École supérieure d'électricité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ESE.
École supérieure d'électricité
Image illustrative de l'article École supérieure d'électricité
Nom original École supérieure d’électricité
Informations
Fondation 1894
Fondateur Arsène d'Arsonval
Type Grande École d’ingénieurs (établissement privé)
Budget 50 313 000 €
Localisation
Coordonnées 48° 42′ 30″ N 2° 09′ 50″ E / 48.708333, 2.163889 ()48° 42′ 30″ Nord 2° 09′ 50″ Est / 48.708333, 2.163889 ()  
Ville Gif-sur-Yvette
Pays Drapeau de la France France
Campus Campus du plateau de Saclay, Metz, Rennes
Direction
Directeur Hervé Biausser
Chiffres clés
Enseignants 133 enseignants chercheurs[1]
Étudiants 2 043[1]
Doctorants 269[1]
Diplômés/an 475 diplômes d"ingénieurs[1]
Divers
Affiliation Université Paris-Saclay, CGE, CDEFI, System@tic Paris-Région, G16+, TIME, UniverSud Paris, « Elles Bougent », CESAER
Site web www.supelec.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École supérieure d'électricité

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
École supérieure d'électricité

L’École supérieure d’électricité, plus communément appelée Supélec, est une grande école d’ingénieurs française privée associative, avec une mission de service public. Elle est orientée dans les domaines des sciences de l'information, de l’énergie et des systèmes.

À l'origine située à Paris, Supélec possède à présent trois campus, à Gif-sur-Yvette, Metz et Rennes. Un unique diplôme est décerné, quel que soit le campus.

Supélec est habilitée à délivrer le diplôme national de docteur. Elle a délivré, à ce titre, soixante-trois diplômes de docteur en 2009. À cette même date, 269 doctorants effectuaient leur thèse dans les locaux de l'école.

Elle a également délivré, en 2009, 80 diplômes de master Recherche et soixante diplômes de mastères spécialisés.

Supélec possède de nombreux partenariats avec des instituts de recherche et d'enseignement supérieurs en France et en Europe, en particulier avec l'École Centrale Paris, l'École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP) et l'université américaine GeorgiaTech.

En janvier 2007, Supélec décide de participer à un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), de nature académique, créé dans le Sud de l’Île-de-France : UniverSud Paris, avec pour objectif à long terme la construction d’une grande université à visibilité internationale renforcée. Ce PRES réunit d’ores et déjà environ 50 000 étudiants et 155 laboratoires de recherche, dont 130 associés à des organismes de recherche, notamment les CNRS et INSERM. Les membres fondateurs d'UniverSud Paris sont les universités d'Évry-Val d'Essonne, Paris-Sud 11, de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), l'École Centrale, Supélec et l’ENS de Cachan.

Supélec fait partie du projet du campus du plateau de Saclay.

L’école[modifier | modifier le code]

Histoire et localisation[modifier | modifier le code]

L’École supérieure d’électricité a été fondée en 1894 par la Société internationale des électriciens, actuellement Société des électriciens et des électroniciens (SEE). Il s’agissait alors de former les ingénieurs pour l’industrie électrique en plein développement[2].

Elle ne devient l’Association Supélec qu’en 1987. Les quatre membres fondateurs de cette association sont la Société des électriciens et des électroniciens (SEE), la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC), le groupe Électricité de France (EDF) ainsi que la Société des ingénieurs Supélec (renommée Amicale des ingénieurs Supélec en 1995).

Elle est actuellement dirigée par Hervé Biausser.

L’école était installée rue de Staël à sa création, dans le 15e arrondissement de Paris[3]. Elle déménage en 1927 à Malakoff, près de la porte de Vanves (locaux aujourd'hui occupés par l'Unité de formation et de recherche de droit de l'université Paris Descartes), puis, en 1975, à Gif-sur-Yvette, sur le plateau de Moulon, à la limite Sud du plateau de Saclay, près d’Orsay[3]. Ce campus a été inauguré par le président de la République d’alors, Valéry Giscard d'Estaing[3].

Depuis, l’école a ouvert deux campus supplémentaires, à Rennes en 1972, puis à Metz en 1985. Tous les bâtiments principaux des campus de Supélec partagent la même architecture typique : grands bâtiments à rayures horizontales blanches et noires.

