Éditions de l'Oxymore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création
Disparition
Fondée par Léa Silhol, Greg Silhol, Natacha Giordano, Alain Pozzuoli
Fiche d’identité
Forme juridique Autre société à responsabilité limitée
Statut Éditeur indépendant
Siège social Montpellier  (France)
Spécialités Fantasy, fantastique, science-fiction
Collections Comme des Ozalids, Manières noires, Gemmail, Moirages, Épreuves, Emblèmes, Emblémythiques
Langues de publication Français
Diffuseurs auto-diffusé ; Les Belles Lettres à partir de 2005

Les Éditions de l'Oxymore est une maison d'édition professionnelle française spécialisée dans les littératures de l'imaginaire (fantasy, fantastique, science-fiction), active de 1999 à 2006.

Parcours de la maison d'édition[modifier | modifier le code]

Les éditions de l'Oxymore sont créées en 1999 par une équipe composée des membres fondateurs et actifs du Cercle d'Étude Vampirique[1], en particulier Léa Silhol (direction littéraire et artistique, relations presse), Natacha Giordano (direction commerciale), Greg Silhol (direction technique), et Alain Pozzuoli. On retrouve parmi les artistes, auteurs, collaborateurs de l'Oxymore d'autres membres du CEV et contributeurs de la revue Requiem, tels Dorian Machecourt, PFR, Sébastien Bermès[2]. Les activités de la maison d'édition prolongent d'ailleurs celles de l'association[3], puisque les 10 numéros de la revue Requiem seront diffusés par l'Oxymore, qui inaugure également son catalogue avec la publication en 1999 de Vampire : Portraits d'une Ombre (Léa Silhol dir.)[4], réunissant entre autres[5] les Actes du colloque « Boire du sang, boire des paroles » qui fut tenu lors des cérémonies du Centenaire Dracula organisées à Montpellier par le CEV (27-30 novembre 1997)[6].

Après avoir ainsi ouvert le bal des publications avec le premier ouvrage de sa collection d'essais Comme des Ozalids, la maison d'édition poursuit son activité par la création d'une collection d'anthologies thématiques, « Emblémythiques » (qui démarre en décembre 1999 avec Ainsi Soit l'Ange, Léa Silhol dir., et abordera par la suite les thèmes et figures des fées, des femmes obscures, des créatures chimériques ou mythologiques) — laquelle se verra dotée par la suite, en 2001, d'une « petite sœur spirituelle[7] » fondée sur le même principe thématique, l'anthologie périodique Emblèmes, revue à parution trimestrielle[8]. Une troisième collection vouée à la nouvelle voit le jour en avril 2003 : il s'agit d'« Épreuves », composée de recueils de la nouvelle génération d'auteurs francophones. Les éditions de l'Oxymore montent également une collection dédiée au fantastique et à l'occulte, « Manières Noires », et une collection de « Fantasy atypique[9] », « Moirages », où seront publiés recueils, romans et anthologies. « Gemmail », enfin, estampillée « Cartes de l'Obsession[10] », a pour principe l'exploration thématique de l'œuvre d'un écrivain, comme les figures du vampire chez Tanith Lee, dans l'unique volume de la collection, Écrit avec du Sang[11].

En 2002, le travail des éditions de l'Oxymore est distingué par l'attribution du prix Bob Morane[12], catégorie Coup de cœur. Certaines de leurs publications se voient également saluées par des prix : La Sève et le Givre, premier roman de Léa Silhol, reçoit le prix Merlin en 2003[13] ; l'anthologie Traverses (Léa Silhol dir.), consacrée à la fantasy urbaine, est primée la même année aux Imaginales pour la nouvelle de Kristine Kathryn Rusch L'Étrangeté du Jour[14] ; le même prix Imaginales est attribué en 2005 au recueil de Léa Silhol Musiques de la Frontière, tandis que Mélanie Fazi reçoit le Grand prix de l'Imaginaire pour son premier recueil publié, Serpentine[15]. Au fil des années, d'autres nouvelles publiées ou ouvrages dans leur intégralité sont remarqués par des nominations ; le Grand Prix de l'Imaginaire a également, deux années de suite, en 2004 et 2005, nominé dans sa catégorie graphisme deux illustrateurs de l'Oxymore, Christopher Shy (en)[16] pour la couverture de Traverses, puis Dorian Machecourt[17] pour son travail sur le roman de Tanith Lee Aara.

