HEC Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
HEC Montréal
Image illustrative de l'article HEC Montréal
Nom original École des hautes études commerciales (HEC)
Informations
Fondation 1907
Fondateur Chambre de commerce de Montréal
Type École de commerce
Régime linguistique Français, anglais et espagnol
Budget 127 millions $
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 13″ N 73° 37′ 17″ O / 45.503530555556, -73.62143611111145° 30′ 13″ Nord 73° 37′ 17″ Ouest / 45.503530555556, -73.621436111111
Ville Montréal, arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce
Pays Drapeau du Canada Canada
Région Montréal
Direction
Directeur Michel Patry
Recteur Guy Breton (UdeM)
Chiffres clés
Enseignants Plus de 260 professeurs
Étudiants 13 046[1]
Premier cycle 9 824
Deuxième cycle 3 403
Troisième cycle 134
Niveau 1er, 2e et 3e cycles
Divers
Affiliation Université de Montréal
Site web http://www.hec.ca

HEC Montréal (précédemment École des hautes études commerciales de Montréal) est un établissement universitaire québécois situé à Montréal (Canada), dans l'arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce.

Fondée en 1907, elle est la plus ancienne des écoles de commerce et d'administration au Canada et se classe parmi les plus importantes et meilleures écoles de gestion en Amérique du Nord. La langue d'enseignement est le français, mais certains cours et programmes sont aussi offerts en anglais et en espagnol. L'École a décerné 3 994 diplômes en 2012, dont 2 789 de premier cycle, 1192 de second cycle et 13 de troisième cycle.

HEC Montréal est la première école de gestion nord-américaine à avoir obtenu les trois accréditations internationales AACSB (États-Unis), AMBA (Royaume-Uni) et EQUIS (Europe). Outre ceci, HEC Montréal est membre de la Conférence des grandes écoles et de l'Institut indo-canadien Shastri.

Histoire[modifier | modifier le code]

Auguste-Joseph de Bray, 1er directeur

L'École des hautes études commerciales de Montréal a été fondée le , sous le nom d'École des hautes études commerciales. Bâtie sur le modèle des grandes écoles à la française, l'École est autonome et n'a aucun lien avec une université. C'est une première au Canada et en Amérique du Nord : et d'ailleurs l'Église, qui contrôle les universités, s'oppose fortement à ce projet. Elle découragera ses étudiants des séminaires et des collèges classiques de se rendre à HEC[2].

Malgré les difficultés de financement et l'opposition de l'Église, l'École voit le jour sous la présidence d'Isaïe Préfontaine, avec pour premier directeur Auguste-Joseph de Bray, un jeune professeur belge de 33 ans.

Aujourd'hui, l'École est jalonnée de contributions concrètes au développement de l'économie du pays et à celui de l'enseignement de la gestion.

Le Square Viger : 1907-1970[modifier | modifier le code]

Le plus ancien bâtiment des Hautes Études Commerciales : le Square Viger

Le premier bâtiment de l'École sera le « Square Viger[3] », au coin des rues de la Gauchetière et Saint-Hubert, dans le Vieux-Montréal. Sa construction débute le  : sa première pierre est posée par le premier ministre Lomer Gouin. Le pavillon accueille ses premiers étudiants en 1910.

Ces derniers sont au programme de « licence en sciences commerciales et maritimes » et sont au nombre de 32. Le directeur veut avoir un enseignement moderne, c'est pourquoi il introduit un « bureau commercial », sorte d'ancêtre de la méthode des cas, où sont simulées des opérations bancaires et commerciales. Il envisage même d'avoir recours au cinéma[4].

En 1916, Auguste-Joseph de Bray démissionne, à cause de son opposition perpétuelle avec Isaïe Préfontaine. Henry Laureys lui succède et s'opposera également au président, qui finira par ne pas renouveler son mandat en 1919.

Henry Laureys crée les cours du soir de l'École des hautes études commerciales de Montréal, pour faire augmenter le nombre d'inscrits à l'École en fournissant une formation continue à des adultes. Ce sont les premiers cours du soir proposés au Canada.

