Économie bleue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Économie bleue (homonymie).

L'économie bleue est notamment un modèle économique conçu par l'entrepreneur belge Gunter Pauli qui prétend suffire aux besoins de base en valorisant ce qui est disponible localement en s'inspire du vivant[1],[2], se fondent sur les principes de l'économie circulaire[3], et en considérant les déchets comme dotés de valeur[4]. La couleur bleue renvoie ici à celle du ciel et des océans pour s'opposer à l'économie verte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gunter Pauli qualifie d'« économie rouge » celle qui a exploité les ressources naturelles jusqu'au début du XXIe siècle sans penser aux conséquences humaines ou planétaires « bénéficier du flux infini de la Nature en matière de créativité, d'adaptabilité et d'abondance »[5].

En 1994, Gunter Pauli créé la fondation ZERI (zero émission recherche et initiative) à l'Université des Nations unies. Son objectif est de mettre en place des projets démontrant la faisabilité de l'économie bleue[5].

Description[modifier | modifier le code]

Le terme économie bleue est utilisé ici pour prétendre mieux faire que l'économie verte et l'économie circulaire en imitant la nature.

Un de ses objectif est de « remplacer quelque chose par rien » : "remplacer un processus chimique par un processus physique plus efficace et moins polluant, voire éliminant aussi des produits toxiques"[6].

Le but ultime étant de rendre chaque écosystème autosuffisant et de revenir au plein emploi[7].

Principes[modifier | modifier le code]

L'économie bleue vise une « qualité totale » nommée les « cinq zéros » : zéro défaut, zéro panne, zéro gaspillage, zéro accident et zéro stock.

En plus de ces cinq buts qualitatifs, Gunter Pauli ajoute deux exigences : zéro pollution, sur le modèle de la nature en réutilisant tous les déchets comme ressource pour une autre activité, et zéro conflit, en répondant aux besoins fondamentaux de tout le monde[8].

L'économie bleue cherche à produire plus avec des ressources locales, sans émissions ni déchets, et à créer des emplois tout en coûtant moins cher[9].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le principe central de l'économie bleue est de supprimer la notion de déchet en changent les méthodes de production pour permettre d'éliminer la génération de produits toxiques et de ne créer que des sous-produits réutilisables pour assurer une interaction optimale avec l'environnement en même temps qu'un succès économique[10].

Par exemple:

- Un champignon permet de convertir à température ambiante l'amidon des déchets alimentaires en acide polylactique qui sert à fabriquer un plastique biodégradable.

- Les agents tensio-actifs du sucre peuvent remplacer l'huile de palme[11].

- Le papier de pierre, fabriqué à partir de pierres concassées et de résine plastique, résiste à l'eau et peut être recyclé à l'infini.

Résultats[modifier | modifier le code]

La fondation ZERI a réussi à mobilier 4 milliards d'euros de capitaux pour la réalisation de plus d'une centaine de projets.

Innovations[modifier | modifier le code]

Les innovations de la fondation ZERI ont été publiées sur son site internet, d'abord en anglais puis traduites en plusieurs langues. Les 50 premières ont été publiées en France en 2011, dans un livre de l'Association ICDD (Innovation Citoyenne et Développement Durable)[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vive l'"économie bleue" ! », sur Le Monde, (consulté le 12 avril 2016).
  2. Jacques Attali, Positive Book, Paris, Flammarion, (ISBN 9782081347557), pp.98-9.
  3. « L'économie bleue | écoconso », sur www.ecoconso.be (consulté le 12 avril 2016).
  4. « Économie Bleue (Günter Pauli) », sur lapremiere (consulté le 12 avril 2016).
  5. a et b Pauli 2011, p. 8.
  6. Pauli 2011, p. 21.
  7. Pauli 2017, p. 15.
  8. Pauli 2011, p. I.
  9. Pauli 2011, p. 7.
  10. Pauli 2017, p. 2.
  11. Pauli 2017, p. 13.
  12. Pauli 2011, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Cases 1 to 100 », Fiches descriptives des 100 premières innovations de l'économie bleue, sur TheBlueEconomy.org (consulté le 22 février 2018).
  • (en) « Cases 101 - 112 », Fiches descriptives des nouvelles innovations de l'économie bleue, sur TheBlueEconomy.org (consulté le 22 février 2018).