Supélec est donc installée sur trois sites : Gif-sur-Yvette, Metz et Rennes. Chaque campus accueille à la fois les bâtiments d’enseignement et les résidences des élèves. La très grande majorité des élèves vivent sur les campus, d’où une vie associative particulièrement riche.

Régulièrement, l’école accueille des personnalités qui viennent faire des conférences sur la recherche et plus généralement les grands thèmes de société. Ainsi le candidat Nicolas Sarkozy est-il venu annoncer à Supélec son programme pour l’enseignement supérieur et la recherche le [4]. Il y est revenu en tant que président de la République pour présenter ses vœux au monde de l'éducation et de la recherche le [5]. En octobre 2013, dans le cadre d'une visite sur le plateau de Saclay, Jean-Marc Ayrault y a prononcé une allocution sur le projet Paris-Saclay.[6]

Anciens directeurs de l’école[modifier | modifier le code]

  • Éleuthère Mascart (1894) : normalien, physicien. Élu membre et secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences. Élu membre étranger de la Royal Society britannique. Élu membre de la Société d’Agriculture. Vice-président de l’Institution of Electrical Engineers. Professeur au Collège de France. Prix Bordin en 1866. Grand prix de l’Académie des sciences en 1874.
  • Paul Janet (1895-1937) : normalien. Membre de l’Académie des Sciences.
  • Robert Gillet de Valbreuze (1937-1949)
  • Pierre-Antoine-Jean Besson (1949–1958) : polytechnicien, officier de la légion d’honneur.
  • Philippe Olmer (1961-1967)
  • André Maréchal (1967-1969) : normalien. Membre de l’Académie des Sciences.
  • André Blanc-Lapierre (1969-1978) : normalien. Physicien émérite. Membre de l’Académie des Sciences.
  • Jean-Loup Delcroix (1978-1989) : normalien. Physicien.
  • Bernard Picinbono (1990-1995) : physicien. Membre de l’Académie des Sciences. Président de SupOptique.
  • Jean-Jacques Duby (1995-2004) : normalien. Mathématicien. Ancien directeur scientifique d’IBM Europe. Président de l’ENS Cachan.
  • Alain Bravo (2004-2013): polytechnicien, fondateur de SFR
  • Hervé Biausser (2013-) : centralien, directeur de l'École Centrale Paris

Statut[modifier | modifier le code]

L’École supérieure d’électricité est une association loi de 1901 avec une mission de service public. Le premier poste de recette est représenté par les contrats de recherche (25 %). Les subventions de l’État, avec qui elle signe des contrats quadriennaux, représentent respectivement 23 % pour le Ministère de l’Économie et des Finances et 22 % des recettes en 2009 pour le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Les frais de scolarité représentent 5 % des recettes totales[1].

Missions de l’école[modifier | modifier le code]

Modalités d’admission en cycle Ingénieur[modifier | modifier le code]

Le recrutement des élèves-ingénieurs se fait principalement sur concours après les classes préparatoires aux grandes écoles. La voie d’accès principale est le concours Centrale-Supélec (filière de classes préparatoires PT, PSI, TSI, MP et PC), mais une partie des étudiants est issue de l’université et vient de DUT, de licences ou de masters scientifiques. L’exigence d’un très bon dossier et la réussite à un test en sciences est nécessaire à ces « admis sur titres » pour intégrer l’école.

À l’admission, les effectifs venant de classes préparatoires (données 2014) se décomposent ainsi :

  • 147 élèves issus des classes préparatoires filière MP (Maths-Physique) ;
  • 102 élèves issus des classes préparatoires filière PC (Physique-Chimie) ;
  • 116 élèves issus des classes préparatoires filière PSI (Physique-Sciences de l’Ingénieur) ;
  • 8 élèves issus des classes préparatoires filière TSI (technologies et sciences pour l’ingénieur) ;
  • 24 élèves issus des classes préparatoires filière PT (physique et technologie).

Formation initiale[modifier | modifier le code]

Supélec est habilitée par le ministre de l’enseignement supérieur, sur avis de la Commission des titres d'ingénieur, à délivrer à ses étudiants un titre d’ingénieur diplômé au terme d’une formation de trois années[7].

