Écriture tartessienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'écriture du sud-ouest dans le contexte des Écritures paléo-hispaniques
Valeurs des sons proposées par Rodríguez Ramos (2000)
Fonte Velha (Bensafrim, Lagos)
Herdade da Abobada (Almodôvar)

L'écriture du sud-ouest , aussi connue comme Tartessien ou Sud Lusitanien, est une écriture paléo-hispanique  utilisée pour écrire une langue inconnue, généralement identifiée comme celle des Tartessiens. Les inscriptions du Sud-ouest ont été trouvées principalement dans le quart sud-ouest de la Péninsule Ibérique, dans le sud du Portugal (Algarve et le sud de l'Alentejo), mais aussi en Espagne, dans le sud de l'Estrémadure et de l'ouest de l'Andalousie[1].

Nom de l'écriture[modifier | modifier le code]

Le nom de cette écriture est très controversée. Le nom le plus neutre l'écriture du sud-ouest, car il se réfère uniquement à l'emplacement géographique où les inscriptions ont été trouvées, mais il a besoin d'une précision additionnelle dans un contexte général. Certains chercheurs nom de cette écriture tartessienne considérant le script de Tartessos. D'autres préfèrent le nom d'écriture Sud Lusitanienne, parce que presque toutes les inscriptions du sud-ouest ont été trouvées dans le sud du Portugal (une zone incluse dans la province Romaine de Lusitanie), où les sources grecques et romaines localisent les peuples Pré-Romains des Conii ou Cynetes, plutôt que dans la zone généralement considéré comme Tartessienne (entre Huelva et la vallée du Guadalquivir). Mais d'un autre côté, le nom de Sud Lusitanien n'est pas pratique, car il peut, à tort, suggèrer une relation avec la langue lusitanienne. D'autres propositions de noms incluent Bastulo-Turdetan et écriture cynétienne.

Le système d'écriture[modifier | modifier le code]

À l'exception de l'alphabet gréco-ibérique, et dans une moindre mesure, de cette écriture, les écritures paléo-iberiques partageaient une typologie distinctive : elles se sont comportées comme un syllabaire pour les consonnes occlusives et comme un alphabet pour les autres consonnes et voyelles. Ce système d'écriture unique a été appelé semi-syllabaire. Il n'y a pas d'accord sur la façon dont les semi-syllabaires paléo-hispaniques tenaient leur origine ; certains chercheurs concluent que leur origine est liée uniquement à l'alphabet phénicien, tandis que d'autres croient que l'alphabet grec y a également participé. Dans l'écriture du sud-ouest, bien que la lettre utilisée pour écrire une consonne occlusive ait été déterminée par la voyelle qui la suit, comme dans un semi-syllabe complète, la voyelle suivante était également écrite, tout comme dans un alphabet. Une convention similaire est trouvée en étrusque pour /k/, qui était écrit KA CE CI QU (sc) suivant la voyelle qui suivait. Certains chercheurs traitent le tartessien comme un semi-syllabaire redondant, d'autres le traitent comme un alphabet redondant.

Inscriptions[modifier | modifier le code]

Cette écriture est presque exclusivement utilisée sur près d'une centaine de grosses pierres (stèles), probablement avec un but funéraire. L'orientation de l'écriture presque toujours de droite à gauche, mais aussi en boustrophédon ou en spirale. Le fait que presque toutes les inscriptions du sud-ouest aient été trouvées hors contexte archéologique ne permet pas la fixation d'une chronologie précise, mais il semble clair qu'il a été utilisé au cours du Ve siècle av. J.-C. ; mais il est habituel de les dater du VIIe siècle av. J.-C. et considérer que l'écriture du sud-ouest hispanique est la plus ancienne écriture paléo-hispanique.

Au total, 75 stèles en écriture du sud-ouest hispanique sont connues. Parmi celles-ci, 16 peuvent être vues au Musée des Écritures du Sud-Ouest[2]Museu da Escrita do Sudoeste , en portugais ), à Almodôvar (Portugal), où une stèle comportant en tout 86 caractères (l'inscription la plus longue ayant été trouvée jusqu'à présent) découverte en 2008 y est également exposée).

Notes et références[modifier | modifier le code]