Échavanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Échavanne
Échavanne
Paysage vers les Vosges.
Blason de Échavanne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Héricourt-1
Intercommunalité Communauté de communes Rahin et Chérimont
Maire
Mandat
Fabien Reuter
2014-2020
Code postal 70400
Code commune 70205
Démographie
Gentilé Échavannais
Population
municipale
205 hab. (2016 en augmentation de 1,99 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 28″ nord, 6° 43′ 56″ est
Altitude Min. 351 m
Max. 444 m
Superficie 3,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Échavanne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Échavanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échavanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échavanne
Liens
Site web echavanne.ccrc70.fr

Échavanne est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Échavanne est située à la limite est du département de la Haute-Saône, près de Belfort dans le nord de la région Franche-Comté.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagney Frahier-et-Chatebier Rose des vents
N
O    Échavanne    E
S
Chenebier

Géologie[modifier | modifier le code]

Échavanne est construite sur le plateau de Haute-Saône dans la dépression sous-vosgienne[1] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[2].

Le bassin houiller stéphanien sous-vosgien passe sous le territoire communal, recouvert par un Permien épais[3].

Climat[modifier | modifier le code]

L'éloignement de la région d'Échavanne à la mer est important à l'échelle de la France : au moins 600 km de l'Atlantique, et 500 km de la Méditerranée. Cette position engendre un climat semi-continental, caractérisé par des fortes amplitudes thermiques journalières et annuelles. Les étés chauds et lourds d'Échavanne alternent avec des hivers secs marqués par un froid plus vif. Les températures peuvent y descendre fréquemment en dessous des −10 °C. Les précipitations sont importantes en raison de la présence des massifs montagneux qui, à l'est, font obstacle à l'évacuation des masses d'air humides sur la Suisse. Dans la commune proche de Ronchamp, le cumul des précipitations annuelles de l'ordre de 1 700 mm/an. En hiver, en raison du froid, les précipitations, se produisent sous forme de neige[4].

Nuvola apps kweather.png Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Luxeuil-les-Bains – Saint-Sauveur[5]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 65.2 89.7 133.6 167.5 198.1 225.5 247.8 229.5 169.5 120 73.5 55.1 1776
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 85.3 74.9 79.2 73.1 97.9 88.2 85.5 77.9 80.9 99.8 94.2 103.1 1049.1
Nuvola apps kweather.png Relevés de températures à Luxeuil-les-Bains – Saint-Sauveur
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -1.9 -1.8 1.1 3.5 8.0 11.1 13.1 12.7 9.4 6.2 1.7 -0.6 5.2
Températures moyennes (°C) 1.6 2.6 6.4 9.6 14.0 17.2 19.4 19.0 15.2 11.1 5.6 2.5 10.4
Températures maximales moyennes (°C) 5.1 7.0 11.6 15.6 20.0 23.3 25.7 25.4 21 16.0 9.5 5.6 15.5

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes Rahin et Chérimont.

Échavanne se trouve dans l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Il faisait historiquement partie du canton de Champagney[6],[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Héricourt-1.

La commune d'Échavanne se trouve dans le ressort des tribunaux d'instance, paritaire des baux ruraux et du conseil de prud'hommes de Lure, des tribunaux de grande instance et de commerce ainsi que de la cour d'assises de Vesoul et du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort. Ces juridictions sont rattachées à la cour d'appel de Besançon.

Dans l'ordre administratif, la commune se trouve dans le ressort du tribunal administratif de Besançon et de la cour administrative d'appel de Nancy[8],[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis son origine de la communauté de communes Rahin et Chérimont, intercommunalité créée en 2003[10], et qui se trouve dans le pays des Vosges Saônoises[11].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) du 7 août 2015 prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, sauf si la plupart des communes qui la constitue sont situées en zone de montagne et pour lesquelles le seuil est abaissé à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale prévoit le rattachement de la commune à la communauté de communes du Pays d'Héricourt[12]. Ce changement d'intercommunalité est prévu le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 30 avril 2014)
Fabien Reuter   Vice-président de la CC Rahin et Chérimont (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La communauté de communes Rahin et Chérimont, à laquelle appartient Échavanne, est membre du Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (SICTOM) de la zone sous-vosgienne, basé à Étueffont. La communauté de communes Rahin et Chérimont assure la gestion de la politique environnementale de Ronchamp, dont entre autres la mise en place et le suivi d’un service public d’assainissement non collectif[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune d’Échavanne comptait 205 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125350139178200202206221216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
206209209200188167184164147
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
141133146128115136126124111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
116124125181205200202202203
2016 - - - - - - - -
205--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[18].

Les bois d'Échavanne sont traversés par le canal de la Haute-Saône. Les vestiges du canal et le tunnel du Chérimont long de 1 330 mètres rejoignant Ronchamp sont à voir. Un sentier balisé boucle entre les deux extrémités du tunnel, et quelques puits d'aération sont visibles le long du parcours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Echavanne.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Gironné d’or et de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/
  2. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur massif-des-vosges.com.
  3. « Montbéliard : carte géologique », sur ac-besancon.fr.
  4. Sabine Marbach et Cathy Guillot (bureau d'études techniques Ecoscop), « Plan de paysage de la communauté de communes de Rahin et Chérimont - diagnostic juin 2008 » [PDF], sur le site de l'office de tourisme de Ronchamp (consulté le 22 juillet 2015).
  5. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1981-2010] », sur le site de Lameteo.org (consulté le 22 juillet 2015).
  6. [PDF] « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 (Arrondissements - cantons - communes) » (consulté le 7 mai 2014).
  7. « Notice communale de Ronchamp », sur http://cassini.ehess.fr (consulté le 7 mai 2014).
  8. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 mai 2014).
  9. [PDF]« Carte judiciaire », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 juin 2012).
  10. a et b « Communauté de communes Rahin et Chérimont », sur http://www.ccrc70.fr (consulté le 7 mai 2014).
  11. « Présentation du pays des Vosges Saônoises », sur http://www.pays-vosges-saonoises.fr/ (consulté le 3 mai 2014).
  12. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
  13. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  14. « Fabien Reuter se représente : Fabien Reuter est élu conseiller municipal depuis 1995, où il accède au poste de 1er adjoint, puis maire d’Echavanne (203 habitants) en 2001 et 2008 », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  15. « Les maires élus en 2014 », Municipales 2014, BMH Magazine internet (consulté le 6 août 2016).
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Recherches sur critères », Clochers de France.