Les deux premières années sont organisées en huit séquences de huit semaines. Durant ces huit séquences, l’étudiant acquiert diverses connaissances dans les domaines des sciences de l’information et de l’énergie électrique ainsi que des connaissances lui permettant de se préparer à la vie en entreprise (en national ou en international). Une partie du temps est aussi réservée au sport, à l’étude de langues étrangères vivantes et à l’élargissement de ses horizons grâce à des cours dit électifs portant sur des sujets variés.

  • Exemples de matières du tronc commun des deux premières années :
    • Mathématiques appliquées (probabilités, statistiques, analyse statistique des signaux aléatoires…)
    • Physique théorique (physique électronique des solides, physique quantique…)
    • Télécommunications (signaux et systèmes, électronique HF…)
    • Énergie (électrotechnique…)
    • Informatique (génie logiciel, algorithmique, architecture des systèmes informatiques…)
    • Économie, droit (micro-économie, droit de l’entreprise, gestion de projet…)
  • Les électifs sont très variés et vont de la physique nucléaire et l'histoire des sciences jusqu’à la finance en passant par le management, la négociation de contrats, la génétique et les arts cinématographiques.

Formation par apprentissage[8][modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2008, Supélec a ouvert une nouvelle filière par apprentissage pour les étudiants admis sur dossier qui en font la demande. Elle n’existe pour le moment que sur le campus de Gif-sur-Yvette.

Le diplôme décerné à l’issue des trois ans de formation par apprentissage est identique à celui obtenu après avoir suivi la formation initiale.

Le rythme d'alternance est de 5 semaines de cours / 3 semaines d’entreprise. Les quatre premières semaines sont consacrées aux cours, la cinquième étant une semaine d'examens synchronisée sur la formation initiale (cette dernière se déroulant sur 7 semaines de cours puis une d'examens).

Hors périodes scolaires, y compris en juillet et en août, l’étudiant est 100 % en entreprise. En tant que salarié, il peut, durant les périodes d'entreprise, prendre des congés dans les mêmes conditions que les autres employés de son entreprise. Au titre d'apprenti, il a également droit à une semaine supplémentaire spécifique de congés d'examens, pouvant être posée si nécessaire en entreprise dans le mois précédant les épreuves.

La formation par apprentissage reprend l’intégralité des enseignements de tronc commun de la formation initiale, le volume horaire des cours suivis étant identique. Une partie des études de laboratoire est remplacée par l’expérience que l’étudiant acquiert en entreprise.

Les examens imposés aux apprentis sont communs en tous points aux examens de la filière initiale. Ils se déroulent simultanément dans le temps et dans l'espace et les sujets, conditions d'examen et critères de validation sont identiques.

Le groupe d’apprentis est actuellement composé de 61 élèves, parmi lesquels 5 pour la promotion 2011, 14 pour celle de 2012, 8 pour celles de 2013 et 2014, 11 pour celle de 2015 ainsi que 15 pour celle de 2016. 27 apprentis Supélec sont maintenant diplômés.

Troisième année[modifier | modifier le code]

La troisième année est plus particulière. Elle peut se dérouler à l’étranger pour les étudiants souhaitant acquérir un double diplôme grâce aux nombreux partenariats avec des universités étrangères.

Ceux qui choisissent de terminer leur scolarité à Supélec sélectionneront une option parmi les quatorze proposées correspondant à un des quatre grands domaines de l’École (automatique et traitement du signal, énergie, informatique et communications et électronique).

Qu’ils soient en formation initiale ou en formation par alternance, les étudiants suivent une troisième année identique jusqu’à la fin du mois de mars.

À partir du début du mois d’avril :

  • les étudiants en formation initiale réalisent un stage de fin d’études d’une durée de cinq mois ;
  • les étudiants en formation par apprentissage retournent dans leur entreprise pendant cinq mois, jusqu’à la fin de leur contrat d’apprentissage.

Par ailleurs, l’école a noué de nombreux partenariats qui permettent en troisième année de faire :

Il s’y ajoute la possibilité d’être recruté au sein du corps de l’armement par concours sur épreuves (constitué d’une épreuve écrite de synthèse de documents et d’un entretien oral) ou sur titre (sélection sur dossier puis entretien avec le jury).

