Écurie nationale belge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écurie nationale belge
logo

Discipline Formule 1
Formule 2
Localisation Drapeau : Belgique Belgique
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau : Belgique Jacques Swaters
Drapeau : Belgique Pierre Stasse
Pilotes Drapeau : Belgique Olivier Gendebien
Drapeau : Belgique Johnny Claes
Drapeau : Belgique Alain de Changy
Drapeau : Belgique Willy Mairesse
Drapeau : Belgique André Pilette
Caractéristiques techniques
Châssis Ferrari, Cooper, Emeryson, Lotus, ENB
Moteurs Ferrari, Climax, Maserati
Pneumatiques Englebert
Dunlop
Résultats
Début en CM F1 GP de Belgique 1955
Dernier GP GP d'Allemagne 1962
GP disputés 9 (7 départs)
Points marqués 0 (1)
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 0
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

L’Écurie nationale belge (également dénommée Équipe nationale belge ou simplement ENB) est une ancienne écurie de Formule 1 belge en activité de 1955 à 1962. L'Écurie Nationale Belge est créée en 1955 par Jacques Swaters et dirigée par Pierre Stasse. Elle résulte de la fusion de l'Écurie Francorchamps et de l'Écurie Belge de Johnny Claes.

Historique[modifier | modifier le code]

L'équipe débute en Formule 2 sur une Cooper-Climax jaune, avec Alain de Changy, André Pilette, André Milhoux, Lucien Bianchi, Olivier Gendebien, Willy Mairesse, Paul Frère et Mauro Bianchi (le frère de Lucien). Elle obtint d'assez bons résultats lors des participations de 1959 (3e à Pau, 5e à Charade, 4e et 5e à Zeltweg) et de 1960 (3e et 5e à Syracuse, 5e et 6e à Bruxelles, 6e à Pau, 3e à Chimay, 2e à Montlhéry).

En 1960, au Grand Prix de Belgique, une Cooper T45[1] est engagée pour Lucien Bianchi qui finit la course à la sixième et dernière place et décroche un point. En effet, le nouveau règlement de 1960 attribue un point au sixième alors que précédemment il revenait au détenteur de la pole position[2].

En 1961, l’écurie acquiert trois Emeryson-Maserati mais Bianchi et Gendebien les accidentent à Pau. On revoit par la suite ces voitures aux mains de Willy Mairesse et de plusieurs pilotes cités plus haut mais l'équipe est loin d'être compétitive.

C'est alors que l'équipe fait l'acquisition de Lotus 18 tout en conservant les Emeryson. Pendant l'hiver 1961, l'Équipe nationale belge redessine complètement les Emeryson. Lucien Bianchi conduit une Lotus 18/21 au Grand Prix de Belgique de 1962, puis une Emeryson 61 à Pau où il s’accidente à nouveau. L’équipe participe au Grand Prix d'Allemagne de Formule 1, en août, au Nürburgring. Bianchi, au volant de l'ENB F1, basée sur les Emeryson, termine loin derrière la tête de course et l’écurie jette l’éponge.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie nationale belge en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1955 Drapeau : Belgique Écurie nationale belge Ferrari 625
Ferrari 500
Ferrari 4 en ligne Englebert Drapeau : Belgique Olivier Gendebien
Drapeau : Belgique Johnny Claes
2 - -
1959 Drapeau : Belgique Écurie nationale belge Cooper T51 Climax 4 en ligne Dunlop Drapeau : Belgique Lucien Bianchi
Drapeau : Belgique Alain de Changy
0 0 Non engagé
1960 Drapeau : Belgique Écurie nationale belge Cooper T45 Climax 4 en ligne Dunlop Drapeau : Belgique Lucien Bianchi 1 0 (1) Non engagé
1961 Drapeau : Belgique Écurie nationale belge Emeryson 61
Emeryson 61
Lotus 18
Maserati 4 en ligne
Climax 4 en ligne
Climax 4 en ligne
Dunlop Drapeau : Belgique Lucien Bianchi
Drapeau : Belgique Olivier Gendebien
Drapeau : Belgique Willy Mairesse
Drapeau : Belgique André Pilette
2 0 Non engagé
1962 Drapeau : Belgique Écurie nationale belge Lotus 18/21
ENB F1
Climax 4 en ligne
Maserati 4 en ligne
Dunlop Drapeau : Belgique Lucien Bianchi 2 0 10e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 1960 Grand Prix of Belgium. 19 June - Spa-Francorchamps: 507.60 km (14.10 km x 36 laps) », sur www.silhouet.com (consulté le 10 juin 2010)
  2. (en) « Lucien Bianchi and the ENB-née-Emeryson », sur forix.autosport.com (consulté le 10 juin 2010)