Édouard Dhorme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Édouard Dhorme
Edouard dhorme dominicain.png
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Edouard DhormeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Édouard Paul Dhorme, né à Armentières (Nord) le et mort à Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes) le est un assyriologue français, sémitisant et traducteur de la Bible.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Dhorme naît à Armentières dans le nord de la France en 1881, de Louis Constant Augustin Dhorme, artisan menuisier, et de Persévérance Élisa Julie Leplus, cabaretière. Orphelin, il est confié au frère de son père typographe à Armentières. Il grandira avec ses cousins (sept enfants). Les difficultés financières étant importantes pour cette famille nombreuse, et devant la très grande aptitude du jeune Édouard à étudier, son oncle et sa tante décidèrent de le placer au séminaire pour lui assurer des études convenables. Titulaire du bac il part en 1899 pour Jérusalem et le Couvent des Dominicains de Saint Étienne pour étudier à l'École Biblique de Jérusalem. Il y apprend les écritures et les textes anciens avec le père Marie-Joseph Lagrange fondateur de l'École. Il est ordonné prêtre en 1904 à Jérusalem dans l'Ordre des Frères Prêcheurs (ordre des Dominicains), et prend le nom de Paul. Il signera ses travaux de Paul Dhorme jusqu'en 1931.

Édouard Dhorme, Paris, vers 1940

Il enseigne à l'École Biblique de 1904 à 1931 et prend la direction de la Revue Biblique et de l'École à partir de 1923. Parmi ses premiers travaux sous la direction du père Lagrange, on peut noter la traduction du code d'Hammourabi écrit en cunéiforme. Pendant cette première partie de carrière, il s'intéressa aux écritures anciennes et à l'histoire de cette région et des religions, enseignant l'assyrien et l'hébreu ; il ne néglige pas pour autant les fouilles : c'est aussi un archéologue de terrain. Ainsi pendant la première guerre mondiale, mobilisé de 1914 à 1919 comme sergent dans le corps expéditionnaire d'Orient aux Dardanelles, il en profite pour réaliser des fouilles, desquelles il ramènera un vase aujourd'hui propriété du Louvre.

Édouard Dhorme, Jérusalem, 13 mai 1923
Édouard Dhorme vers 1950
Édouard Dhorme et Jeanne, Brest, 26 août 1964

À partir de 1929, date de la découverte des écritures cunéiformes alphabétiques de Ras-Shamra (écriture inconnue), il se passionne pour en proposer un déchiffrement. Engagé dans une course effrénée avec l'allemand Hans Bauer, il en publiera une traduction aboutie en 1931. C'est probablement dans ces moments intenses de recherche sur les écritures anciennes et les textes des religions anciennes, que des réflexions profondes sur sa carrière et le sens de sa vie le poussent à quitter l'École Biblique, Jérusalem et les Ordres. Il a toujours déclaré à sa famille que ses motivations de quitter les Ordres étaient d'avoir plus de libertés pour progresser dans sa carrière et dans son travail sur les écritures anciennes. Il ajoutait que « monté trop haut dans le savoir, il ne pouvait plus enseigner ce en quoi il ne croyait plus », confidences recueillies par son cousin le couturier Marcel Dhorme. Ainsi, il décide de quitter très soudainement l'École Biblique en 1931, la laissant dans un profond désarroi. Quelques mois plus tard il quitte les Ordres et sera convoqué à Rome par le pape Pie XI. Il en repartira excommunié ! (Nul ne sait ce qui s'est dit dans le bureau du Pape). Il restera toujours attaché aux valeurs catholiques et à la foi et continuera à fréquenter les messes, en particulier vers la fin de sa vie à Roquebrune-Cap-Martin. Toujours vers 1930, sur un bateau en partance d'Égypte, il rencontre une veuve élégante et cultivée, Mia (Maria Françoise Lepoint). Cette rencontre a-t-elle jouée dans sa décision de quitter les ordres, lui seul aurait pu l'affirmer. Il aimait à dire à ses cousins : « on ne doit la vérité qu'à soi-même » sans préciser de quoi il voulait parler.


Une fois quitté les Ordres, Mia et Édouard se reverront, il l'épousera à Courbevoie en 1932. Veuf de Mia après la seconde guerre mondiale, il décidera de garder leur gouvernante, Jeanne Rolland, qu'il épousera en 1948. Jeanne est née en Bretagne au début du XXe siècle et a grandi avec ses sœurs à Brest, ville qu'elle quitta après la seconde guerre mondiale, tout y était détruit, pour entrer au service de Mia et d'Édouard à Paris. Femme cultivée, elle vivra toute sa vie dans l'admiration d'Édouard et l'aidera dans les dernières années à continuer son travail en particulier de relecture de sa dernière œuvre sur Saint-Paul. Édouard Dhorme vécu pendant longtemps à Bécon-les-Bruyères, au 13 rue du 22 septembre, avec sa première femme puis la deuxième ; il aimait à y prendre le train pour ses séances de travail à l'académie jusqu'en 1964. Vers la fin de sa vie, il cherche un peu de calme après cette activité si dense en achetant un appartement à Roquebrune-Cap-Martin où il se retire et décède en janvier 1966. Jeannette Dhorme finira ses jours (elle décèdera au début des années 90) à Menton dans un petit appartement (2ième Étage] au 1 rue de l'Amiral Courbet (l'Altaïr) qu'ils avaient choisi peu de temps avant sa mort, pour se rapprocher d'une grande gare, les forces commençant à le quitter.