De 1926 à 1957, l'École perd temporairement son indépendance financière, étant mise sous la tutelle de la corporation des écoles techniques et professionnelles, mise en place par le gouvernement du Québec. Cette corporation regroupe l'École des hautes études commerciales de Montréal, les écoles techniques, les écoles des beaux-arts et les écoles d'arts et métiers.

Le campus Decelles : de 1970 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'édifice Decelles

En 1970, Robert Bourassa inaugure l'édifice Decelles de l'École des hautes études commerciales de Montréal, « l'École sur la montagne ». Les étudiants utiliseront toutefois l'expression « bunker » pour le désigner. En effet, sa forme, de même que l'utilisation (certains diront excessive) du béton pour la façade extérieure et l'absence de fenêtres ont rapidement imposé cette expression dans le vocabulaire des étudiants. Le nouveau pavillon est au pied du campus de l'Université de Montréal.

En 1972, Paul Dell'Aniello (HEC 1955) devient directeur de l'École. L'année de son arrivée, le programme de B.A.A., classes du soir est créé. Roger Charbonneau reprend temporairement le poste à son départ en 1974, suivi de Pierre Laurin en 1975 (HEC 1963).

C'est finalement en 1976 que le programme de Ph. D. est proposé, en collaboration avec les universités McGill, Concordia et l'UQAM. Le programme de M. Sc. (maîtrise ès sciences en gestion) est créé la même année. Cette évolution est perçue comme majeure pour les étudiants et les professeurs de l'École des hautes études commerciales de Montréal, car l'École commence véritablement à enseigner au niveau des 2e et 3e cycles et ne se contente plus de la formation initiale au baccalauréat et au certificat[5].

Sous la présidence de Pierre Harvey, arrivé en 1982 (HEC 1948), on fête les 75 ans de l'École en la présence de René Lévesque. Le 7e étage du bâtiment Decelles est inauguré à cette occasion. Il est remplacé en 1987 par Jean Guertin (HEC 1965) qui crée le programme de D.E.S.S. (diplôme d'études supérieures spécialisées) : un programme court d'un an qui vise à apporter une compétence supplémentaire et plus pointue à un élève disposant déjà d'un baccalauréat.

En 1988, les Jeux du commerce sont créés. Il s'agit d'une compétition interuniversitaire dans laquelle les étudiants venant de tout le Canada concourent dans les domaines sportif et scolaire.

C'est en 1992 que le projet de nouveau campus est lancé : celui-ci sera terminé juste après l'arrivée de Jean-Marie Toulouse en tant que directeur, en 1995.

L'édifice est rouvert depuis 2012 après une rénovation majeure de l'intérieur et de la façade extérieure du bâtiment.

Le campus du chemin de la Côte-Sainte-Catherine : de 1996 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le nouveau pavillon de l'École des hautes études commerciales sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine

Le nouveau campus de l'École des hautes études commerciales de Montréal, situé sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, a été inauguré en 1996 par le premier ministre Lucien Bouchard. Ce nouveau pavillon remportera en 2000 un prix d'excellence en architecture dans la catégorie « Architecture institutionnelle ». De plus, 44 salles de l'École reçoivent le nom d'un commanditaire (particulier ou entreprise) pour le financement du nouveau bâtiment. L'École devient aussi membre associée de la Conférence des grandes écoles (CGE) en France la même année.

La salle des marchés de l'École est inaugurée en 1997 : celle-ci est conçue pour pouvoir être utilisée comme salle « de secours » au cas où la Bourse de Montréal aurait un problème technique majeur. C'est un don de Lévesque Beaubien Geoffrion à l'École qui a permis une telle salle. Maintenant connue sous le nom de la Salle des marchés FBN, la Financière Banque Nationale ayant acquis Lévesque Beaubien Geoffrion, elle est rénovée en 2007 afin de rester à l'avant-garde technologique.

