Édouard Baille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Baille
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
BesançonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître

Paul-Benoît-Édouard Baille, né à Besançon le et mort dans sa ville natale le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Paul-Benoît-Édouard Baille est né à Besançon le . Il fait des études à l’école de dessin où il se fait vite remarquer par son talent. Il obtient un premier prix avec Agar dans le désert en 1834. La ville de Besançon lui offrit une bourse pour poursuivre ses études, à l’École des beaux-arts de Paris où il fut élève de François-Édouard Picot. Il exposa aux Salons de 1837, 1838, 1839, 1842, 1846 et 1847. Il eut ensuite un atelier où il forma des artistes comme Félix-Henri Giacomotti ou Jules Machard, et devient membre de l’Académie de Besançon.

Grâce à ses nombreuses peintures dans le domaine de l’art religieux (toiles pour les chapelles des hôpitaux de Besançon et Ornans, pour l’église Notre-Dame à Besançon, la chapelle du collège Saint-François Xavier, la chapelle des Capucins à Besançon, une fresque pour l’abbaye de Favernay) il est nommé chevalier de l’ordre pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand. Il peint en particulier huit tableaux sur toile pour la chapelle du Sacré-Cœur de la cathédrale Saint-Jean de Besançon[1] : ce sont des copies réalisées d'après d'anciennes fresques datant du XVe siècle qui ornaient les tombeaux du « cimetière des comtes », situé primitivement dans l'ancienne cathédrale Saint-Étienne ; ces tableaux sont classés monument historique depuis 1992[1].

Édouard Baille à peint également des portraits de personnalités comtoises (toiles non signées).

Il meurt le à Besançon, dont une rue honore sa mémoire.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les huit tableaux de la chapelle du Sacré-Cœur », notice no PM25000139, base Palissy, ministère français de la Culture
  2. Christian Marbach, « "Un grand général" : Simon Bernard », Bulletin de la Sabix, no 38,‎ , p. 102-110 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données)