École Émile-Cohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
École Émile-Cohl
Histoire et statut
Fondation
Type
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Rhône
voir sur la carte du Rhône
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
850 (2017)
Enseignants
100 (2017)
Divers
Site web

L'école Émile-Cohl, située à Lyon, est une école d'art privée reconnue par l'État.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondée en 1984 par l'écrivain et réalisateur de documentaires Philippe Rivière, avec l'aide du plasticien Roland Andrieu, l'école porte le nom d'Émile Cohl, dessinateur français considéré comme l'inventeur du dessin animé.

En 1994, l'école Émile-Cohl quitte la rue de la Madeleine (Lyon 7e) pour rejoindre le quartier Villette Part-Dieu (Lyon 3e), au 232, rue Paul Bert. Elle reprend l'atelier d'une ancienne PME, sur un emplacement de 2 400 m².

En septembre 2014, elle fait réhabiliter les ateliers d'assemblage de l'usine Renault Véhicules industriels, abandonnés depuis 1998, sur un site devenu la « Friche RVI ». Elle conserve les structures métalliques datant de la fin du XIXe siècle, ainsi que les sheds, sur une surface de plus de 7 500 m².

Au mois d'avril 2016, l'école Émile-Cohl déménage au 1, rue Félix Rollet, à Lyon 3e.

Cursus[modifier | modifier le code]

L'école Émile-Cohl forme aux métiers de l’infographie multimédia, du jeu vidéo, du cinéma d'animation, de la bande dessinée, de l'illustration et du dessin de presse. L'enseignement commence par un apprentissage des fondamentaux du dessin, pendant trois années, puis par des spécialisations durant les deux dernières années du cursus.

L'école organise des formations courtes pour le grand public et les professionnels, notamment en aquarelle, bande dessinée, illustration jeunesse, gravure, dessin animé, carnet de voyage, matte painting[1].

Elle délivre le diplôme de dessinateur praticien (niveau II), visé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (arrêté du 6 juillet 2015 paru au B.O. no 31 du 27 août 2015), et le titre de dessinateur concepteur, de niveau I (bac + 5, en cours d'instruction RNCP) dans les options : édition multimédia, jeu vidéo et cinéma d'animation. L'école dispense, par ailleurs, une formation spécialisée en dessin 3D, de niveau bac + 3.

L'école Émile-Cohl coûte entre 6 000 et 8 000 euros à l'année, et un cursus complet s'effectue en 5 ans[2].

Effectif[modifier | modifier le code]

L'école Émile-Cohl compte 860 étudiants et 100 professeurs en 2017[3].

Enseignants[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Enseignant à l'École Émile-Cohl.

Enseignent ou ont enseigné à l'école lyonnaise (liste non-exhaustive) :

Jacques-Rémy Girerd

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Élève de l'École Émile-Cohl.

Parmi les élèves diplômés de l'École Émile-Cohl, on peut citer les illustrateurs :

Direction[modifier | modifier le code]

  • ...-2017 : Emmanuel Perrier[2]
  • Depuis 2017 : Antoine Rivière[3]

Controverses[modifier | modifier le code]

En septembre 2018, pour faire la promotion de l'ouverture d'une école Émile-Cohl à Los Angeles, l'école fait réaliser un site internet par un service de communication aux Etats-Unis. Ce site est illustré avec des visuels d'étudiants fournis par l'école lyonnaise, ainsi qu'avec une photo d'étudiants qui est retouchée par cette agence aux Etats-Unis afin de montrer des personnes noires et afficher plus de diversité ethnique, une pratique de blackwashing dont l'école conteste avoir été à l'initiative, mais qui provoque durant plusieurs jours un tollé sur les réseaux sociaux[4],[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « formations-courtes », sur formations-courtes.cohl.fr (consulté le 5 décembre 2018)
  2. a b c et d Arnaud Gonzague, « Emile-Cohl, l’école qui cartoonne ! », sur Nouvelobs.com,
  3. a et b « Lyon : Antoine Rivière, nouveau directeur de l’École d’art Emile-Cohl », sur Lefigaro.fr,
  4. a et b Mathilde Régis, « Émile Cohl : "34 ans d'existence mis en cause par le tribunal Twitter" », sur Lyoncapitale.fr,
  5. Adrien Giraud, « Accusée de « blackwashing », l’école Émile Cohl supprime la publication d’une photo promotionnelle ratée », sur Rue89lyon.fr,
  6. « Lyon: L'école Emile Cohl s'excuse et «désapprouve le procédé» de la photo retouchée », sur 20minutes.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]