À partir de 2005, toutefois, la dégradation du marché du livre[Notes 1] commence à se répercuter sur l'activité de la maison d'édition. La revue Emblèmes, où étaient parus 18 numéros entre février 2001 et août 2005, ralentit le rythme : annoncé pour octobre 2005 et décalé, l'Emblèmes 16 / Cinq Sens ne verra finalement pas le jour, l'Oxymore ayant annoncé en juin 2006 la nécessité d'arrêter cette série d'anthologies périodiques. Il en ira de même pour Traverses II[18], nouvel opus de fantasy urbaine dirigé par Léa Silhol, qui devait paraître en février 2006. Le 9 août 2006, les éditions de l'Oxymore annoncent par un communiqué sur leur site que la maison ferme ses portes, « [v]ictime de la crise terrible qui secoue le monde du livre depuis un an et plus[19] ».

Porte-parole de l'équipe, Léa Silhol publie sur cette fin deux tribunes libres, où elle commente l'état du marché du livre et du milieu de l'imaginaire français, et appelle vivement les lecteurs à s'impliquer pour les livres qu'ils aiment, et les artistes et éditeurs à ne pas céder à la facilité ni à la frilosité :

  • Happiness in slavery (la philosophie dans le foutoir)[20], sur le site ActuSF (octobre 2006)
  • Fandom / Fuckdom, in Galaxies #42 (mai 2007)

Bien qu'ayant cessé ses activités éditoriales, l'équipe de l'Oxymore tient pendant un temps sur son profil Myspace un espace de suivi de ses auteurs, où sont répercutées rééditions et nouvelles parutions chez d'autres éditeurs[Notes 2].

En 2013, les éditions de l'Oxymore se manifestent pour condamner le projet du Registre des Livres Indisponibles en Réédition Électronique, qui pourrait concerner les plus anciens de leurs titres (Vampire : Portraits d'une Ombre, Ainsi Soit l'Ange)[21].

Identité et esprit éditorial[modifier | modifier le code]

La forme : une identité graphique réfléchie[modifier | modifier le code]

L'une des « marques de fabrique[22] » de l'Oxymore est la place donnée à l'illustration dans la conception du livre, et le soin apporté à la forme de l'ouvrage.

« Papier, maquette, illustrations, couverture, matités, brillances... tout doit être organisé, pensé pour parfaire l'ouvrage[23]. »

Cette attention portée au livre en tant qu'objet[24] se retrouve dans l'attachement de la maison d'édition à publier des livres de collection : éditions limitées numérotées, tirages de tête (généralement de 300 livres, numérotés aussi, disponibles en vente directe sur le site de l'Oxymore), et publication pour certains titres d'une version collector, estampillée « Fission », limitée (entre 50 et 99 exemplaires), signée par l'auteur, voire les illustrateurs, et agrémentée d'une couverture différente.

Les collections se déclinent en trois formats : la majeure partie des titres, y compris la revue Emblèmes, y sont édités en 20 x 15,5 cm. Se démarquent la collection Épreuves, plus proche d'un format semi-poche en 18 x 14 cm, et Comme des Ozalids, qui bascule à mi-parcours du format typique à une taille supérieure (22,6 x 17,5 cm), plus propice à l'édition d'ouvrages de référence[25] comme le Lexique du Vampire (Alain Pozzuoli) et l'Encyclopédie des Fantômes et des Fantasmes. Tous les ouvrages sont brochés, et portent le logo de la maison d'édition créé par PFR et Léa Silhol[Notes 3].

Le fond : l'esprit de la maison d'édition[modifier | modifier le code]

Consacrée aux littérature de l'imaginaire, la maison d'édition au nom inspiré d'une figure de style poétique se distingue par son refus de la fantasy commerciale[26], et par une prédilection pour le mélange des genres[Notes 4].