Ce nouveau campus est accompagné de la création du programme de MBA intensif (traduction française de full time MBA) et est suivi en 1997 du programme Virtuose, qui vise à utiliser au maximum les technologies de l'information dans l'éducation. Ce programme commence en 1997 au MBA, puis en 1998 au B.A.A. Le pavillon est entièrement équipé de prises réseau Ethernet pour que chaque personne ait accès à Internet et à l'intranet de l'École.

En 2006, Michel Patry devient le 10e directeur de l'École des hautes études commerciales, devenue HEC Montréal en 2002.

Changement de nom : d'École des hautes études commerciales à HEC Montréal[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de l'École à l'automne

En 2002, la direction a décidé d'officialiser le nom « HEC Montréal », déjà largement utilisé, dans le but de différencier l'École des autres établissements comme HEC Paris (maintenant à Jouy-en-Josas en banlieue parisienne) ou HEC Lausanne, et ainsi développer la visibilité internationale de l'École.

Liste des directeurs de HEC Montréal[modifier | modifier le code]

Années de service Directeur
1er 1907-1916 Auguste-Joseph de Bray
2e 1916-1938 Henry Laureys
3e 1938-1962 Esdras Minville
4e 1962-1972 Roger Charbonneau
5e 1972-1974 Paul Dell'Aniello
1974-1975 Roger Charbonneau (2e fois directeur)
6e 1975-1982 Pierre Laurin
7e 1982-1987 Pierre Harvey
8e 1987-1995 Jean Guertin
9e 1995-2006 Jean-Marie Toulouse
10e 2006-actif Michel Patry

Programmes et formations[modifier | modifier le code]

HEC Montréal offre des programmes de premier, deuxième et troisième cycles, de même que des formations pour les dirigeants ainsi qu'une plateforme de cours en ligne.

Premier cycle[modifier | modifier le code]

Certificats[modifier | modifier le code]

Le certificat est un programme de perfectionnement d'une durée minimale d'un an pour les étudiants inscrits à temps plein. Le certificat est un diplôme dans un domaine spécialisé de la gestion exigeant 30 crédits universitaires nord-américains de premier cycle. HEC Montréal offre plus de 25 certificats.

Il est possible d'obtenir un baccalauréat par cumul de certificats en respectant certaines conditions spécifiques[6].

Baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.)[modifier | modifier le code]

Le B.A.A. est un diplôme sanctionnant 90 crédits universitaires nord-américains de premier cycle. C'est un diplôme généraliste, auquel s'ajoute une spécialisation lors de la 3e année.

Le programme est accessible aux étudiants ayant déjà complété 13 années de scolarité (notamment les étudiants détenant un DEC québécois et les bacheliers français d'une série S ou ES spécialité mathématiques ayant réussi une année préparatoire à HEC Montréal, une année de classe préparatoire scientifique ou commerciale ou une année universitaire)[7].

Lors de la 3e année, le B.A.A. peut être spécialisé dans les domaines suivants :

Les étudiants du programme peuvent combiner deux spécialisations (option mixte) ou ne pas choisir de spécialité pour mener à bien un projet précis (option personnalisée).

Trois cheminements : en français, bilingue, trilingue

Les étudiants peuvent choisir entre trois profils différents : le programme régulier (majoritairement en français, avec des cours optionnels disponibles en anglais), le programme bilingue (avec plusieurs des cours de base en anglais, et des cours optionnels disponibles en français ou en anglais) et le programme trilingue (avec les cours de base en anglais, français et espagnol, et l'obligation de faire un échange à l'étranger ou un Campus international).

L'année préparatoire peut désormais être faite seulement en français, et des cours intensifs d'espagnol sont également proposés.

