Économie morale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

L'économie morale ou « économie morale de la foule » est un concept dû à l'historien britannique et marxiste E. P. Thompson utilisé en historiographie, en sciences politiques et en sociologie.

Il désigne un ensemble de pratiques et de valeurs politiques, infra-politiques et culturelles communautaires qui visent à la défense des intérêts de la communauté même sur le plan économique. Ce concept a été introduit subrepticement dans The making of the English working class (1963, p.68 et 222), où il écrit que les pillages de magasins en période de hausse des prix « étaient légitimés par l'affirmation d'une économie morale plus ancienne qui enseignait l'immoralité de méthodes iniques pour faire monter les prix des aliments en profitant des besoins du peuple. »

Le concept a ensuite été explicitement formulé dans le célèbre article de 1971, The moral economy of the English crowd in the eighteenth century (in Past & Present, 50, 1971, p.76-136), où E.P. Thompson le définissait ainsi: « une vision traditionnelle des normes et des obligations sociales, des fonctions économiques appropriées par les diverses parties de la communauté - ce qui, pris ensemble, peut être considéré comme constituant l'économie morale des pauvres. »

Les manifestations de cette « économie morale » peuvent emprunter tout un catalogue de la révolte à l'entraide, la défense du juste prix à la production de remontrance.

Bien qu'E.P. Thompson ait nuancé l'utilisation de cette expression vingt ans après, dans The moral economy reviewed [1], le concept a été appelé à une belle fortune, comme le souligne Didier Fassin[2], étant repris aux États-Unis par l'anthropologue James C. Scott, qui a travaillé sur les économies morales des paysans d'Asie du Sud-Est, ainsi que dans l'épistémologie par Lorraine Daston[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in Customs in common, Londres, The Merlin Press, 1991, p.259-351
  2. a et b Didier Fassin, « Les économies morales revisitées », Annales HSS, novembre-décembre 2009, n°6, p.1237-1266

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]