« Une philosophie éditoriale : ne publier que ce qu'on aime[27] », expose Léa Silhol, ce que confirme Natacha Giordano, anthologiste récurrente chez l'Oxymore et directrice littéraire déléguée pour les œuvres de Léa Silhol, à l'occasion d'un entretien :

« Avoir la liberté de diriger une anthologie donne cette possibilité incroyable : pouvoir contacter des auteurs que tu aimes en leur demandant si, par hasard, ils ne seraient pas inspirés par le thème sur lequel tu travailles, ou s'ils n'auraient pas déjà quelque chose en rapport avec ce thème au fond de leurs tiroirs d'écrivains. C'est exaltant[28] ! »

Certains auteurs appréciés sont ainsi invités et représentés avec constance au catalogue, telles Tanith Lee[29] et Storm Constantine, mais aussi, parmi les nouvellistes anglo-saxons, Charles de Lint, Gary A. Braunbeck (en) ou Kristine Kathryn Rusch. En parallèle, les appels à textes des anthologies de l'Oxymore sont ouverts à tous, et offrent ainsi un espace de publication professionnelle aux auteurs francophones[Notes 5], qu'ils soient expérimentés ou débutants[Notes 6] – espace qui trouve son prolongement dans la collection Épreuves, où des plumes remarquées au fil des sommaires d'anthologies de l'Oxymore sont appelées à publier un recueil.

L'engagement : Auteurs Sans Fascisme[modifier | modifier le code]

En avril 2002, la maison d'édition se mobilise contre la présence du Front national au second tour des élections présidentielles. Léa Silhol lance aux auteurs des milieux de l'imaginaire français un appel à « pétition littéraire », à laquelle participent les membres de l'équipe, et rassemble ainsi nouvelles, illustrations, billets d'humeur et autres formes d'engagement sur une page du site des éditions de l'Oxymore, qui fournit de plus des bannières pour les sites qui voudraient s'associer à l'initiative du collectif Auteurs Sans Fascisme[30]. Plus d'une centaine de contributions sont ainsi publiées.

Auteurs et artistes représentés[modifier | modifier le code]

Catalogue[modifier | modifier le code]

Collection d'essais Comme des Ozalids[modifier | modifier le code]

Illustrations de Sébastien Bermès.
Première édition de 1400 exemplaires numérotés ; second tirage en octobre 2004.
Illustrations de Lachâtaigne, Marie Dereau, Patrick Larme et Stéphane Poinsot.
Illustrations de Sébastien Bermès ; préface de Jean Marigny.
Illustrations de Dorian Machecourt ; postface de Léa Silhol.

Collection Manières noires[modifier | modifier le code]

  • Robert Weinberg, Le Baiser de l'Homme Mort, juillet 2000
Illustration de Sébastien Bermès ; trad. Estelle Valls de Gomis. Titre original : (en) The Dead Man's Kiss, 1992.
Édition limitée de 1000 exemplaires numérotés.
Illustration de Dorian Machecourt ; trad. Thierry Arson (traduction révisée). Titre original : (en) Dark Dance, 1992.
Premier volume du cycle L'Opéra de Sang ; précédemment publié chez Presses de la Cité, 1993, et Presses Pocket, 1994.

Collection Gemmail[modifier | modifier le code]

  • Tanith Lee, Écrit avec du Sang (Léa Silhol dir.), juin 2002
Illustrations de Ruby ; trad. Estelle Valls de Gomis, Sandrine Jehanno, Benoît Piret, Léa Silhol. Recueil inédit.
Édition limitée de 2000 exemplaires numérotés.

Collection Moirages[modifier | modifier le code]

