École cantonale d'art du Valais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
École cantonale d'art du Valais
Ecav.PNG
Histoire et statut
Type
Régime linguistique
Français
Localisation
Localisation
Pays

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Point carte.svg
Chiffres-clés
Étudiants
>200
Divers
Membre de
Site web

L'École cantonale d'art du Valais est une école d'art située à Sierre dans le canton du Valais qui est membre du réseau des hautes écoles spécialisées de Suisse occidentale. Elle propose une formation de graphiste et complète son offre au niveau de la formation supérieure par un bachelor et un master en arts visuels.

Historique[modifier | modifier le code]

L'artiste peintre Fred Fay (7 juillet 1901 - 1987), enseignait la peinture à Montana et, pour répondre au désir de la jeunesse valaisanne, il créa en 1949, l’École cantonale des Beaux-Arts. En raison d'une pénurie de locaux en ville de Sion, c'est à Saxon, commune ouverte habitée d'une population pleine de bonne volonté, que l'académie vit le jour.

Ce n'est qu'en 1950, que les autorités de Sion entreprirent les démarches pour que l'école puisse s'installer dans l'ancien "Vidomat" de la pittoresque résidence du château de la Majorie. Dès lors, l'institution prit un développement réjouissant, en un temps relativement court avec des professeurs comme Oscar Kokoschka (1 mars 1886 - 22 février 1980), Alberto Sartoris, Willy Vuilleumier, Jean Lurçat, Joseph Martin.... Les branches principales enseignées sont alors le dessin, la peinture, le modelage, la décoration, les arts graphiques, l'anatomie et l'histoire de l'art[1].

Fred Fay dirige l'école jusqu'en 1972.

Dès 1997, L’École cantonale des Beaux-Arts (ECBA) qui devient l’École cantonale d'art du Valais (ECAV), s'installe à Sierre dans l'ancien hôpital rénové[2]

L'ecav

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal de Genève, le 27 avril 1956
  2. Le Nouvelliste, le 9 avril 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]