Quel que soit le campus (Gif, Rennes, Metz), le diplôme décerné est le même ; les étudiants sont d’ailleurs souvent appelés à changer de campus en troisième année afin d’y poursuivre l’option qui les intéresse. La cérémonie de remise des diplômes a lieu courant septembre.

Formation continue[modifier | modifier le code]

Supélec propose un catalogue de formation continue, parmi lesquelles on peut citer plusieurs mastères spécialisés (formation d’un an).

  • Mastère spécialisé en logistique des grands systèmes : management des systèmes et des services sur leurs cycles de vie, traitant du Soutien Logistique Intégré (en partenariat avec Thales Université)
  • Mastère spécialisé en management et ingénierie des systèmes (en partenariat avec Ligeron)
  • Mastère spécialisé en réseaux informatiques et télécommunications
  • Mastère spécialisé en cybersécurité (mastère coréalisé avec l’ENST Bretagne)
  • Mastère spécialisé en business consulting (mastère coréalisé avec l’ESCP-EAP)
  • Mastère spécialisé en chargé d’affaires en technologies de l’information (mastère coréalisé avec l’ESC Rennes)
  • Mastère spécialisé d’ingénieur d’affaires pour les nouveaux marchés de l’énergie (en partenariat avec le CEGOS)

Recherche[modifier | modifier le code]

Supélec pratique la recherche amont et industrielle, notamment dans le cadre de la formation des élèves (projet de fin d’études effectué pour le compte d’une entreprise).

L’École a obtenu en 2007, en commun avec l’École centrale Paris, le label Carnot, un mode de financement de la recherche qui favorise les partenariats avec les entreprises, pour le groupement C3S (Centrale-Supélec sciences des systèmes).

Supélec est très investie dans le domaine de la recherche, elle est l’une des trois seules écoles en France avec l’ENS Ulm et l’École polytechnique à faire partie de deux réseaux thématiques de recherche avancée [9].

La recherche est organisée en :

  • cinq entités propres : automatique (Gif et Rennes), électrotechnique et électronique industrielle (Gif), signaux et systèmes électroniques (Gif et Metz), télécommunications (Gif, Metz, Rennes), systèmes d’information distribués (Gif, Metz, Rennes) ;
  • trois unités en association avec le CNRS : Laboratoire de génie électrique de Paris, à Gif, Laboratoire des signaux et systèmes à Gif, Laboratoire matériaux optiques, photonique et systèmes à Metz, Laboratoire d'Économie expérimentale à Gif;
  • une unité fédérative, le Département de recherche en électromagnétisme ;
  • un laboratoire international conjoint, le Laboratoire franco-singapourien de recherche en électromagnétisme et radars à Gif;
  • une chaire d’enseignement et de recherche dans le domaine de la radio flexible, financée par Alcatel-Lucent à Gif
  • deux unités externes associées à Supélec par convention : le Laboratoire de physique des gaz et des plasmas à Gif et le Centre lorrain d'optique et d'électronique des solides à Metz.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Dans le but de favoriser les carrières dans la banque, l’assurance, la finance ou le conseil, Supélec a également mis en place des partenariats avec de prestigieuses formations complémentaires : master assurance et gestion des risques avec l’université Paris-Dauphine[10], double diplôme avec l’ESCP Europe[11], dispense d’examen écrit pour intégrer l’Institut d'études politiques de Paris[12].

Pour mettre en place sa politique d’ouverture internationale, Supélec entretient des relations suivies avec les départements d’Electrical Engineering and Computer Science des plus grands établissements de formation et de recherche. Des collaborations bilatérales existent avec une soixantaine d’universités d’Amérique du Nord et d’Amérique latine, d’Asie, d’Australie et d’Europe. Supélec est membre du réseau TIME qui regroupe 37 établissements parmi les plus prestigieux dans la plupart des pays d’Europe. Les collaborations et les échanges entre institutions bénéficient du soutien de l’Union européenne dans le cadre du contrat institutionnel Socrates-Erasmus ou de programmes de coopérations bilatérales.

Entreprises partenaires de Supélec[modifier | modifier le code]

Des entreprises ont établi des liens privilégiés de coopérations avec l'École dans le cadre du PERCI&S (Programme d'Enseignement et de Recherche en Coopération Industrielle). Ces entreprises se retrouvent, de ce fait, dans le Conseil de Coopération Industrielle (CCI) qui propose les orientations en matière d'évolution des programmes et qui suscite et suit les actions permettant d'insérer le mieux possible des diplômés Supélec dans les entreprises.