Pendant la deuxième partie de sa carrière (à partir de 1931), il signe ses articles d'Édouard Dhorme. Il enseigne l'histoire des religions, l'hébreu, les langues anciennes du Moyen-Orient, d'abord à Lyon, puis à Paris à la Sorbonne. Il enseigne également à l'École Pratique des Hautes Études de Paris. Il soutiendra une thèse de doctorat en 1937 à la faculté des Lettres de Paris sur La littérature babylonienne et assyrienne et La religion des Hébreux nomades. Il est nommé professeur au Collège de France en 1945 à la chaire de Philologie et d'archéologie assyro-babylonienne. Il prend sa retraite en 1951, après avoir été nommé Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1948. En 1946 il tente de renouveler son succès de 1931 (sur le déchiffrement des écritures cunéiformes alphabétiques) ; il s'attaque à une traduction des pseudos hiéroglyphes de Byblos, mais cette fois malgré ses efforts et toute sa connaissance des langues orientales et des textes, sa traduction ne convainc pas. Plus de tablettes auraient certainement aidé, leur nombre étant limité, les hypothèses formulés par Édouard Dhorme sont difficilement vérifiables. Des études récentes ne montrent pas de réels progrès non plus dans leur interprétation.

À la retraite il reprend ses travaux et enseignements de sa vie sur l'histoire des religions et les textes anciens et révise à la demande de Gallimard la Bible hébraïque. Il sortira de ce labeur deux volumes dont près des trois-quarts sont le fruit de son travail et de sa vie sur les textes anciens et les religions, en particulier son travail sur le livre de Job (paru dès 1926 et maintes fois retravaillé) ;

Edouard Dhorme au travail vers la fin de sa vie

il fut aidé dans ce colossale travail par d'anciens élèves qu'il a formés. Pour achever une vie bien remplie, il prend la décision de rédiger un livre sur Saint Paul qu'il publiera peu de temps avant sa mort et avec l'aide de Jeannette sa deuxième femme.

Son œuvre est immense et sans aucun doute Édouard Dhorme figure au Panthéon des grands philologues et orientalistes au côté d'un Jean-François Champollion ou d'un François Thureau-Dangin. Il fut aussi un très grand professeur passionné et passionnant aux dire de ses élèves.

Pour une biographie résumée parsemée d'impressions de ses collègues, élèves, amis, on peut lire le discourt prononcé après sa mort à l'académie des Inscriptions par André Parrot, pour une biographie plus complète on lira ce qu'écrit Agnès Spycket dans le dictionnaire des frères prêcheurs  (dominicains.revues.org/1141), ou Antoine Guillaumont dans la Revue de l'histoire des religions (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_1966_num_169_2_8335). Beaucoup d'éclaircissements sur son travail son publiés sous forme de récits autobiographiques dans le Recueil d'Édouard Dhorme.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fut directeur de l'École biblique de Jérusalem de 1923 à 1931, directeur d'études à l'École pratique des hautes études de 1933 à 1951 et professeur au Collège de France de 1945 à 1951. Il fut élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1948.

L'une de ses œuvres maîtresses traite des religions de Babylone et d'Assyrie. Un traité et une traduction du livre de Job. Le déchiffrement des écritures cunéiformes alphabétique de Ras-Shamra. La traduction française de l'Ancien Testament est parue sous sa direction chez Gallimard dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Études bibliques. Choix de textes religieux assyro-babyloniens, transcription, traduction, commentaire, Paris, 1907
  • La Religion assyro-babylonienne : conférences données à l'Institut catholique de Paris, Paris, 1910
  • Études bibliques : Les livres de Samuel, Paris, 1910
  • L'emploi métaphorique des noms de parties du corps en hébreu et en akkadien, Paris, 1923.
  • Études bibliques : Le livre de Job. Introduction, traduction et commentaire, Paris, 1926
  • Langues et Écritures sémitiques, 1930
  • La Poésie biblique. Introduction à la poésie biblique et trente chants de circonstance, Paris, 1931
  • L'Évolution religieuse d'Israël. Tome I. La religion des Hébreux nomades, 1937
  • Les Religions de Babylonie et d'Assyrie, suivi de Les Religions des Hittites et des Hourrites, des Phéniciens et des Syriens par René Dussaud, 1945 ; 1949
  • Recueil Édouard Dhorme : études bibliques et orientales, Paris : Impr. Nationale, 1951
  • La Bible, Paris : Gallimard, 1956
  • Saint Paul, Albin Michel, 1965

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]