Économie bleue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'économie bleue est un modèle économique prôné par l’entrepreneur belge Gunter Pauli, qui en s'inspirant des écosystèmes naturels, prétend suffire aux besoins de base en valorisant ce qui est disponible localement et en transposant à l'échelle industrielle les prouesses de la nature[1],[2]. Ce concept se base sur les principes de l’économie circulaire[3], source d’emplois, où chaque déchet deviendrait une source d’énergie pour une autre activité[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gunter Pauli qualifie d’« économie rouge » celle qui a exploité les ressources naturelles jusqu’au début du XXIe siècle sans penser aux conséquences humaines ou planétaires « bénéficier du flux infini de la Nature en matière de créativité, d’adaptabilité et d’abondance »[5].

En 1994, Gunter Pauli crée la fondation ZERI - Zéro Emission Recherche et Initiative - à l’Université des Nations unies[réf. nécessaire][6]. Son objectif est de mettre en place des projets démontrant la faisabilité de l’économie bleue[réf. nécessaire][7].

Description[modifier | modifier le code]

Le terme "Blue Economy" (économie bleue) est utilisé ici pour parler de l'économie circulaire dans laquelle les déchets sont recyclés pour devenir de la matière première à de nouveaux produits écologiques où s'intégrant dans le système de la durabilité pour la planète. Le terme fait référence à la planète bleue, intégrant l'air, le ciel, et tous les éléments de l'économie "verte" (Green Economy). L'économie bleue de Gunter Pauli souhaite aller au delà de l’économie verte et de l’économie circulaire, en cherchant à imiter la nature. La systémie et le biomimétisme sont parties intégrantes de la Blue Economy de Gunter Pauli.[réf. nécessaire]

Innovations[modifier | modifier le code]

Les innovations de la fondation ZERI fondée par Gunter Pauli ont été publiées sur son site internet d’abord en anglais puis traduites en plusieurs langues. Les 50 premières innovations ont été publiées en France en 2011 dans un livre de l’association ICDD - Innovation Citoyenne et Développement Durable[8]. Des innovations sont concrètement appliquées dans plusieurs pays de la planète bleue dans un but de durabilité écologique et de création d'emploi. Des exemples concret sont exposés dans les différents supports de communication de la fondation ZERI et des sites Internet de Gunter Pauli (livres et leurs traductions, articles, photos, ...) dont certains sont téléchargeables gratuitement dans un but de vulgarisation et polinisation. L'innovation réside également dans le fait de la pratique concrète de la transmission des savoirs pour répliquer les cas concrets de la Blue Economy.[réf. nécessaire]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vive l’"économie bleue" ! », sur Le Monde, (consulté le 12 avril 2016).
  2. Jacques Attali, Positive Book, Paris, Flammarion, (ISBN 9782081347557), pp.98-9.
  3. « L’économie bleue | écoconso », sur www.ecoconso.be (consulté le 12 avril 2016).
  4. « Économie Bleue (Günter Pauli) », sur lapremiere (consulté le 12 avril 2016).
  5. Pauli 2011, p. 8.
  6. Et pour être précis, dans quel institut de l'UNU ?
  7. Quel rapport en Zeri (1994) et l'Economie bleue (2010) ? Il y a 16 ans entre les deux.
  8. Pauli 2011, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Cases 1 to 100 », Fiches descriptives des 100 premières innovations de l’économie bleue, sur TheBlueEconomy.org (consulté le 22 février 2018).
  • (en) « Cases 101 - 112 », Fiches descriptives des nouvelles innovations de l’économie bleue, sur TheBlueEconomy.org (consulté le 22 février 2018).