Ces entreprises sont les suivantes: Accenture, Alcatel-Lucent, Alstom, Altran, Amadeus, Areva, Ateme, Atos, BNP Paribas, Bull, Capgemini, Cegelec, EADS, EMERSON-LEROY SOMER, EDF, EIFFAGE ENERGIE, ERDF, GDF SUEZ, Hewlett-Packard, IBM, LCL, Logica Business Consulting, Mazars, Michelin, Motorola, Murex, Nexans, Orange, PSA Peugeot Citroen, Renault, RTE, Safran, Schlumberger, Schneider Electric, Siemens, Société Générale, SNCF, SPIE, Solucom, STMicroelectronics, Thales, Valeo et Weave.

Échanges à l'étranger et doubles diplômes[modifier | modifier le code]

La composante principale de l’action internationale de Supélec concerne les échanges d’étudiants. Ces échanges intéressent d’une part les élèves français effectuant une partie de leurs études à l’étranger (leur troisième année), d’autre part les étudiants d’origine étrangère venant étudier à l’école. Pour faciliter ces échanges, Supélec a adopté le système de crédits ECTS préconisé par l’Union européenne. Ce système permet de calibrer chaque cours en lui affectant un nombre de crédits correspondant au volume de travail qu’il exige. De plus, il propose un système de notation commun et donc transparent et utilisable par l’ensemble des partenaires.

L’action internationale de Supélec se traduit également par la présence dans les laboratoires et services de l’École d’un nombre important de chercheurs, de professeurs et de doctorants étrangers.

Les élèves français peuvent effectuer un ou plusieurs stages à l’étranger, en entreprise ou dans un laboratoire universitaire, que ce soit le stage d’été en fin de première ou de deuxième année, le travail de fin d’études à l’issue de la dernière année, ou encore un stage long (un an) entre la deuxième et la troisième année. Les élèves entrés en première année ont également la possibilité d’effectuer la troisième année d’études à l’étranger dans près de 90 universités étrangères (dont le MIT, Columbia, Berkeley, Cambridge, Oxford, l’Imperial College et l'University College London à Londres et KTH à Stockholm). Selon l’institution d’accueil ou le choix de l’élève, ce séjour peut conduire à l’obtention d’un double diplôme (diplôme d’ingénieur Supélec et diplôme étranger : master américain, australien, canadien, japonais, singapourien, ou diplôme d’ingénieur en Europe). Dans ce cas la durée de la scolarité est allongée de six à douze mois.

Des accords particuliers entre Supélec et l’établissement messin du Georgia Institute of Technology (Georgia Tech Lorraine) permettent aux élèves effectuant leur troisième année sur le campus de Metz de suivre, en même temps que l’enseignement de Supélec, l’enseignement du master américain et d’obtenir ainsi les deux diplômes dans des conditions privilégiées.

De même, les élèves effectuant leur troisième année sur le campus de Rennes ont la possibilité de s’inscrire au master professionnel « veille stratégique, culture et management japonais » du Centre franco-japonais de management de l’université Rennes I.

Rapprochement avec Centrale Paris[modifier | modifier le code]

L’École centrale Paris et Supélec ont signé un accord cadre en 2005.

Déjà partenaires dans le concours commun Centrale Supélec pour le recrutement des élèves à la sortie des classes préparatoires, les deux institutions appartiennent au réseau Top Industrial Managers for Europe (TIME) qui regroupe les meilleures universités techniques européennes et se rapprochent depuis 2005 : accord tripartie avec l’ESCP Europe, partenariat sur la recherche, mutualisation des options de 3e année.

De plus en décembre 2008, les deux écoles annoncent que leur partenariat devient une alliance stratégique[13]. Le sujet du Groupe Centrale n'est nullement évoqué et donc de facto exclu de l'alliance stratégique.

En 2009, l'École Centrale Paris prend la décision de déménager dans le quartier du Moulon à proximité immédiate de son allié qu'il considère comme étant stratégique. L'agence OMA dirigée par Rem Koolhaas et Clément Blanchet est lauréate du concours d'architecture mixte lancé par l'École Centrale et l'Établissement Public Paris-Saclay. Le concept qu'ils ont inventé s'appelle le "lab city" et devrait être construit d'ici 2017.