Illustrations de Chad Michael Ward (couverture) et Ruby (intérieur) ; trad. Sandrine Jehanno et Denis Labbé. Titre original : (en) Burying the Shadow, 1992.
Édition limitée de 1750 exemplaires numérotés.
  • Storm Constantine, Exhumer l'Ombre, novembre 2001
Illustrations de Dorian Machecourt (couverture) et Ruby (intérieur) ; trad. Denis Labbé. Titre original : (en) Burying the Shadow, 1992.
Édition limitée de 1700 exemplaires numérotés.
  • Léa Silhol (dir.), Traverses, juillet 2002
Illustrations de Christopher Shy (couverture) et Dorian Machecourt (intérieur).
  • Léa Silhol, La Sève et le Givre, octobre 2002
Illustrations de Ruby (couverture) et PFR (graphismes intérieurs).
Second tirage en décembre 2003. Réédition chez France Loisirs, 2004, et chez Points Seuil, coll. Fantasy, 2006.
  • Tanith Lee, Aara ~ Aradia I, novembre 2003
Illustrations de Dorian Machecourt ; trad. Estelle Valls de Gomis. Titre original : (en) A Heroine of the World, 1989.
Réédition chez Points Seuil, coll. Fantasy, 2006.
  • André-François Ruaud (dir.), Magie Verte, novembre 2003
Illustrations de Charles Vess (couverture) et Lachâtaigne (intérieur).
  • Léa Silhol, La Tisseuse, janvier 2004
Illustrations de Jean-Sébastien Rossbach (couverture) et Dorian Machecourt (intérieur) ; postface de Natacha Giordano.
Édition remaniée des Contes de la Tisseuse, Nestiveqnen, 2000.
  • Tanith Lee, Thenser ~ Aradia II, avril 2004
Illustrations de Dorian Machecourt ; trad. Estelle Valls de Gomis. Titre original : (en) A Heroine of the World, 1989.
Réédition chez Points Seuil, coll. Fantasy, 2006.
  • Léa Silhol, Musiques de la Frontière, novembre 2004
Illustrations d'Amar Djouad (couverture) et Frédérique Berthon (intérieur) ; postface de Natacha Giordano.

Collection Emblémythiques[modifier | modifier le code]

  • Ainsi soit l’Ange, Léa Silhol (dir.), décembre 1999
Illustrations de Sébastien Bermès (couverture) et Ruby (intérieur).
Édition limitée de 1350 exemplaires numérotés.
  • Il était une Fée, Léa Silhol (dir.), octobre 2000
Illustrations de Sandrine Gestin (couverture) et Sophie Guilbert (intérieur).
Première édition de 1350 exemplaires numérotés ; autres tirages en novembre 2001 et août 2003.
  • Lilith et ses Sœurs, Léa Silhol (dir.), novembre 2001
Illustrations de Dorian Machecourt (couverture) et Sébastien Bermès (intérieur).
Édition limitée de 1350 exemplaires numérotés.
  • Chimères, Natacha Giordano (dir.), mai 2003
Illustrations de Claudine Béhin (couverture) et Marie Dereau (intérieur).
  • Mythophages, Léa Silhol (dir.), septembre 2004
Illustrations de Christopher Shy (couverture) et Frédérique Berthon (intérieur).

Anthologie Emblèmes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Emblèmes.
  • Emblèmes 1 : Vampyres, Léa Silhol (dir.), février 2001
  • Emblèmes 2 : Sortilèges, Natacha Giordano (dir.), mai 2001
  • Emblèmes 3 : Momies, Alain Pozzuoli (dir.), août 2001
  • Emblèmes 4 : Rêves, Natacha Giordano (dir.), décembre 2001
  • Emblèmes 5 : Venise Noire, Léa Silhol (dir.), février 2002
  • Emblèmes 6 : Extrême Orient, Greg Silhol (dir.), 2002
  • Emblèmes 7 : La Mort / ses Vies, Léa Silhol (dir.), 2002
  • Emblèmes 8 : Cités perdues, Alain Pozzuoli (dir.), 2003
  • Emblèmes Hors-Série 1 : La Mort / ses Œuvres, Léa Silhol (dir.), mars 2003
  • Emblèmes 9 : La Route, Jess Kaan & Greg Silhol (dir.), mai 2003
  • Emblèmes 10 : Sociétés secrètes, Alain Pozzuoli (dir.), septembre 2003
  • Emblèmes 11 : Doubles & Miroirs, Léa Silhol (dir.), décembre 2003
  • Emblèmes 12 : Polar, Sire Cédric (dir.), mars 2004
  • Emblèmes Spécial 1 : Tanith Lee, Léa Silhol (dir.), juillet 2004
  • Emblèmes 13 : La Mer, Natacha Giordano (dir.), août 2004
  • Emblèmes Hors-Série 2 : Les Fées, Léa Silhol (dir.), octobre 2004
  • Emblèmes 14 : Les Portes, Antoine Lencou (dir.), février 2005
  • Emblèmes 15 : Trésors, Estelle Valls de Gomis (dir.), août 2005

