École Émile-Cohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École Émile-Cohl
Logo EEC 2020.png
Image dans Infobox.
École Émile-Cohl en septembre 2021.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
850 (2021)
Enseignants
140 (2021)
Localisation
Pays
Ville
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Rhône
voir sur la carte du Rhône
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg

L'École Émile-Cohl est une école d'art privée reconnue par l'État. Créée à Lyon en 1984, elle est aussi présente à Angoulême depuis 2021.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondée en 1984 par l'écrivain et réalisateur de documentaires Philippe Rivière, avec l'aide du plasticien Roland Andrieu, l'école porte le nom d'Émile Cohl, dessinateur français considéré comme l'inventeur du dessin animé.

En 1994, l'École Émile-Cohl quitte la rue de la Madeleine (Lyon 7e) pour rejoindre le quartier Villette Part-Dieu (Lyon 3e), au 232, rue Paul Bert. Elle reprend l'atelier d'une ancienne PME, sur un emplacement de 2 400 m2.

En , elle fait réhabiliter les ateliers d'assemblage de l'usine Renault Véhicules industriels, abandonnés depuis 1998, sur un site devenu la « Friche RVI ». Elle conserve les structures métalliques datant du début XXe siècle, ainsi que les sheds, sur une surface de presque 8 000 m2. C'est ainsi qu'au mois d', l'École Émile-Cohl déménage au 1, rue Félix Rollet, à Lyon 3e.

L'année suivante, l'école est à l'initiative de la Fondation Graphein créée pour soutenir les étudiants issus de milieux modestes faisant face à un manque de ressources financières. Cette fondation abritée par la Fondation Bullukian, reconnue d'utilité publique, organise sa première vente aux enchères à l'occasion de l'inauguration des nouveaux bâtiments, le [1].

En janvier 2021, l'école annonce son projet d'ouvrir un établissement à Angoulême, dans le quartier historique de l'Houmeau, pour y créer une formation professionnalisante en storyboard et layout pour le cinéma d'animation[2].

Cursus[modifier | modifier le code]

L'École Émile-Cohl forme aux métiers de l’infographie multimédia, du jeu vidéo, du cinéma d'animation, de la bande dessinée, de l'illustration et du dessin de presse. Les étudiants l'intègrent après avoir obtenu un baccalauréat. Ou bien ils accèdent directement en première année (via Parcoursup), ou bien après avoir effectué la classe préparatoire de l'école.

L'enseignement commence par un apprentissage des fondamentaux du dessin, pendant trois années, puis par des spécialisations durant les deux dernières années du cursus, qui dure ainsi cinq ans.

Deux autres formations professionnalisantes sont proposées en dessin 3D (formation en trois ans, à Lyon), ainsi qu'en storyboard et layout (formation en deux ans, à Angoulême).

En dernière année d'études, les étudiants accèdent à une journée de recrutement à laquelle participent 60 entreprises (studios d'animation, éditeurs, studios de développement de jeu vidéo, agences de communication visuelle)[3],[4].

Elle délivre le diplôme de dessinateur praticien (niveau 6), visé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (arrêté du paru au BO no 30 du ), le titre RNCP de dessinateur 3D (bac + 3, niveau 6) et les spécialisations bac + 5 de directeur de création en édition multimédia, de réalisateur auteur en cinéma d'animation (certificats d'école), et de réalisateur concepteur en jeu vidéo (titre RNCP de niveau 7).

L'École Émile-Cohl coûte entre 6,000 euros et 8,000 euros à l'année, suivant les cursus[5].

Elle organise par ailleurs des formations courtes pour le grand public et les professionnels, notamment en aquarelle, bande dessinée, illustration jeunesse, gravure, dessin animé, carnet de voyage, matte painting[6].

En novembre 2021, elle obtient la certification Qualiopi pour ses actions de formation et son accompagnement à la VAE[7].

Centre de recherche[modifier | modifier le code]

Le Centre de recherche et d’histoire inter-médias (CRHI) est créé en mars 2013 à l’occasion d’un colloque international, accueilli à l’école, sur l’œuvre de Gustave Doré, dont la coordination scientifique est assurée par Cyril Devès, docteur en histoire de l’art. Le CRHI se donne pour mission d’étudier les rapports entre les œuvres du passé, exprimées dans les médias traditionnels (peinture, sculpture, gravure…) et les œuvres contemporaines issues des nouveaux médias (illustration, bande dessinée, cinéma d’animation, jeu vidéo).

Le CRHI organise chaque année une journée d’étude ou un colloque dont Cyril Devès dirige la publication des actes (Gustave Doré 1883-2013, en 2014[8], La femme fatale de ses origines à ses métamorphoses plastiques, littéraires et médiatiques, en 2020[9]).

Il est aussi associé à tous les partenariats noués par l'école avec les institutions, centres d’art, galeries, fondations et musées. Ils donnent lieu à des conférences[10],[11],[12], à la réalisation de livrets de visite ou d’applications numériques[13], à l’animation d’ateliers pédagogiques, à l’organisation de stages de dessin[14],[15], ou encore à des expositions de travaux d’étudiants[16],[17],[18],[19],[20].

En 2022, il lance la revue scientifique annuelle Démiurges[21].