Programme d'échanges

Le programme d'échanges de HEC Montréal compte parmi les plus vastes au Canada, avec plus d'une centaine de partenaires dans plus de 35 pays. Parmi les universités partenaires, on retrouve des écoles comme WHU-Otto Beisheim et Mannheim en Allemagne, 3 universités à Buenos Aires et 12 en Australie, 2 au Chili, 4 en Chine (dont la très connue Tsinghua University), ESADE, Universidad de Navarra et 6 autres écoles en Espagne, ESCP, Sciences Po, EMLYON, EDHEC et 6 autres écoles en France, 4 écoles à Hong Kong, 2 en Italie dont Bocconi, 5 aux Pays-Bas dont RSM Erasmus et Tilburg, 8 au Royaume-Uni dont Warwick, 3 écoles à Singapour dont la NUS, une dizaine dans les pays Scandinaves, 3 écoles en Suisse (dont l'Universität St. Gallen) et des écoles au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, à Taïwan et dans plusieurs pays européens et d'Amérique du Sud.

Deuxième cycle[modifier | modifier le code]

Maîtrises

Maîtrise ès sciences en gestion (M. Sc.)[modifier | modifier le code]

La M. Sc. est un diplôme de second cycle. Le programme permettant d'obtenir la M. Sc. est d’une durée de 2 ans. Les étudiants sont inscrits au programme de la M. Sc. à temps plein et de jour seulement. Le programme de M. Sc. exige 45 crédits universitaires nord-américains. En comparaison avec les masters du système éducatif européen, la M. Sc. de l'école tend à être plus orientée vers la recherche et la compréhension approfondie de la théorie. Le programme permet d'obtenir une expertise de pointe dans une spécialité de la gestion. La grande majorité des diplômés du programme travaille pour des entreprises privées, publiques ou parapubliques dans des postes d'analystes et de consultants. Une minorité poursuit des études de troisième cycle. Le programme menant à la M. Sc. est accessible aux étudiants disposant déjà d'un diplôme attestant un premier cycle complet (baccalauréat québécois, Master 2/Bac +5 pour les candidats français; exceptionnellement un étudiant ayant complété un Master 1/Bac +4 peut être admis, bachelor anglais ou américain) dans un domaine de la gestion ou l'équivalent (droit, psychologie, économie, ingénierie, actuariat, etc.).

Le programme permettant d'obtenir la M. Sc. offre les spécialisations suivantes :

  • Affaires internationales (également offerte en anglais)
  • Analytique d'affaires
  • Comptabilité professionnelle
  • Contrôle de gestion
  • Développement organisationnel
  • Économie appliquée
  • Économie financière appliquée
  • Finance
  • Gestion des opérations
  • Gestion des ressources humaines
  • Gestions en contexte d'innovations sociales
  • Ingénierie financière
  • Intelligence d'affaires
  • Logistique internationale (également offerte en anglais)
  • Management
  • Marketing
  • Stratégie
  • Technologies de l'information

Maîtrises professionnelles[modifier | modifier le code]

Les maîtrises professionnelles sont des programmes menant à un diplôme de 2e cycle universitaire, offrant une formation spécialisée en gestion axée sur un secteur d’activité, une thématique ou une profession.

Les maîtrises professionnelles offertes à HEC Montréal sont les suivantes :

  • Maîtrise en droit, option fiscalité (LL. M.)
  • Maîtrise en management (M.M.) des entreprises culturelles
  • Maîtrise en management (M.M.) et développement durable
  • Maîtrise ès sciences (M. Sc.) en commerce électronique

Maîtrise internationale[modifier | modifier le code]

La maîtrise internationale en management des arts est offerte par HEC Montréal et le Département de gestion des arts et d’entrepreneuriat culturel de la Southern Methodist University, en collaboration avec la SDA Bocconi School of Management. Elle inclut une session de quatre mois sur les campus de chacune des trois institutions partenaires soit Dallas, Montréal et Milan.

