École française Mlf de Thessalonique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

École française Mlf de Thessalonique
Image illustrative de l’article École française Mlf de Thessalonique
Devise Deux cultures, trois langues
Δύο πολιτισμοί, τρεις γλώσσες
Généralités
Création 1906
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Coordonnées 40° 37′ 16″ nord, 22° 57′ 25″ est
Adresse Leoforos Stratou 2A
54640 Thessalonique
Site internet efth.gr
Cadre éducatif
Réseau Mission laïque française
(depuis 1906)
Type Établissement géré en pleine responsabilité administrative, pédagogique et financière par la Mlf[1]
Directeur Philippe Marsé[2]
Population scolaire 125 (en 2017)
Niveau De la toute petite section de maternelle à la terminale (Cned de la sixième à la terminale)
Niveaux homologués : primaire
Formation Diplôme national du brevet, Baccalauréat (séries ES, L et S)
Certifications en langues : français (DELF, DALF)
Langues étudiées grec moderne, anglais, allemand, italien, espagnol, latin, grec ancien
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Point carte.svg

Créé en 1906, l'École française Mlf de Thessalonique (en grec : Γαλλικό Σχολείο Θεσσαλονίκης) est un établissement d'enseignement français à l'étranger situé à Thessalonique en Grèce et faisant partie du réseau mlfmonde de la Mission laïque française (Mlf) dont il est historiquement le plus ancien établissement[3],[4],[5].

Présentation[modifier | modifier le code]

L'École française de Thessalonique propose un enseignement laïque, plurilingue et interculturel[6],[7] aux 125 élèves qui composent son effectif, de la toute petite section de la maternelle à la terminale (cours du Cned de la sixième à la terminale, niveaux homologués par l'AEFE : primaire[8]). Elle prépare au diplôme national du brevet, au baccalauréat (séries : L, ES et S) et à la certification en français (DELF, DALF), et dispense les langues suivantes : grec moderne, anglais, allemand, italien, espagnol, latin, et grec ancien[3]. La proximité de l'Institut français permet aux élèves de bénéficier d'activités d'éveil artistique telles que les arts plastiques, le théâtre ou les ateliers d'écriture.

L'École française en 1912, appelée alors le Lycée français de Salonique[4].

Anciens élèves et enseignants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Christophe Deberre (directeur de publication), Michel Bur (directeur de la rédaction), Aude Buclon (coordination) et Alexis Oukkal (conception et réalisation graphiques), Annuaire des établissements du réseau de la Mission laïque française OSUI 2017-2018, Mission laïque française, , 164 p. (ISSN 2260-8605, lire en ligne [PDF]), p. 10.
  2. Philippe Marsé, « Présentation de l'École française de Thessalonique », sur YouTube, École française de Thessalonique, (consulté le 8 mai 2018).
  3. a et b Jean-Christophe Deberre (directeur de publication), Michel Bur (directeur de la rédaction), Aude Buclon (coordination) et Alexis Oukkal (conception et réalisation graphiques), Annuaire des établissements du réseau de la Mission laïque française OSUI 2017-2018, Mission laïque française, , 164 p. (ISSN 2260-8605, lire en ligne [PDF]), p. 115.
  4. a et b André Thévenin, La Mission laïque française à travers son histoire : 1902-2002, Paris, Mission laïque française, , 240 p. (lire en ligne [PDF]), Les grands lycées d'Orient (1906-1914), « Le lycée pionnier : Salonique », p. 81-86.
  5. Lampros Flitouris, « La Mission laïque de Salonique : berceau et vecteur de la francophonie en Europe du sud-est de 1906 à la fin des années 1940 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 54,‎ , p. 97-115 (ISSN 2221-4038, lire en ligne).
  6. Aurélie Lemaître, « Mission laïque française : La laïcité comme pédagogie », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  7. « Charte de l'association » [PDF], sur Mission laïque française, (consulté le 7 mai 2018).
  8. Florence Noiville, « Francophonie grecque », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. Fabienne Darge, « Dimitris Dimitriadis en majesté à l'Odéon », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Stéphane Baillargeon, « Hommage à Jean-Pierre Ronfard - Une carrière touffue », Le Devoir,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]