École centrale des arts et métiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École centrale et Arts et métiers.
L'ECAM

L'ECAM, située à Bruxelles, est une institution d'enseignement et de recherche appliquée ayant une expérience centenaire dans la formation des ingénieurs.

L'ECAM, Institut Supérieur Industriel[modifier | modifier le code]

Cet institut supérieur industriel a pour objet la formation d'ingénieurs industriels dans une des spécialités suivantes :

  • automatisation,
  • construction,
  • électromécanique,
  • électronique,
  • géomètre,
  • informatique.

Les études d'ingénieur industriel font partie de l’enseignement supérieur de type long reconnu de niveau universitaire.​

L'ECAM fait partie de la Haute École Léonard de Vinci[1], laquelle appartient au réseau libre subventionné par la Communauté française de Belgique.

Histoire[2][modifier | modifier le code]

C'est en 1898 qu'est fondée l'une des premières écoles professionnelles de Bruxelles : l'École Notre-Dame du travail. Elle se développe et devient l'École professionnelle des métiers axée principalement sur le laboratoire et l'atelier.

En 1905, une section supérieure s'ajoute aux sections existantes pour former en trois années d'études des « brevetés ». L'établissement prend le nom d'École centrale des arts et métiers: L'ECAM est née. Après 1915, à cause de la guerre, l'Institut technique supérieur est le seul à être maintenu ; il est transformé en une école d'ingénieurs par l'adjonction d'une quatrième année d'études.

L'ECAM s'adapte ensuite à l'évolution de la législation :

  • 1933 : la loi impose le titre d'ingénieur technicien;
  • 1977 : la loi crée le grade et le diplôme d'ingénieur industriel de niveau universitaire organisé en 4 ans : un premier cycle de 2 ans délivrant le grade de candidat ingénieur industriel et un second cycle de 2 ans, la licence, conférant le titre d'ingénieur industriel.

Deux sections sont alors organisées : l'électromécanique et l'électricité option électronique. Peu après, une troisième section est créée : la construction.

C'est en 1978 qu'est proclamée la première promotion d'ingénieurs industriels en électromécanique et en électricité option électronique, puis en 1979 la première promotion d'ingénieurs industriels en construction.

En 2000, l'école prend le nom de ECAM institut supérieur industriel et crée une ASBL associée gérant son patrimoine : le Centre de promotion de l'école centrale des arts et métiers.

Enfin, le décret de 2004 annonce la prolongation de la durée des études à 5 ans : un premier cycle de 3 ans délivrant le titre de bachelor en sciences industrielles et un second cycle de 2 correspondant à un grade de master. La nouvelle structure des études sera organisée graduellement : la première année de bachelor est organisée à partir du 15 septembre 2004.

Le PECAM, l'organisation étudiante de l'ECAM[modifier | modifier le code]

Le Pôle étudiants, le « PECAM »[3], est l’organisation étudiante de l’ECAM. Cette association d’étudiants et leurs activités animent la vie de l’Institut au quotidien. Le PECAM se divise en 5 pôles qui ont chacun leur particularité :

  1. Le Pôle RELEX couvre tout ce qui concerne les relations extérieures.
  2. Le Pôle Eco-Marathon se charge d’assurer les compétitions automobiles internationales dont l’objectif est de promouvoir la recherche de véhicules à très faible consommation.
  3. Le Pôle Sport & Culture.
  4. Le Pôle REVUE et son spectacle.  
  5. Le Pôle Vulcania se tient garant du folklore estudiantin.

L'AIECAM, l'Association des Ingénieurs diplômés[modifier | modifier le code]

L'AIECAM[4] est l'association des Ingénieurs diplômés de l'ECAM. Elle vise principalement à créer des liens professionnels et amicaux entre ses membres, à favoriser leur insertion dans la vie professionnelle et à veiller à la promotion de l'ingénieur industriel.

L'association édite un annuaire, destiné à ses affiliés, qui répertorie les fonctions et emplois occupés par les ingénieurs issus de l'ECAM.[non neutre] L'une des missions de L'AIECAM est d'apporter à l'Institut une aide, notamment en contribuant à l'organisation et au suivi des activités d'insertion professionnelle, des visites d'entreprises et de chantiers ainsi que des travaux de fin d'études. Des diplômés siègent dans les instances de l'ECAM et dans le jury appelé à apprécier l'examen de fin d'études des futurs diplômés.[réf. nécessaire][5]

L'association est partenaire de l'UFIIB, Union Fédérale des Ingénieurs Industriels de Belgique, et de la FEANI, Fédération Européenne des Associations Nationales d'Ingénieurs.

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

  • Brieuc de Meeûs : directeur général de la STIB

Partenariats[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Les partenaires de l'ECAM :

  • ADISIF ​: l'association représente les instituts d'ingénieurs industriels auprès des​ pouvoirs publics.
  • AIECAM : l'association des anciens diplômés de l'ECAM.
  • CERDECAM : le centre de recherche et de développement de l'ECAM.
  • CTELB : le centre associe des instituts techniques de l'enseignement libre, supérieur et secondaire, de Bruxelles et du Brabant wallon.
  • INDUTEC : le centre de transfert technologique des instituts d'ingénieurs industriels de la région bruxelloise​.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

En 2014, l'ECAM compte 6 finalités formant plus de 900 étudiants par une septantaine d'enseignants. Son réseau s'étend à plus de 6.000 diplômés dont près de 1.200 au cours des dix dernières années.[réf. nécessaire]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

L'ECAM se situe au no 50 Promenade de l'Alma à 1200 Woluwe-Saint-Lambert.

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Alma.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Haute Ecole Léonard de Vinci », sur http://www.vinci.be/fr-be/Pages/Accueil.aspx (consulté le 17/09/2014)
  2. Jacques De Jaeger, Un siècle de vie de l'ECAM, Bruxelles, Les presses de Hayez Imprimeurs,‎ 1998, 304 p.
  3. « Journée des Entreprises », sur http://www.vinci.be/fr-be/Ecam/Pages/Journ%C3%A9e-Des-Entreprises.aspx (consulté le 17/09/2014)
  4. « Ancien », sur http://www.vinci.be/fr-be/Ecam/Pages/Journ%C3%A9e-Des-Entreprises.aspx (consulté le 17/09/2014)
  5. « Activités », sur http://www.aiecam.be/ (consulté le 19/09/2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]