Diplômes d'études supérieures spécialisées (D.E.S.S.)[modifier | modifier le code]

Le D.E.S.S. est un diplôme professionnel de second cycle. Les programmes permettant d'obtenir le D.E.S.S. ont d’une durée minimale d’un an pour les étudiants inscrits à temps plein et d’une durée maximale de quatre ans pour les étudiants inscrits à temps partiel. Les programmes menant au D.E.S.S. exigent 30 crédits universitaires nord-américains. Les programmes menant au D.E.S.S. sont accessibles aux élèves disposant déjà d'un diplôme attestant un premier cycle complet (baccalauréat québécois, licence française, bachelor anglais ou américain). Chaque programme menant au D.E.S.S. a sa propre structure de cours et ses propres critères d'admission.

Les programmes de D.E.S.S. offerts à HEC Montréal sont les suivants :

  • D.E.S.S. en affaires électroniques
  • D.E.S.S. en communication marketing
  • D.E.S.S. en comptabilité professionnelle – CPA
  • D.E.S.S. en fiscalité
  • D.E.S.S. en gestion
  • D.E.S.S. en gestion de la chaîne logistique
  • D.E.S.S. en gestion des ressources humaines
  • D.E.S.S. en gestion d'organismes culturels
  • D.E.S.S. en gestion et développement durable
  • D.E.S.S. en professions financières

Microprogrammes[modifier | modifier le code]

Les microprogrammes sont des formations courtes de 2e cycle, qui privilégient les apprentissages pratiques et le développement des compétences spécifiques d'une profession ou d'un secteur d'activité. Les microprogrammes comportent 15 crédits et donnent lieu à une attestation d’études.

Les microprogrammes offerts à HEC Montréal sont les suivants :

  • Microprogramme en amélioration de la performance des processus du système de santé et des services sociaux
  • Microprogramme en analytique d'affaires – Énergie
  • Microprogramme en expérience utilisateur dans un contexte d'affaires
  • Microprogramme en exploitation de données en intelligence d'affaires
  • Microprogramme en gestion – Entrepreneuriat
  • Microprogramme en gestion – Introduction
  • Microprogramme en gestion – Avancé
  • Microprogramme en gestion de la chaîne logistique
  • Microprogramme en gestion des arts et de la culture
  • Microprogramme en gestion des ressources humaines
  • Microprogramme en gestion et développement durable
  • Microprogramme en internationalisation des affaires

Programme de formation professionnelle[modifier | modifier le code]

Le programme de formation professionnelle (PFP) de CPA Canada est offert par l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (CPA), en partenariat avec HEC Montréal et la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval (FSA ULaval). Ce programme de niveau deuxième cycle universitaire d’une durée de 16 à 24 mois permet d’acquérir la formation nécessaire pour se présenter à l’examen final commun (EFC), soit l’examen professionnel CPA, en poursuivant des études à temps partiel tout en occupant un emploi.

Troisième cycle[modifier | modifier le code]

Doctorat (Ph. D.)[modifier | modifier le code]

Le programme de doctorat (Ph. D.) en administration est bilingue (français et anglais) et est offert conjointement par HEC Montréal et les universités Concordia, McGill et du Québec à Montréal. Il comporte 10 spécialisations : affaires internationales; économie appliquée; finance; gestion des opérations et de la logistique; gestion des ressources humaines; management; marketing; méthodes quantitatives de gestion; sciences comptables; technologies de l'information.

École des dirigeants[modifier | modifier le code]

L’offre de formation de l’École des dirigeants HEC Montréal s’articule autour de cinq types de programmes :

  • des programmes diplômants (MBA, EMBA McGill-HEC Montréal, MBA-ITC);
  • des programmes qualifiants (L’essentiel d’un MBA, Série Parcours Experts);
  • des programmes de formations courtes sur un panel thématique diversifié;
  • des programmes de formation sur mesure;
  • des conférences sur mesure et de l’accompagnement.

MBA[modifier | modifier le code]

Le programme de MBA de HEC Montréal est offert en français et en anglais. Il est possible de le suivre à temps plein ou à temps partiel. Il accueille actuellement environ 175 étudiants à temps plein, dont 50 % proviennent de l’étranger, et 250 étudiants à temps partiel.