Collection Épreuves[modifier | modifier le code]

  • Ep/S1 : Claude Mamier, Récits des Coins d'Ombre, avril 2003
Illustration de Lionel Londeix.
  • Ep/S2 : Léa Silhol, Conversations avec la Mort, mai 2003
Illustrations de Christopher Shy.
Illustration de PFR ; préface de Mélanie Fazi.
Réédition numérique augmentée de 6 nouvelles chez Dystopia, 2012.
Illustration de Jean-Marc Rulier ; préface de Michel Pagel.
Réédition chez Bragelonne, 2008, et Folio SF, 2010.
  • Ep/S5 : Jess Kaan, Dérobade, mai 2004
Illustration de Sébastien Bermès ; préface de Philippe Ward.
Illustration de Lachâtaigne ; préface de Denis Labbé.
  • Ep/S7 : Lélio, Douze Heures du Crépuscule à l'Aube, septembre 2005
Illustration de Dorian Machecourt ; préface de Léa Silhol.

Éditions Fissions[modifier | modifier le code]

  • Robert Weinberg, Le Baiser de l'Homme Mort, juillet 2000
Édition limitée de 50 exemplaires signés par l'auteur. Couverture alternative de Nicolas Guénet.
  • Storm Constantine, Enterrer l'Ombre, juillet 2001
Édition limitée de 50 exemplaires signés par l'auteure. Couverture alternative de Ruby.
  • Storm Constantine, Exhumer l'Ombre, novembre 2001
Édition limitée de 100 exemplaires signés par l'auteure. Couverture alternative de Ruby.
  • Tanith Lee, Écrit avec du Sang, juin 2002
Édition limitée de 100 exemplaires signés par l'auteure. Couverture alternative de Sébastien Bermès.
  • Léa Silhol, La Sève et le Givre, octobre 2002
Édition limitée de 70 exemplaires signés par l'auteure. Couverture alternative de Dorian Machecourt.
  • Léa Silhol, La Tisseuse, janvier 2004
Édition limitée de 70 exemplaires signés par l'auteure. Couverture alternative de Christopher Shy.
  • Léa Silhol, Musiques de la Frontière, novembre 2004
Édition limitée de 99 exemplaires signés par l'auteure, les deux illustrateurs (couverture et intérieur) et le musicien. Couverture alternative de Sébastien Bermès.
Accompagnée du CD song(s) 4 fay(s), constitué de 5 titres originaux composés par PFR.
  • Tanith Lee, La Danse des Ombres, septembre 2005
Édition limitée de 100 exemplaires signés par l'auteure et l'illustrateur. Couverture alternative de John Kaiine.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

En 2002, les éditions de l'Oxymore ont reçu le prix Bob Morane[12] pour la qualité de l'ensemble de leurs publications. La maison a de plus été nominée au Prix Spécial du Grand Prix de l'Imaginaire à deux reprises, en 2003 et 2004.

Certains titres à leur catalogue ont également été primés :

  • Prix Merlin 2003, catégorie roman, pour La Sève et le Givre de Léa Silhol[13]
  • Prix Imaginales 2003, catégorie nouvelle, pour L'Étrangeté du Jour de Kristine Kathryn Rusch, in anthologie Traverses[14]
  • Prix Imaginales 2005, catégorie nouvelle, pour Musiques de la Frontière de Léa Silhol[14]
  • Grand prix de l'Imaginaire 2005, catégorie nouvelle, pour Serpentine de Mélanie Fazi[15]
  • Prix de l'Armée des 12 Singes 2005, catégorie anthologies, prix du public & prix du jury, pour Dérobades, de Jess Kaan[31]
  • Prix de l'Armée des 12 Singes 2005, catégorie essais & études, prix du public pour Emblèmes HS2 / Les Fées
  • Prix Littré 2006 pour Loin à l'Intérieur d'Armand Cabasson[32]

D'autres furent nominés :

