Économie des Tuvalu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

État des Tuvalu
Indicateurs économiques
Image illustrative de l’article Économie des Tuvalu
Indicateurs économiques pour l'État des Tuvalu

Monnaie Dollar Australien (AUD)[1]
Année fiscale année calendaire[2]
Organisations internationales ACP, AOSIS, FAO, UNESCO[3]
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 37 million (USD) (2012)[4]
Produit intérieur brut en PPA 37.61 million (2012) (USD)[5]
Rang pour le PIB en PPA 226[6]
Croissance du PIB 1,2 % (2012)
PIB par habitant en PPA 3 400 (2012) (USD)
PIB par secteur agriculture : 16,6 % (2002)
industrie : 27,2 % (2002)
services : 56,2 % (2002) [7]
Inflation (IPC) 0,5 % (2011)
Pop. sous le seuil de pauvreté N.C
Indice de développement humain (IDH) 0,583 (2007)[8]
Population active N.C
Population active par secteur agriculture : N.C
industrie : N.C
services : N.C
Taux de chômage N.C
Principales industries pêche et Tourisme[9]
Commerce extérieur
Exportations 4.59 Milliards USD [10] (2010)
Biens exportés Poisson et Coprah
Principaux clients Australie et île Fidji
Importations 175,36 Milliard USD (2010)
Biens importés Animaux, biens manufacturés et combustibles fossiles[11]
Principaux fournisseurs Australie, Iles Fidji, Singapour et Nouvelle-Zélande
Finances publiques
Dette publique N.C
Dette extérieure N.C
Recettes publiques N.C
Dépenses publiques N.C
Aide au développement Drapeau de l'Europe 3,3 millions (EUR) (2002-2007) [12]
Sources :
CIA the World Factbook

Les Tuvalu font partie des cinq pays les moins avancés (PMA) d'Océanie[13]. La majorité des revenus de l'archipel et de ses habitants sont issus de l'agriculture, même si celle-ci souffre du manque d'altitude et des faibles dimensions des différents atolls. En effet la majorité des îles n'ont que très peu de relief, ce manque d'altitude, combiné avec la montée progressive du niveau de l'Océan multiplie le nombre de raz-de-marée. Ces raz de marée ont des conséquences désastreuses puisqu'ils provoquent une raréfaction des réserves d’eau potable, une salinisation des terres arables et l’abandon progressif des cultures vivrières[14].

Les différentes difficultés rencontrées par le pays l'oblige à avoir recours à l'importation ce qui accentue sa dépendance économique vis-à-vis de l'étranger. De plus, le pays doit faire face à des écarts de revenu importants même si la pauvreté absolue y est rare. Les recettes publiques sont fortement dépendantes de la vente de licence de pêches et l'aide internationale au développement. Le montant de la dette publique représentait 50 % du PIB fin 2011. Le gouvernement tire aussi profit du domaine internet qu'il a initié: .tv.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]