EMBA[modifier | modifier le code]

Le programme d'EMBA (Executive MBA) de HEC Montréal est offert en collaboration avec l'Université McGill (EMBA McGill-HEC Montréal). Les participants peuvent achever le programme en 15 mois tout en poursuivant leurs activités professionnelles.

MBA-ITC[modifier | modifier le code]

Offert en collaboration avec Polytechnique Montréal, le MBA-ITC (innovation technologique et commercialisation) est réservé aux ingénieurs.

Plateforme de cours en ligne[modifier | modifier le code]

EDUlib est une plateforme de cours en ligne gratuits et ouverts à tous, portée par HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l’Université de Montréal. Elle permet à tous les publics d’accéder à des cours variés et de qualité où qu’ils soient dans le monde. Tous les cours présentés sur EDUlib sont conçus et animés par des professeurs des trois établissements et leurs partenaires universitaires internationaux.

Agréments, classements et distinctions[modifier | modifier le code]

Agréments[modifier | modifier le code]

  • HEC Montréal a été la première école de gestion en Amérique du Nord à détenir les trois agréments les plus prestigieux du monde de l'enseignement de la gestion : AMBA, de l'Association of MBAs (Royaume-Uni), AACSB International, de l'Association to Advance Collegiate Schools of Business, et EQUIS, de l'European Foundation for Management Development. Moins de 70 écoles de gestion dans le monde (sur plus de 13 000), dont uniquement deux au Canada, possèdent la triple accréditation.

Classements[modifier | modifier le code]

  • À la 47e position du classement mondial d’employabilité 2014 (Global Employability Ranking[8]) réalisé par les firmes de consultation Emerging (France) et Trendence (Allemagne). Seules trois autres universités canadiennes apparaissent dans le top 50 de ce palmarès qui a été dévoilé dans l’édition du 8 décembre 2014 de l’International New York Times.
  • MBA
    • Dans les 100 meilleurs programmes au monde de l’édition 2014 du guide Which MBA?[9] du réputé hebdomadaire The Economist.
    • Dans le guide The Best 296 Business Schools: 2015 Edition[10] compilé par The Princeton Review.
    • Au 31e rang du classement mondial 2015 des meilleures écoles de gestion hors Amérique latine qui offrent un programme de MBA[11], selon le magazine AméricaEconomía, et le seul établissement universitaire au Canada à en faire partie.
    • Parmi les meilleurs au monde du classement 2015 de la prestigieuse revue mexicaine Expansión[12].
    • Au palmarès biennal 2013 des meilleurs MBA hors États-Unis d'une durée d'un an du magazine Forbes[13].
    • Dans les 50 meilleurs programmes hors États-Unis du classement réalisé par Poets & Quants en 2014[14], pour une cinquième année consécutive.
    • Au 2e rang des meilleurs programmes au pays de la revue Canadian Business en 2014[15].
  • EMBA

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

  • Depuis la création des Jeux du commerce, les étudiants de HEC Montréal ont remporté 11 fois la première place, 4 fois la deuxième place et 4 fois la troisième place.
  • Ils se démarquent aussi lors de nombreuses compétitions interuniversitaires internationales, dans tous les domaines de la gestion.

Milieu associatif[modifier | modifier le code]

L'École abrite de nombreuses associations étudiantes. Les principales quant au nombre de personnes sont l'AEHEC, qui représente les étudiants au baccalauréat en administration des affaires, l'AECS, les étudiants aux cycles supérieurs, ainsi que la SRA (Société de relations d'affaires), qui organise des conférences et des rencontres avec des professionnels de différents domaines.

Les domaines couverts par les associations sont assez nombreux. Ces regroupements ont pour la plupart le but de faire découvrir un domaine particulier aux étudiants de l'École.