  • Au Prix Merlin :
    • De la Noirceur de l'Encre de Lélio, in Emblèmes 7 / La Mort... Ses Vies, catégorie nouvelle, 2003
    • Trolleriet de Luvan, in Traverses, catégorie nouvelle, 2003
    • Vado Mori de Léa Silhol, in Emblèmes 9 / La Route, catégorie nouvelle, 2004
  • Au Prix Rosny-Aîné[33] :
    • Le Coup du lapin de Fabrice Colin, in Emblèmes 2 / Sortilèges, catégorie nouvelle, 2002
    • Il ne neige pas à Frontier de Léa Silhol, in Emblèmes 2 / Sortilèges, catégorie nouvelle, 2002
    • La Sève et le Givre de Léa Silhol, catégorie roman, 2003
    • De la Noirceur de l'Encre de Lélio, in Emblèmes 7 / La Mort... Ses Vies, catégorie nouvelle, 2003
    • Conversations avec la Mort de Léa Silhol, catégorie roman, 2004
    • Serpentine de Mélanie Fazi, catégorie nouvelle, 2005
  • Au Prix Imaginales :
    • Le Roi des Billes de Gary A. Braunbeck, in Traverses, catégorie nouvelle, 2003
    • Leçon de Nuit de Fabrice Colin, in Traverses, catégorie nouvelle, 2003
    • L'Homme qui vola la Lune de Tanith Lee, in Emblèmes spécial Tanith Lee, catégorie nouvelle, 2005
    • Fantômes du Vent et de l'Ombre de Charles de Lint, in Emblèmes HS2 / Les Fées, catégorie nouvelle, 2005
    • Un Chant d'Été de Justine Niogret, in Emblèmes HS2 / Les Fées, catégorie nouvelle, 2005
  • Au Grand Prix de l'Imaginaire :
    • Passer la Rivière sans Toi de Fabrice Colin, in Il était une Fée, catégorie nouvelle francophone, 2002
    • Il était une Fée dirigée par Léa Silhol, Prix spécial, 2002
    • La Cité travestie de Mélanie Fazi, in Emblèmes 5 / Venise Noire, catégorie nouvelle francophone, 2003
    • Reflets éternels de Alice Yvernat, in Lilith et ses Sœurs, catégorie nouvelle francophone, 2003
    • Leçon de Nuit de Fabrice Colin, in Traverses, catégorie nouvelle francophone, 2004
    • L'Étrangeté du Jour de Kristine Kathryn Rusch, in Traverses, catégorie nouvelle étrangère, 2004 (nomination conjointe avec sa nouvelle Les filles de la baleine, in Asphodale 3)
    • Christopher Shy pour la couverture de Traverses, catégorie graphisme, 2004
    • Dorian Machecourt pour les illustrations de Aara, catégorie graphisme, 2005
    • Caniculaire d'Elisabeth Ebory, in Mythophages, catégorie nouvelle francophone, 2006
    • Musiques de la Frontière de Léa Silhol, catégorie nouvelle francophone, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « 2005, année faste, a vu les chiffres d'affaires des maisons d'édition baisser de 30 % (certaines grosses maisons généralistes) à 50 % (smallpresses). Et autant vous dire, 2004 n'était déjà pas un grand cru. » (Léa Silhol, « Happiness in slavery (la philosophie dans le foutoir) », sur Actusf)
  2. Ledit espace de suivi a disparu lorsque Myspace a supprimé de son site les blogs.
  3. Le logo en question n'est d'ailleurs pas sans évoquer, dans l'œuvre de Léa Silhol, la marque par laquelle les Oscuro, famille d'Artisans de la cité d'Isenne, signent leurs créations : « Un cercle oblong, presque un O, hérissé de quatre pointes à ses angles. »
  4. Voir par exemple la présentation de la collection Épreuves dans le catalogue de la maison d'édition : « L'éclectisme et le mélange des genres présideront à la confection de recueils tout en camaïeux, mêlant toutes les couleurs de l'Imaginaire, et parfois des genres connexes (littérature générale, polar), et de romans résolument modernistes, loin de certains poncifs du genre. »
