École émancipée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'École émancipée (EE) est à la fois une revue et un courant historique du syndicalisme enseignant français.

L’École émancipée est un regroupement de militants syndicaux et pédagogiques, autour de la revue l’École émancipée, bimestriel syndical et pédagogique paraissant depuis 1910[1]. Elle est constituée en tendance au sein de la Fédération syndicale unitaire, où sont syndiqués la plupart de ses militants.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'École émancipée (l'EE) peut se prévaloir du titre de plus ancien courant du syndicalisme français, puisque sa revue a été créée en 1910 comme organe de la Fédération des membres de l'enseignement laïque (FMEL) affiliée à la toute nouvelle CGT. Elle est à l'époque marquée par l'anarcho-syndicalisme. De 1921 à 1936, ses militants ont animé et dirigé la Fédération Unitaire de l'Enseignement de la CGTU : en pleine "bolchévisation" de la CGTU voulue par la direction stalinienne du PCF, elle a été la seule fédération oppositionnelle de cette confédération réussissant à se maintenir majoritaire jusqu'à la réunification CGT-CGTU. C'est alors Marcel Valière, son nouveau secrétaire général, qui négocie la réunification des Fédérations de l'enseignement[2].

De 1948 à 1992, elle a été la « 3e tendance » de la FEN derrière la majorité autonome (UID) et les cégétistes d'Unité et action. En 1948, Marcel Valière contribua avec l'autonome René Bonissel à faire passer la FEN dans l'autonomie en rédigeant la motion qui refusait de choisir entre la CGT dominée par les communistes et la nouvelle confédération Force ouvrière.

Elle a longtemps rassemblé l'ensemble des courants d'extrême-gauche au sein de la FEN dont l'EE est réputée proche, mais elle a aussi attiré des militants pédagogiques (en particulier du mouvement Freinet).

Au cours de son histoire, l'EE a connu de nombreuses scissions, la plus importante étant sans doute celle de l'après-68 qui aboutit à la création de la tendance « École émancipée pour le front unique ouvrier » (EE-FUO), qui regroupait les militants proches de l'OCI de l'époque.

En 1992, lors de l'exclusion par la direction de la FEN (qui recherchait alors la constitution d'un "pôle réformiste" avec la CFDT et FO) du SNES et de sa minorité de gauche, l'EE a majoritairement fait le choix de quitter la FEN et de cofonder la FSU. Certains militants EE préfèrent contribuer à la construction du Syndicat des Enseignants qui réalise la revendication historique d'un syndicat unique de tous les enseignants.

En 2002 une nouvelle scission a abouti à la création de l'Émancipation - tendance intersyndicale : le désaccord portait sur la participation aux exécutifs dans la FSU.

L'EE est aujourd'hui à la fois une "revue syndicale et pédagogique paraissant depuis 1910" et une tendance dans la FSU.

Idées, programme[modifier | modifier le code]

Changer l'école, changer la société[modifier | modifier le code]

L’École émancipée veut changer l’école pour la rendre coopérative, égalitaire et solidaire : tous les enfants et tous les adolescents doivent bénéficier de la même éducation dans la même école. C’est pourquoi ses militants s’opposent à toute forme de séparation des parcours scolaires car elle est souvent synonyme d’inégalité entre les voies et de soumission de l’école aux lois du marché.

Le même souci d’égalité préside au combat de l’École émancipée contre l’exclusion et contre la précarité. Dans l’éducation, elle se bat pour la titularisation immédiate et sans condition de tous les précaires. L’école émancipée est aussi opposée à la hiérarchie des statuts et au corporatisme car ils recèlent l’autoritarisme et divisent les personnels.

Les militants de l’École émancipée pensent que changer l’école impose de changer le monde dans lequel elle s’inscrit. L’École émancipée est anticapitaliste, féministe et antimilitariste.

Un syndicalisme de lutte[modifier | modifier le code]

Dans les luttes, l’École émancipée défend un fonctionnement démocratique qui repose sur des assemblées générales souveraines. Elle contribue à la construction de la grève générale interprofessionnelle et reconductible, seule capable de mettre un coup d’arrêt aux attaques du patronat et du gouvernement contre les salariéEs, les retraitéEs, les chômeuses, les chômeurs, et les jeunes.

Laïcité[modifier | modifier le code]

L’École émancipée est opposée à toute influence marchande ou religieuse sur l’école et sur les élèves. Elle est pour une laïcité entière qui épargne aussi à l’école les principes qui régissent le secteur privé comme la concurrence entre établissements.

Structuration[modifier | modifier le code]

L'école émancipée est structurée en groupes départementaux (GD) qui réunissent l'ensemble des militants qui se reconnaissent dans les idées de l'école émancipée.

Une fois par an, début juillet, ses militants se retrouvent pour les Journées d'été de l'école émancipée (JEEE) au château de Bellevue à Presles. Ce qui permet d'échanger sur la situation sociale, de se former sur l'ensemble des questions qui traversent leur profession. Les JEEE sont l'occasion de faire l'assemblée générale statutaire annuelle de l'association école émancipée.

Deux fois par an en moyenne, se tiennent des collèges de l'école émancipée, qui permettent à l'ensemble des militants de discuter sur les sujets d'actualité.

Il existe également, de manière plus irrégulières, des stages « école émancipée » régionaux ou bien des stages des syndicats nationaux de la FSU.

Représentativité dans la FSU[modifier | modifier le code]

L'école émancipée a fait le choix de participer à tous les niveaux dans les instances exécutives de la FSU.

  • Dans la SNUipp

L'EE a obtenu 28 % des voix lors du congrès de 2013 (en progression de presque 2 % par rapport à 2011).

  • Dans le SNES

En 2007, L'école émancipée a obtenu 14,7 % des voix à la CA nationale du SNES. L'école émancipée est présente à la CA nationale et au bureau national du SNES. Des commissaires paritaires sont également à l'école émancipée.

  • Dans le SNEP
  • Dans le SNESup

Au congrès de 2009, l'école émancipée a obtenu 24,45 % des voix sur l'orientation[3]. L'école émancipée participe au secrétariat national du SNESup.

  • Dans la SNPES-PJJ

Le SNPES-PJJ est un syndicat sans droit de tendance, cependant des militants de ce syndicat se reconnaissent dans l'école émancipée et participent à ce titre aux activités de la FSU.

  • Dans le SNUAS-FP

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • FLAMMANT (Thierry): L'École émancipée, une contre-culture de la belle époque, Paris, Les Monédières, 1984.
  • FRAJERMAN (Laurent) avec CHANET (Jean-François), GIRAULT (Jacques) et BOSMAN (Françoise), (dir. coll.): La Fédération de l'Éducation nationale (1928-1992) : histoire et archives en débat, Lille, Presses du Septentrion, 351 p.
  • LE BARS (Loïc): La Fédération unitaire de l'enseignement (1919-1935): aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005
  • Jean Mourot, La plume au poing (1967-2003) : une contribution à l'histoire de l'École émancipée, TheBookEdition, Atelier du Scorpion brun, 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]