Édimbourg-des-Sept-Mers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Édimbourg-des-Sept-Mers
Edinburgh of the Seven Seas
Édimbourg-des-Sept-Mers
Toits des maisons
Administration
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Territoire d'outre-mer Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha
Démographie
Population 246 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 37° 04′ 05″ sud, 12° 18′ 38″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : océan Atlantique
Voir sur la carte administrative de l'Océan Atlantique (Sud)
City locator 14.svg
Édimbourg-des-Sept-Mers
Edinburgh of the Seven Seas
Géolocalisation sur la carte : océan Atlantique
Voir sur la carte topographique de l'Océan Atlantique (Sud)
City locator 14.svg
Édimbourg-des-Sept-Mers
Edinburgh of the Seven Seas

Édimbourg-des-Sept-Mers (en anglais : Edinburgh of the Seven Seas) est l'unique localité de l'île Tristan Da Cunha, qui compte 246 habitants en 2019[1]. Localement, elle est appelée de son nom originel, The Settlement (« la colonie »). Les habitants portent sept noms de famille différents, et descendraient de seulement sept colons[2]. On peut supposer que ses habitants peuvent être appelés Heptathalassoédimbourgeois.

Le village est fondé en 1815. Elle est le site d'une garnison jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Ce petit village britannique est renommé en l'honneur d'Alfred, le duc d'Édimbourg lors de son passage dans l'île en 1867 au cours de son tour du monde comme commandant du HMS Galatea[3].

Édimbourg-des-Sept-Mers possède un port, la résidence de l'Administrateur, une église catholique et le bureau de poste. Elle est abandonnée par une grande partie de sa population et en partie détruite lors de l'éruption volcanique de 1961. La population revient en 1963. Cet épisode est raconté par Hervé Bazin dans Les Bienheureux de La Désolation en 1970.

C'est l'habitat permanent le plus isolé de la terre, le plus proche étant Sainte-Hélène, situé à 2173km[4]. Pour s'y rendre, il est nécessaire de prendre un bateau depuis Le Cap, et d'obtenir l'autorisation des résidents[2].

Vue générale.
Évolution de la population de 1821 à 1923.
Carte de la ville

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Population Update », sur Tristan da Cunha Families (consulté le 11 décembre 2019).
  2. a et b (en) Joe Cawthorn, « Edinburgh of the Seven Seas: 'The most remote settlement on the planet' we share a name with », sur edinburghnews.scotsman.com, (consulté le 11 décembre 2019).
  3. Nicholas Courtney, The Queen's Stamps, 2004, (ISBN 0-413-77228-4), pages 28. En 1967, la poste de l'île émet quatre timbres pour le centenaire de cette visite.
  4. http://www.tristandc.com/settlement.php

Sur les autres projets Wikimedia :