sort diplômé en 2004 avec l'option « e-business »[1].

Ses études achevées, il travaille de 2004 à 2006 chez Digimind, un éditeur de logiciel spécialisé dans la veille stratégique[2]. En , il rejoint l'agence Image & Stratégie, alors dirigée par Thierry Saussez, en tant que responsable du pôle « Stratégies Internet »[3],[4].

Il devient un intervenant régulier sur BFM Business[5].

En 2012, Édouard Fillias fonde, avec Alexandre Villeneuve et Romain Boudré, l'agence Jin, société de conseil en communication et éditeur de logiciel (Plugr et Pitchboy)[6],[7]. En 2019, la société compte une soixantaine de collaborateurs, installés à Paris, Londres, Hambourg et New-York[8].

Il publie en 2010 (réédité en 2012), avec Alexandre Villeneuve, l'ouvrage E-Réputation : Stratégies d'influence sur Internet, aux éditions Ellipses.[9]. En 2019, il publie, l'ouvrage Manuel de Survie sur Internet, aux éditions Ellipses.

Depuis 2011, Édouard Fillias est également directeur de la collection « Actu'Gestion » aux éditions Ellipses[10]. Il a publié à ce titre 14 ouvrages (Droit du marketing, Storytelling et Contenu de marque, L'Entreprise coopérative, Digital warketing...).

Il est marié à Sabine Herold depuis .

Engagement politique et associatif[modifier | modifier le code]

En 1999, il milite au RPR où il soutient la candidature de Patrick Devedjian pour la présidence de ce parti[11]. Il quitte ce mouvement peu après, estimant qu'une greffe libérale n'y prendrait pas.

Encore étudiant, il fonde en 2001 l'association libérale « Liberté, j'écris ton nom » qui deviendra rapidement « Liberté chérie ». Au cours de ses 4 années de présidence, il s'est illustré par la défense du service minimum, en particulier dans les transports publics et la pratique de l'agitprop (Contre-manifestations, jeu de société Monopole public, etc). En 2003, il publie avec Sabine Herold un livre : Liberté, liberté chérie, aux éditions des Belles Lettres, à la suite de l'organisation d'une grande manifestation contre les grèves, le 15 juin 2003, place de la Concorde[12]. En 2006, il publie Le Manifeste des Alterlibéraux, le programme politique d'Alternative libérale, aux éditions Michalon[13].

Salle de la Cigale - Congrès fondateur d'Alternative libérale.

Le 1er mars 2006 il participe à la création d'un nouveau parti politique libéral - Alternative libérale - dont il devient président[14]. Il a été choisi comme candidat de ce parti pour l'élection présidentielle de 2007. En décembre 2006, après avoir déclaré son intention de « ne plus cotiser à la sécurité sociale ».

Le , il déclare forfait faute de parrainages suffisants et apporte son soutien à François Bayrou[14].

Lors des élections législatives de 2007, il obtient 0,52 % des suffrages (228 voix) dans la 12e circonscription de Paris. Il annonce son intention de ne pas se représenter à la présidence d'Alternative libérale le 3 octobre 2007[15]. Il quitte la présidence d'Alternative libérale en octobre 2007.

En 2009, il gère à titre professionnel les aspects internet de la campagne de la liste Libertas de Philippe de Villiers et Frédéric Nihous pour les élections européennes, mais dit avoir pour sa part cessé tout engagement politique[16].

Engagement associatif actuel[modifier | modifier le code]

Il est Vice-Président du Think tank libéral, présidé par Gaspard Koenig, Génération Libre[17].

En 2019, il fonde #CODE3, un groupe de travail dédié à la politique tech de la France et de l'Europe[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En roue libre, Libération, 20 février 2007
  2. http://www.digimind.fr/actu/publications/white-papers/966-evaluer-le-retour-sur-investissement-dun-logiciel-de-veille-3.htm
  3. sur le blog Opinion Watch, 25 novembre 2008
  4. « Quand un euro-enthousiastefait la campagne de Villiers », sur FIGARO, (consulté le 26 juin 2019)
  5. BFM BUSINESS, « After Business du mercredi 22 mai 2019 », BFM BUSINESS (consulté le 26 juin 2019)
  6. « Jin : construire et développer son réseau digital », sur leparisien.fr, (consulté le 26 juin 2019)
  7. « Sonovision - Pitchboy : le premier simulateur de vente et de relation client en VR doté d’une IA. », sur www.sonovision.com (consulté le 26 juin 2019)
  8. Equipe Agence JIN
  9. Livre "E-Réputation. Stratégies d'influence sur Internet. 2e édition"
  10. « Actu Gestion - tous les livres pour concours prépas sciences po, IEP, grandes écoles, médecine, ECN, PACES, parascolaire bts lycée collège - Editions Ellipses », sur www.editions-ellipses.fr (consulté le 26 juin 2019)
  11. Selon le journaliste politique Laurent de Boissieu sur son blog
  12. Librairie Dialogues, Liberté, liberté chérie - Sabine Herold, Édouard Fillias - Belles Lettres (lire en ligne)
  13. « Le manifeste des alter-libéraux - Édouard Fillias - Librairie Eyrolles », sur www.eyrolles.com (consulté le 26 juin 2019)
  14. a et b « Edouard Fillias, l'ex-candidat d'Alternative libérale, soutient François Bayrou », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2019)
  15. « Edouard Fillias d'Alternative Libérale - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 26 juin 2019)
  16. Quand un euro-enthousiaste fait la campagne de Villiers, Le Figaro, 23 avril 2009
  17. « E. Fillias : GenerationLibre reconstruit une proposition libérale ! », sur GenerationLibre, (consulté le 26 juin 2019)
  18. « #CODE3 - influencer l'avenir », sur www.linkedin.com (consulté le 26 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]