Ce rapprochement se concrétise sous plusieurs formes :

  • la fusion prochaine de Centrale et Supélec sous une seule entité, CentraleSupélec, pour la fin 2014.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Associations étudiantes :

  • Campus de Gif : l’Association des élèves de Supélec campus de Gif sur Yvette (AESG) ; (2014: Up'Rize, 2013: Mix'Up 2012 : Switch'On, 2011 : Reflex, 2010 : Dixit, 2009 : Extend, 2008 : Wake'Up, 2007 : Enjoy, 2006 : Shake'It)
  • Campus de Metz : l’Association des élèves de Supélec à Metz (AESM) (2014 : Tsunametz, 2013 : Dynametz, 2012 : Metzquerade, 2011 : Alu'metz) ;
  • Campus de Rennes : le Bureau des élèves du campus de Rennes. (2014 : NeveR'enough, 2013 : Rangers)

Parmi les associations étudiantes présentes dans un des différents campus, on peut notamment signaler :

  • Junior Supélec Stratégie (J2S), junior-entreprise lauréate du Prix d'Excellence 2010 qui récompense la meilleure Junior-Entreprise[18], permet aux étudiants de mettre en pratique leurs connaissances théoriques au service des entreprises ;
  • Le Forum Centrale-Supélec, qui organise chaque année le Forum entreprise de l'école (le Forum 2010 a été le premier organisé conjointement avec Centrale Paris) ;
Article détaillé : Forum Centrale-Supélec.

Il s'agit d'une grande rencontre entre étudiants et entreprise, organisée à chaque fin d'année au Palais des congrès de Paris.*Le Court-Circuit, journal étudiant présent à Paris depuis 1949, puis à Issy et à Gif. Il assure l'information des élèves sur les grands événements de la vie étudiante, notamment l'intégration et la campagne BDE.

  • Supélec Rézo, Supélec Rézo Rennes et Supélec Rézo Metz, qui fournissent une connexion internet aux élèves et gèrent le réseau informatique des résidences des différents campus ;
  • Le Bureau des Sports, qui organise chaque année le Tournoi OmniSport de Supélec (TOSS), plus grand rassemblement sportif étudiant d'Île de France[19], son homologue rennais qui organise le Challenge Armoricain de Supélec (CAS), leur homologue messin qui organise le Tournoi international de futsal de Supélec - campus de Metz (TIFOSS) ;
  • La Sono Supélec qui assure la sonorisation et l'éclairage des différents événements sur les campus de Supélec, mais également d'écoles voisines ;
  • Le BarcoTrip (campus de Gif), Vmix (campus de Rennes) sont des clubs de Vidéo-jockey ;
  • Le Cercle Europe Supélec, qui organise, entre autres, des échanges culturels avec des universités européennes (antenne du réseau BEST) ;
  • Espérance en béton, dont le but principal est de lutter contre la désaffection des sciences dans les banlieues défavorisées. Elle organise chaque année le forum scientifique Bouge la Science en accueillant sur le campus 300 collégiens d'établissement alentour;
  • Africa Unite, dont le but est l'organisation et la participation, chaque année, à une mission humanitaire dans un centre pour jeunes du Burkina-Faso ;
  • Lumières d'Afrique, (campus de Metz) qui a pour but d'éclairer un dispensaire chaque année au Cameroun. L'association dispose des panneaux solaires sur les toits et électrifie les bâtiments chaque été.
  • COMET, l'association de robotique de Metz qui participe chaque année à la coupe de France de robotique (ancienne coupe E=M6) en partenariat avec les Arts et Métiers ParisTech ;
  • cHeer uP! Supélec, une association caritative qui vise à soutenir de jeunes adultes atteints du cancer. Présente sur le campus de Gif depuis 2004, elle est active à l'Institut Gustave-Roussy et organise chaque année la Semaine Contre le Cancer pour les étudiants.
  • Hand'éléc, Association du campus de Rennes qui sensibilise les étudiants aux situations de handicap à l'école et en entreprise.