Associations étudiantes et groupes d'intérêt de HEC Montréal[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • AECS : Association des étudiants aux cycles supérieurs[17]
  • AEHEC : Association des étudiants de HEC Montréal
  • AEMBA : Association des étudiants du MBA
  • AEPC : Association des étudiants aux programmes de certificat

Comités de l'AEHEC[modifier | modifier le code]

  • Association marketing
  • Association radio vidéo
  • Association technologies de l'information
  • Comité année préparatoire
  • Comité compétitions HEC Montréal (Jeux du commerce, Happening Marketing, Omnium financier...)
  • Comité finance
  • Comité GOL (gestion des opérations et de la logistique)
  • Comité GRH (gestion des ressources humaines)
  • Comité HEConomie
  • Comité promotion
  • Comité sports et loisirs
  • JET (jeunesse entrepreneuriale)
  • Journal L'Intérêt
  • VIDA (aventure, plein air)

Comités de l'AECS[modifier | modifier le code]

  • Comité bal
  • Comité commerce électronique
  • Comité culturel
  • Comité développement durable
  • Comité Ludos (industrie du jeu vidéo et de l'interactivité)
  • Comité microfinance
  • Comité sports
  • Créateurs de valeurs (événements liés à l'innovation)
  • Fonds Aleph
  • International Graduate Competition (compétition interuniversitaire internationale, unique à la maîtrise)
  • ImmoHEC (immobilier)
  • Ordre des tabliers (art culinaire)
  • TEDxHECMontréal (conférences basées sur le partage d'idées novatrices)

Groupes d'intérêt[modifier | modifier le code]

  • ABC (Action bénévole communautaire)
  • AIESEC (Association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales)
  • CCM (Club de consultation en management)
  • Challenges européens (Trophy 4L et Course Croisière EDHEC)
  • Comité CPA (comptables professionnels agréés)
  • Expression (arts et culture)
  • Fonds de placement étudiant HEC Montréal
  • Forum des affaires mondiales[18]
  • Groupe AIDAe (aide aux initiatives et au développement d'activités étudiantes)
  • HEChange (accueil des étudiants en échange)
  • HumaniTERRE (commerce équitable, environnement et conscience sociale en affaires)
  • SRA (Société de relations d'affaires)

Diplômés notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site HEC Montréal. Faits et chiffres :HEC Montréal
  2. Site HEC Montréal. Histoire d'HEC Montréal : origines de l'École
  3. Il est aujourd'hui appelé édifice Gilles-Hocquart
  4. Site HEC Montréal. Histoire d'HEC Montréal : l'École de 1907 à 1970
  5. Site HEC Montréal. Histoire d'HEC Montréal : 3e partie
  6. Site HEC Montréal. Conditions de délivrance d'un baccalauréat par cumul de certificats
  7. Site HEC Montréal. Directives pour l'admission au B.A.A.
  8. « Emerging Employability University Ranking », sur emerging.fr (consulté le 28 août 2015)
  9. « 2014 MBA & Business School Rankings | Which MBA? », sur The Economist (consulté le 28 août 2015)
  10. « Business School Search | The Princeton Review », sur www.princetonreview.com (consulté le 28 août 2015)
  11. « MBA GLOBAL 2015 | Ranking MBA 2015 », sur rankings.americaeconomia.com (consulté le 28 août 2015)
  12. « http://www.cnnexpansion.com/tablas/2015/03/02/los-mejores-mba-globales-2015 », sur www.cnnexpansion.com (consulté le 28 août 2015)
  13. « IMD, Insead and SDA Bocconi provide the best return on investment for graduates of their MBA programs. » (consulté le 28 août 2015)
  14. John A. ByrnePoets et QuantsAuthor on December 1, « Poets&Quants' 2014 Best International Business School Ranking - Page 3 of 4 », sur Poets and Quants (consulté le 28 août 2015)
  15. « Canada’s Best MBA Programs: The Top 10 MBA Schools » (consulté le 28 août 2015)
  16. « Executive MBA ranking », sur The Economist (consulté le 28 août 2015)
  17. Site HEC Montréal. http://www.aecshec.org/
  18. « FAM - Accueil » (consulté le 11 novembre 2014)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]