Effectif[modifier | modifier le code]

L'École Émile-Cohl compte 850 étudiants et 120 professeurs en 2021[22].

Enseignants[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive) :

Professeurs émérites[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive) :

Anciens élèves notables[modifier | modifier le code]

Parmi les anciens élèves de l'École Émile-Cohl, on peut citer les artistes visuels :

Direction[modifier | modifier le code]

  • 1984 à 2017 : Philippe Rivière[24]
  • ...-2017 : Emmanuel Perrier[5]
  • Depuis 2017 : Antoine Rivière[22] & Emmanuel Perrier[5]

Controverses[modifier | modifier le code]

En , pour faire la promotion de l'ouverture d'une école Émile-Cohl à Los Angeles, l'école fait réaliser un site Web par un service de communication aux États-Unis. Ce site est illustré avec des visuels d'étudiants fournis par l'école lyonnaise, ainsi qu'avec une photo d'étudiants qui est retouchée par cette agence aux États-Unis afin de montrer des personnes noires et afficher plus de diversité ethnique, une pratique de blackwashing dont l'école conteste avoir été à l'initiative[23],[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La nouvelle Ecole Emile Cohl sera inaugurée jeudi 13 avril », sur AFJV (consulté le )
  2. Sophie de Tarlé, « Cinéma d'animation : l'école Emile Cohl ouvre un campus à Angoulême », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne)
  3. « L’école Émile Cohl organise son job dating et entre sur Parcoursup », sur www.brefeco.com, (consulté le )
  4. « Animation et jeux vidéo : entreprises recherchent diplômés désespérément - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le )
  5. a b c d et e Arnaud Gonzague, « Emile-Cohl, l’école qui cartoonne ! », sur Nouvelobs.com,
  6. « formations-courtes », sur formations-courtes.cohl.fr (consulté le )
  7. Emmanuel Bataille, « L’Ecole Emile-Cohl décroche le label Qualiopi », Ecran Total,‎ (lire en ligne Accès payant)
  8. « Actes du Colloque Gustave Doré (Dir. Cyril Devès) - extraits »,
  9. « La femme fatale : de ses origines à ses métamorphoses plastiques, littéraires et médiatiques », sur Catalogue BnF
  10. « L'Univers graphique de Gustave Doré, programme du colloque des mardi 29 et mercredi 30 avril 2014, Musée d'Orsay - Auditorium », sur Site internet de l'Afreloce, association française de recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance : https://magasindesenfants.hypotheses.org/colloques
  11. « L'univers graphique de Gustave Doré », sur Site internet du musée d'Orsay,
  12. « Comment définir le beau ? Table ronde animée par Sandrine RABOSSEAU, enseignante, Faculté des Lettres & Civilisations, Lyon 3. Avec Tristan GARCIA, maître de conférences en philosophie, auteur, Cyril DEVÈS, historien des arts, chercheur et conférencier, Carine FERNANDEZ, auteure, poète, enseignante en Lettres modernes. », sur Chaîne Youtube de l'Université Jean Moulin Lyon 3,
  13. Nine Boutin, « Le Musée des Beaux-Arts de Lyon lance un parcours-jeu jeunesse sur livret et tablette », sur Site internet du Club Innovation & Culture France, réunissant les musées, lieux de patrimoine et lieux de culture scientifique français sensibilisés aux problématiques des nouvelles technologies numériques et de leurs usages,
  14. « Stage Matisse »
  15. « Exposition "Drapé", Degas, Christo, Michel-Ange, Rodin, Man Ray, Dürer... »
  16. « "Electromania, dialogue avec l'Ecole Emile Cohl" - Campus Lyon 1 La Doua, du 11 octobre 2016 au 7 janvier 2017 »
  17. « Expositions temporaires », sur Site internet du Mémorial national de la prison de Montluc
  18. « Nouvelle exposition au mémorial national de la prison de Montluc », sur Site internet de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG),
  19. « La leçon intemporelle. Le cabinet Rembrandt inspire les étudiants d’Emile Cohl. », sur Site internet du couvent Sainte-Cécile
  20. « Carte blanche des étudiants de l'Ecole Emile Cohl », sur Site internet de la Fondation Bullukian
  21. Perrine Coudurier, « Revue Démiurges, n°1 : "Le corps érotisé dans les arts et les médias. Narration du désir et perception de l’intime" », sur Site internet de Fabula, la recherche en littérature,
  22. a et b Figaro Etudiant, « Lyon : Antoine Rivière, nouveau directeur de l’École d’art Emile-Cohl », sur https://www.le-tout-lyon.fr,
  23. a et b Mathilde Régis, « Émile Cohl : "34 ans d'existence mis en cause par le tribunal Twitter" », sur Lyoncapitale.fr,
  24. Figaro Etudiant, « Lyon : Antoine Rivière, nouveau directeur de l’École d’art Emile-Cohl », sur https://etudiant.lefigaro.fr/,
  25. Adrien Giraud, « Accusée de « blackwashing », l’école Émile Cohl supprime la publication d’une photo promotionnelle ratée », sur Rue89lyon.fr,
  26. « Lyon: L'école Emile Cohl s'excuse et «désapprouve le procédé» de la photo retouchée », sur 20minutes.fr,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]