Parmi les clubs étudiants présents dans un des différents campus, on peut notamment signaler :

  • SMS (Supélec Media System), sur le campus de Gif, est le club chargé de filmer les événements de la vie de l'école (cette fonction est assurée par TPS à Metz et le SPLIT sur le campus de Rennes) ;
  • Le SUMO est le club de robotique du campus de Gif. Il participe chaque année à la coupe de France de robotique (ancienne coupe E=M6).
  • Le BdA (Bureau des Arts) organise des événements artistiques pour les étudiants tels que la semaine du Printemps des Arts. Son équivalent sur le campus de Metz est le Zupelec Kultur, qui organise depuis 2013 un Tremplin musical étudiant aux Trinitaires, la salle messine de référence.
  • Soleils est l'association humanitaire et de solidarité du campus de Rennes.

Enfin, quelques événements étudiants ayant le plus d'importance sont cités ci-dessous :

  • Le Gala de Supélec en octobre, qui rassemble chaque année des milliers d'étudiants sur le campus de Gif ;
  • Le Fest-Noz du campus de Rennes, qui perpétue les traditions bretonnes ;
  • Les campagnes BdE des différents campus, à la manière de toute autre Grande École;
  • La Remise des Diplômes ayant lieu chaque année sur le campus de Gif.
  • La Soirée Prestige, qui a lieu tous les ans dans un lieu illustre de Paris. Cette soirée a également lieu sur les campus de Metz et de Rennes à des dates différées, dans leurs régions respective.

Insertion Professionnelle[modifier | modifier le code]

Supélec, en tant qu'école généraliste, permet d'intégrer la plupart des entreprises françaises et internationales. En détaillant l'embauche des nouveaux diplômés par domaine en 2012 :

  • Industrie automobile, aéronautique, navale, ferroviaire : 15 %
  • Industrie chimique, cosmétique ou pharmaceutique : 1 %
  • Énergie : 26 %
  • BTP-Construction : 2 %
  • Technologie de l'information (service) : 12 %
  • Industrie des technologies de l’information : 16 %
  • Finance-banque-assurance : 7 %
  • Agriculture et industrie agroalimentaire : 1 %
  • Autres : 19 %

En 2011 le salaire moyen de premier emploi était d'environ 44 k€[20] en France, avec un taux d'emploi de 95 %. 55 % des jeunes diplômés ont obtenu leur emploi avant l'obtention du diplôme cette année.

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Entre parenthèses figurent les années de sortie de l’école (numéros des promotions) :

Hommes politiques et hommes de lettres[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Industriels et hommes d’affaires[modifier | modifier le code]

Scientifiques et professeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Chiffres clés 2011
  2. Discours prononcé par monsieur Alain Bravo lors de la passation de pouvoir du 13 octobre 2004
  3. a, b et c « SUPELEC à Malakoff », sur malakoff-patrimoine.fr (consulté le 4 juillet 2013).
  4. Sarkozy à Saclay le 19/01/07, sur le site du ministère de l’Intérieur.
  5. Les voeux de Sarkozy au monde de l’éducation - Politique - Actualités de l'éducation - FRANCE 2 - France 2
  6. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/jean-marc-ayrault-confirme-l-engagement-de-l-etat-pour-le-plateau-de-saclay.html
  7. Arrêté du 16 janvier 2009 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé
  8. Site de la formation par apprentissage de Supélec, http://apprentissagesupelec.free.fr/
  9. Lancement du Réseau Thématique de Recherche avancée (RTRA)
  10. Challenges no 84, 14 juin 2007, p. 76 « http://www.challenges.fr/business/20070614.CHAP1011771/une_flambe_dont_il_faut_profiter.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  11. École Centrale Paris Supelec
  12. proposition de budget 2007 de la FNSP
  13. l’École centrale paris et Supélec annoncent leur alliance stratégique, site internet de Supélec
  14. Forum Centrale-Supélec.
  15. Alliance stratégique entre Centrale Paris et Supélec
  16. http://www.supelec.fr/428_p_14208/juillet-2006.html
  17. http://www.ecp.fr/fr/document/presse/cp_ecp_101109.pdf
  18. (fr) Présentation du Prix d'Excellence de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises
  19. http://www.cge-news.com/main.php?p=106
  20. « Votre avenir professionnel », sur integrer-supelec.fr (consulté le 4 juillet 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]