École polytechnique de Thiès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École polytechnique de Thiès
Logept.png
Histoire et statut
Fondation
1973
Type
Disciplines
Génie civil, Génie électromécanique, Génie aéronautique, Génie informatique et télécoms, Énergies renouvelables
Nom officiel
École polytechnique de Thiès
Régime linguistique
Fondateur
Localisation
Campus
Thiès Nones
Localisation
Pays
Localisation sur la carte du Sénégal
voir sur la carte du Sénégal
Red pog.svg
Divers
Devise
Sagesse & Devoir
Site web

L'École polytechnique de Thiès, connue sous le sigle EPT, est une grande école d'ingénieurs implantée au Sénégal. Créée en 1973 par Léopold Sédar Senghor, Polytechnique Thiès forme des ingénieurs en Afrique de l'Ouest dans les domaines du génie civil, du génie électromécanique (avec une filière aéronautique) et du génie informatique et télécommunications.

Elle est dotée d'une personnalité juridique, d'une autonomie administrative et financière et est directement rattachée au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[1]. Elle est membre de la Conférence internationale des formations d’ingénieurs et techniciens d’expression française (CITEF)[2] et est accréditée par l'ANAQ-SUP[3].

Implantation, infrastructure et équipements[modifier | modifier le code]

L’école est située à Thiès (environ 70 km de Dakar), sur un terrain de plus de 400 hectares. Son campus comporte les locaux d’enseignement, d’exploitation et de gestion, de même que les logements à l’usage du corps enseignant et des élèves-ingénieurs.

Historique[modifier | modifier le code]

L'école polytechnique de Thiès, établissement public à vocation internationale, est sous la tutelle du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le développement de l’École polytechnique de Thiès se résume en 5 épisodes[4] :

Remise de diplômes par le Président de la République SE Abdou Diouf en 1987.
  • En 1994, elle fusionna avec la division industrielle de l’ENSUT et la section technique industrielle de l’ENSETP[5] pour former l’École supérieure polytechnique (ESP) de l’UCAD comprenant le centre de Dakar et celui de Thiès.
  • Depuis 2009, elle est détachée de l’université de Thiès pour devenir autonome sous la tutelle directe du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Missions[modifier | modifier le code]

Le décret de création de l’EPT assigne à celle-ci quatre missions fondamentales[réf. nécessaire] :

  • Former tant sur le plan théorique que pratique des Ingénieurs de conception (DIC);
  • assurer des formations et mener des activités de recherches en vue de préparer directement aux fonctions d’encadrement dans :
    • La production des biens et des services ;
    • La recherche ;
  • organiser des enseignements et des activités de recherches visant au perfectionnement permanent, à l’adaptation et à la participation à l’évolution scientifique et technologique ;
  • mener des activités d’expertises pour des organisations publiques et privées.

Chiffres (en 2014)[modifier | modifier le code]

L'école accueille en 2014[réf. nécessaire] 1225 ingénieurs, dont 625 en génie civil, 585 en génie électromécanique et 15 en informatique et télécommunications. Elle forme également 467 techniciens supérieurs (ESP), dont 418 en génie civil et 49 en génie électromécanique. Quinze nationalités sont représentées parmi les élèves.

Organisation des études[modifier | modifier le code]

La durée des études est de cinq ans, dont deux ans pour le tronc commun et trois ans de spécialisation. En plus de la formation scientifique et technique, plusieurs cours sont dispensés : finance, technique d’expression, gestion des projets, économie, gestion, administration des entreprises, etc. Sur le plan de la formation, l’EPT comporte trois départements :

Élèves de l’École lors des différents événements scientifiques du pays

Département Tronc commun[modifier | modifier le code]

Département Génie civil[modifier | modifier le code]

  • Secteurs d’activités des Ingénieurs Génie Civil:

Pilotage et coordination de projet ( Bureaux d'études, Bureaux de contrôle, OPC..); Industries et entreprises du bâtiment ; Entreprises de réalisation d'infrastructures (Routes, autoroutes, VRD, ligne ferroviaire, plateforme ferroviaire,..); Entreprises spécialisées en travaux hydrauliques et portuaires (barrages, ponts, ports, assainissements, aménagement hydro-agricoles, etc.), Conseil et Management, Assurances, Property management, Finance de la construction (banque d'investissement, asset management...), Organismes de Développement (PNUD, Banque Mondiale, Banque africaine de développement..), Corps de contrôle de l’État (ministères, directions, inspections...).

Département Génie électromécanique[modifier | modifier le code]

Première promotion d'ingénieurs en aéronautique entièrement formés au Sénégal (2018).

Mécanique générale, Mécanique des fluides, Résistance des Matériaux, Froid et Climatisation, Automatisme, Électrotechnique, Automatique, Thermodynamique, Éléments de machines, Installation Électrique, Électronique de Puissance, Gestion des Projets, Gestion de la Production, Maintenance, Assurances, etc.

  • Secteurs d’activités des Ingénieurs Électromécaniciens :

Manufactures, Bâtiments, Industrie chimique ; Cabinets d'études et de conseils ; Sociétés du tertiaire ; Industrie automobile, Aéronautique ; Plasturgie et sidérurgie ; Conception des systèmes mécaniques et gestion des unités de production industrielle.

Département Génie informatique et télécommunication (GIT)[modifier | modifier le code]

Le département Génie informatique et télécommunication est ouvert depuis 2012. Il forme des élèves ingénieurs qui obtiendront à l'issue de leur formation un diplôme en génie informatique et télécommunication.

  • Secteurs d’activités des Ingénieurs GIT :

Génie logiciel, Digital Marketing, Télécommunications, Data Science, Gestion et Maintenance de réseaux informatiques, Cryptographie, Finance, Conseils et Formation TIC, Direction des Systèmes d'informations...

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Maimouna Ndoye Séck, Première femme diplômée de l’École en 1987.

Étant le bras technique de l'Etat sénégalais, l'EPT a toujours participé à la formation des hauts technocrates du pays.[réf. nécessaire]

  • Maïmouna Ndoye Seck (EPT 87), mathématicienne, ministre sénégalaise des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires (2017-2019), ministre du Tourisme et des Transports aériens (2015-2017), ministre de l'Énergie et du Développement des énergies renouvelables (2013-2015) ;
  • Aly Ngouille Ndiaye (EPT 88), ministre de l'intérieur (depuis 2017), ministre de l’énergie, des Mines et de l'industrie (2013-2017) ;
  • Youssouf Sakho (EPT 82), ministre de l'équipement et du transport (2001-2002) ;
  • Abdou Ndéné Sall (EPT 86), ministre chargé du réseau ferroviaire (2014-2019) ;
  • Seydou Sy Sall (EPT 84), ministre de l'urbanisme et de l'Habitat (2001-2005).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation- MESRI (http://www.mesr.gouv.sn), « Cérémonie du 40ème anniversaire de l’Amicale des diplômés de l’École Polytechnique de Thiès », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, (consulté le 13 mai 2019)
  2. « Ecole Polytechnique de Thiès », sur AUF (consulté le 6 juin 2019)
  3. « Programmes des établissements publics accrédités | ANAQ-SUP », sur anaqsup.sn (consulté le 6 juin 2019)
  4. « Ecole Polytechnique de Thies », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 13 mai 2019)
  5. « Accueil », sur ensetp.ucad.sn (consulté le 30 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]