  5. Léa Silhol, in « Interview par Jérôme Vincent » : « Il y a de plus en plus de textes soumis mais surtout de plus en plus de plumes qui affirment et assument des aspects très personnels, atypiques, qui sortent de l’ornière Heroic Fantasy ultra classique qui a permis la pénétration initiale. Fabrice Colin a ouvert la voie, les Kaan, Belmon, Lélio, Henry, Luvan, Mamier sont en train de s’y engouffrer. De développer des identités. »
  6. Jacques Baudou, Chemins de Traverses, in Le Monde des Livres, 19 septembre 2002 (à propos de l'anthologie Traverses, et plus généralement « du travail effectué par les éditions de l'Oxymore dans le domaine des littératures de l'imaginaire ») : « L'autre mérite de Léa Silhol est de vouloir susciter autour de ses publications une école française de nouveaux auteurs fantastiques. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Giordano, Interview de Greg Silhol, sur le site des éditions de l'Oxymore [site disparu]
  2. Léa Silhol, « La lettre de Léa Silhol », Requiem, no 10,‎ , p. 44
  3. Alain Pozzuoli, Dracula — Le Lexique du Vampire, Éditions de l'Oxymore, , entrée "Cercle d'Études Vampiriques (C.E.V.)"
  4. Alain Pozzuoli, Dracula — Le Lexique du Vampire, Éditions de l'Oxymore, , entrée "Vampire : Portraits d'une Ombre"
  5. Léa Silhol, « De l'étoffe dont nos ténèbres sont faites », Vampire : Portraits d'une Ombre, Éditions de l'Oxymore,‎
  6. Alain Pozzuoli, Dracula — Le Lexique du Vampire, Éditions de l'Oxymore, , entrée "Centenaire Dracula (Cérémonies du)"
  7. Léa Silhol, Emblèmes #1 / Vampyres, Éditions de l'Oxymore, , Edito, p. 4
  8. Jacques Baudou, « Surprenantes anthologies », Le Monde des Livres,‎
  9. « Collection Moirages », sur Psychovision.net
  10. « Collection Gemmail », sur Psychovision.net
  11. Christophe Duchet, « Les Vampyres de l'Oxymore ou la consécration de Tanith Lee », Khimaira, no 01,‎
  12. a et b « Liste des lauréats pour l'année 2002 », sur NooSFere
  13. a et b « Liste des lauréats du prix Merlin », sur Présence d'Esprits
  14. a, b et c « Liste des lauréats du prix Imaginales », sur Imaginales.fr
  15. a et b « Palmarès du GPI », sur NooSFere
  16. Christopher Shy, « Galerie du studio Ronin »
  17. Dorian Machecourt, « Galerie d'illustrations », sur Confession Lounge
  18. « Communiqué des éditions de l'Oxymore », sur le site de la maison d'édition [site disparu]
  19. « L'Oxymore n'est plus », sur Fantasy.fr, .
  20. Voir sur actusf.com.
  21. Léa Silhol, « Le bug de l'an 2000 a bien eu lieu : la dystopie ReLIRE donne raison aux auteurs de SF », sur Nitchevo Squad News
  22. Jean-Claude Dunyach, « Le Monde des Failles », sur L'Express,
  23. Jérôme Vincent, « Interview de Léa Silhol », sur ActuSF
  24. Jean-Claude Vantroyen, « Venise Vampire », sur Le Soir,
  25. Serge Perraud, « Critique de Dracula : le Lexique du Vampire », sur SFmag
  26. Léa Silhol, « Elficomanes (plaidoyer pour la Féerie face au Grand Dieu Fric) », Emblèmes HS2 / Les Fées,‎
  27. Léa Silhol, « Happiness in Slavery », sur ActuSF,
  28. Antoine Lencou, Interview de Natacha Giordano, sur le site des éditions de l'Oxymore [site disparu]
  29. Jacques Baudou, « Tanith Lee au sommet », Le Monde des Livres,‎
  30. Léa Silhol, « Auteurs SF = Auteurs Sans Fascisme – the goode auld’ Oxymore Banner », sur Adrenadream
  31. Emmanuel Collot, « Le Prix de l’Armée des 12 Singes : charte, corpus et résultats ou la grande aventure des Utopiales 2005 », sur SFmag.net
  32. « Site d'Armand Cabasson »
  33. « Palmarès du prix Rosny-Aîné », sur NooSFere

Liens externes[modifier | modifier le code]