Édit de Ségur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Édit de Ségur est un édit français de qui ferme l’accès à la carrière supérieure d'officier et commandement de l’armée aux membres de la bourgoisie riche. L'édit porte le nom du ministre responsable, le secrétaire d'État de la Guerre Philippe Henri de Ségur.

Dans le contexte de Guerre d'indépendance américaine et de l’émulation des idéaux des Lumières, la noblesse entame une réaction nobiliaire et raffermit son monopole sur l’armée française. L’édit impose à tous les candidats à une sous-lieutenance dans l’infanterie, la cavalerie et les dragons de prouver quatre degrés de noblesse de père. Alternativement il fallait être fils d’officiers titulaires de la croix de Saint-Louis.

Dès lors il devenait impossible pour des roturiers de commencer le service militaire dans une des lesdites branches de service directement comme officier (p. ex. par achat de brevet d'officier). Par conséquence il fallait avancer par les grades des bas-officiers au grade de sous-lieutenant, que prenait régulièrement une ou deux dizaines des années.

En 1784 les dispositions étaient étendues sur l’infanterie étrangère, les hussards et les chasseurs à cheval. L'artillerie et le génie restaient exlus.[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Six, « Fallait-il quatre quartiers de noblesse pour être officier à la fin de l'Ancien Régime ? », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 4, no 19,‎ , p. 47–56 (DOI 10.3406/rhmc.1929.3988, lire en ligne, consulté le 11 mars 2020)