École centrale des arts et métiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École centrale et Arts et métiers.
ECAM Bruxelles
Façade de l'ECAM.JPG
Histoire et statut
Fondation
1898
Type
Nom officiel
École Centrale des Arts et Métiers
Régime linguistique
Directeur
Xavier Van den Dooren
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
900[1]
Enseignants
70[1]
Divers
Membre de

Haute École Léonard de Vinci
Groupe ECAM

Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs
Site web

L’École centrale des arts et métiers ou ECAM Bruxelles, située à Bruxelles, est une institution d'enseignement supérieur et de recherche appliquée formant des ingénieurs depuis 1898.

En association avec les écoles d'ingénieurs ECAM LYON, ECAM Rennes - Louis de Broglie, l'ECAM-EPMI et l'ECAM Strasbourg-Europe, elle fait partie du groupe ECAM.

ECAM Bruxelles est également membre de la CDEFI.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'ECAM a pour objet la formation d'ingénieurs industriels dans une des spécialités suivantes : automatisation, construction, électromécanique, électronique, géomètre, informatique. ECAM Bruxelles organise également un master en alternance de Business Analyst, en collaboration avec l'ICHEC. Ce master n'offre toutefois pas le titre d'ingénieur aux diplômés.

ECAM Brussels Engineering School.

L'ECAM fait partie de la Haute École Léonard de Vinci[2], laquelle appartient au réseau libre subventionné par la Communauté française de Belgique. Les 6 formations d'ingénieur de l'ECAM sont accréditées par la Commission des titres d'ingénieur depuis septembre 2016. Elle est assortie d’une admission par l’état français des diplômes de l’ECAM permettant aux étudiants de se prévaloir du titre d’ingénieur en France. Cette accréditation confère également aux diplômes le label européen EUR-ACE (EURopean ACcreditation for Engineering).

En 2016, ECAM Bruxelles compte près de 1 100 étudiants, une septantaine d'enseignants et plus de 6 000 diplômés dont près de 1 200 au cours des dix dernières années.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des premières écoles professionnelles de Bruxelles, l'École Notre-Dame du travail, est fondée en 1898. Elle se développe et devient l'École professionnelle des métiers axée principalement sur le laboratoire et l'atelier[3].

En 1905, une section supérieure s'ajoute aux sections existantes pour former en trois années d'études des « brevetés ». L'établissement prend le nom d'École Centrale des Arts et Métiers (ECAM). Après 1915, à cause de la guerre, l'Institut technique supérieur est le seul à être maintenu ; il est transformé en une école d'ingénieurs par l'adjonction d'une quatrième année d'études. En 1919, l'ECAM proclame sa première promotion d'ingénieur. Cette promotion compte alors 8 diplômés.

Deux sections sont créées en 1977 : l'électromécanique et l'électricité option électronique. Une troisième section est créée peu après : la construction. La première promotion d'ingénieurs industriels en électromécanique et en électricité option électronique sort en 1978, puis en 1979 pour celle d'ingénieurs industriels en construction. En 2000, l'école prend le nom de ECAM institut supérieur industriel et crée une ASBL associée gérant son patrimoine : le Centre de promotion de l'école centrale des arts et métiers.

Organisations étudiantes[modifier | modifier le code]

Le « PECAM » est l’organisation étudiante de l’ECAM[4]. Elle participe à des compétitions automobiles internationales et anime plusieurs activités culturelles.

L'AIECAM[5] est l'association des ingénieurs diplômés de l'ECAM. Elle vise principalement à créer des liens professionnels et amicaux entre ses membres, à favoriser leur insertion dans la vie professionnelle et à veiller à la promotion de l'ingénieur industriel.

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

  • Promotion 1955 : Michel Coenraets, homme d'affaires et homme politique
  • Promotion 1978 : Paul Anciaux, Directeur-Président honoraire de la Haute École Léonard de Vinci
  • Promotion 1980 : Bernard Gilliot : président de la FEB]
  • Promotion 1987 : Brieuc de Meeûs : directeur général de la STIB
  • Promotion 1999 : Louis-Philippe Loncke, entrepreneur, aventurier et explorateur

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ecam L'institut » (consulté le 29 janvier 2018)
  2. « Haute Ecole Léonard de Vinci », sur http://www.vinci.be/fr-be/Pages/Accueil.aspx (consulté le 17 septembre 2014)
  3. Jacques De Jaeger, Un siècle de vie de l'ECAM, Bruxelles, Les presses de Hayez Imprimeurs, , 304 p.
  4. « Journée des Entreprises », sur http://www.vinci.be/fr-be/Ecam/Pages/Journ%C3%A9e-Des-Entreprises.aspx (consulté le 17 septembre 2014)
  5. « Ancien », sur http://www.vinci.be/fr-be/Ecam/Pages/Journ%C3%A9e-Des-Entreprises.aspx (consulté le 17 septembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]